samedi 27 avril 2019

Manu et le Grand Changement de la petite virgule en bas de la page 7




Donc l’autre soir, après s’être auto-proclamé grand bâtisseur du siècle et pris toutes les décisions qu’il s était imposées à lui même pour faire de la reconstruction Royco Minute Soupe de Notre Dame de Paris son Grand Sujet -  par ordonnances ça ira plus vite ! -, notre Esméralda du CAC 40 s’en est allée faire son numéro de charme tant attendu par à peu près personne devant une meute de chiens de garde on ne peut plus courtois. En son palais, s’il vous plait, avec accréditations pour certains et omissions pour d’autres – on cherchait en vain Gaspard Gantzer, Aude Lancelin, Fabrice Arfi, Denis Robert ou Elise Lucet, ceux-ci devaient être retenus à des ronds points.

Ce fut une longue, très longue péroraison pleine de Moi Je et de Je Me Moi de plus de deux heures trente ou notre Manu parvint avec des mots et des phrases à étirer le rien ne bouge tant que je serai là au delà du supportable. Est-ce qu’on a fait fausse route ? Je crois tout le contraire, a-t-il asséné. Les fondamentaux doivent être préservés, poursuivis et intensifiés, nous assura Sourdingue Premier, concédant un problème de méthode et deux doigts d’arrogance, autant dire deux grammes de cacahouètes.

Je vous la fais courte, la paille à sniff du roitelet. Lequel, après avoir feint pendant deux mois d’écouter des qui ont pas mon QI dans des salles des fêtes de province infectes, a finalement tranché pour n’en faire qu’à sa tête et revenir telle une toupie à son point de départ, à savoir son projeeeet ultra libéral en trompe l’œil.

Oncques donc en des temps anciens sur une autre galaxie, les revendications des gilets jaunes étaient – je dis bien étaient – légitimes. Jusqu’à ce que ces gueux en meutes mutent en d’affreux quenellistes soraliens antisémites homophobes casseurs de flics et de Fouquets. Ce qui me met dans la position régalienne du défenseur de Fort Boyard. Nous sommes un état de droit, mon devoir est d’assurer l’Ordre. Donc la taxe carbone et les 80km/h on repassera. Vos réclamations, allez donc aux urnes, moi je suis le Légitimement Elu. Circulez les jaunes fluo, et revenez dans le cercle de la raison !

Ah oui, votre demande de davantage de démocratie ? Pour MOI la démocratie c’est les élus, du coup votre RIC ca sera sans moi. Pour MOI, je disais, plus de démocratie égale plus de démocratie représentative égale moins de députés – logique non ? -, auquel j’ajoute 20% de proportionnelle pour quand je serai plus là. Et puis pour clore le sujet– cadeau de Manu - j’intégrerai 150 d’entre vous tirés au sort dans un comité Théodule dont vous n’avez jamais entendu parler, et pour cause il ne sert à rien sinon à prendre de petites décisions locales dont je me fiche. Ah oui, et puis après m’être sérieusement pris le chou avec moi même sur cette question du vote blanc, je décide finalement de laisser les choses en l’état. Pourquoi ? Parce que.

Des questions ?

Bon sinon je vous avais promis des baisses d’impôt, je confirme que je vais le faire. Quand ? Bientôt, voyez avec l’intendance, je suis pour la gouvernance à plusieurs, moi ! Du coup, faudra travailler plus pour gagner autant, vu que les études à qui je fais dire ce que je veux me disent que vous bossez moins que les autres des pays à coté. Ça, le travailler plus, ça plaira aux retraités de droite qui eux ont le mérite d’aller voter en masse, et puis vu que ma liste LREM baisse au profit de celle des Républicains, une pierre deux coups !

Oui Laurence ? Ah oui l’islam radical, je serai intraitable, Madame Le Pen n’a qu’à bien se tenir. Et fichez-moi la paix avec les fichés S !

Benalla ? Oh c’était un excellent collaborateur que ce joli jeune homme, non rien de rien, et on en a vraiment trop fait avec cette histoire, vous savez, alors question suivante !

L’ISF ? Ecoutez, le baisser fut à mon sens une très bonne mesure, et puis nous ferons tout bientôt dans un an voire deux une évaluation afin de la faire valider par des amis juste avant que je parte. Ne vous plaignez pas, je vous enlève l’ENA, enfin, j’enlève son nom et je garde le contenu. De toute façon j’ai presque tout vendu, alors fabriquer encore des Macron à la chaine quand il ne reste plus grand chose à demeure, à quoi bon ? Les robots de l’Intelligence Artificielle arrivent de toute façon !

Et de conclure, faussement fataliste. “Diriger en démocratie c’est accepter de ne pas être populaire”. Le sacrifice fait homme que notre poupée vaudou élyséenne pleine de cicatrices ! Pour ses “mesures wahou” on repassera.

Voilà. 2 heures 30 et quelques pour ça, avouez que ça valait l’attente, le cout et le déplacement. Le pire c’est que les chiens de garde parviennent à disserter des heures sur cette logorrhée aussi vide que creuse et qui tient à peine sur un post it. Manu, et ses potes des médias dans la salle, auront donc omis de parler des 10 000 arrestations, des 2000 condamnations à l’arrache, des centaines de blessés, des éborgnés, des mains arrachées, de la mamie décédée, de la BAC déchainée, des LBD, des journalistes embarqués. Sans compter des condamnations de l’ONU, du Conseil de l’Europe et d’Amnesty.

De tout cela pas un mot, et bien entendu pas une question. Pas le temps, désolé ! Quand on disserte deux heures trente sur Le Grand Changement de la petite virgule en bas de la page 7, on ne s’attarde pas sur de menus détails.


lundi 22 avril 2019

La Notre Dame de Manu




Retrouvant enfin quelques couleurs sondagières à la suite du choc émotionnel collectif faisant suite à l’incendie de Notre Dame, notre Président des Riches s’est aussitôt autoproclamé Grand Architecte en même temps de la reconstruction du Monument National et de l’Histoire de France. Le voici, la communication élyséenne fonctionnant à plein régime, remis sur le trône en une geste miraculeuse où celui qui semblait tenir le sceptre en tremblotant s’arroge la faculté par sa parole de réunir un peuple qu’il aura depuis son intronisation divisé, méprisé, insulté, surtaxé et fait tabasser comme jamais personne avant lui à ce poste. Pour du beau, du grandiose, du transcendantal jupitérien comme il aime.

Remettre ses petits mocassins dans l’Histoire Nationale à un mois et quelques d’élections qui risquaient de faire échouer son propre parti – le drame tombe à pic ! Cela dit Manu, c’est pas gagné !

L’appel à la générosité populaire, y compris dans les supermarchés de ses amis les milliardaires d’Auchan et consorts, quelques centimes d’euros multipliés par des dizaines de milliers, vous nous devez 7.94 euros, on arrondit à 8 pour Notre Dame ? Dans un pays où l’Etat capte 52% des ressources des travailleurs en impôts et taxes, cette demande de verser une obole de plus frise l’indécence, mais nous n’en sommes plus à cela près. Cela semble pour certains naturel que de participer à un immense racket national de plus, où les plus avantagés des plus avantagés sont en train de réussir un admirable looping en guise de défiscalisations. Les petits qui se feront avoir donneront deux fois sans s’en rendre compte tout en caressant leur laisse, avec le sentiment d’avoir fait une bonne action.

Il est cocasse de voir que les plus grands champions de l’optimisation et de l’évasion fiscale, le groupe Total au hasard, qui ne contribue pas à hauteur d’un et un seul euro aux recettes hexagonales, et sont donc directement responsables avec l’accord de nos gouvernants de l’état de délabrement absolu de nos finances publiques, rappliquent telles de sympathiques dames patronnesses après des années d’oubli de la cause commune. Des chacals déguisés en généreux donateurs que nos premiers de cordée.

On trouve encore des français pour lesquels oser faire le lien entre ce qu’on ôte au peuple et ce qu’on verse avec abattements pour des pierres est le comble de l’indécence. Que je sache, depuis la loi de 1905 de séparation entre l’Eglise et l’Etat, le fait que ce soit à la collectivité nationale d’entretenir voire de réparer un bâtiment séculier fut-il chargé de l’histoire nationale ne m’apparaît pas tomber sous le sens. Notre Dame, ce me semble, on pourrait tourner le regard vers le Vatican et ses milliards gérés depuis la City, avant que de faire une souscription nationale ? Hélas depuis le 15 avril au soir, notre bon pape est une fois encore aux abonnés absents. De même, organiser un concours d’architectes international pour refaire, différemment qui plus est, une flèche dont nous possédons en France à la fois les plans et les compétences pointues pour la recréer à l’identique – question évacuée, Jupiter a tranché.

Là, pas davantage que la piste d’un incendie criminel – laquelle piste, avant même qu’un enquêteur ait pu mettre un pied sur les lieux semble d’après la presse déjà abandonnée - ces questions semblent mériter d’être posées pour nos pseudos bâtisseurs républicains. Ceux-là même – Hidalgo et Hollande approuvant le projet pharaonique de l’architecte Dominique Perrault, et aujourd’hui Macron - qui en 2016 ont validé un projet architectural faisant de l’Ile de la Cité une espèce de complexe marchand attrape touristes, comprenant, sous la férule d’Unibail et Auchan, des tas de commerces j’imagine pas très bon marché à proximité de cette Cathédrale new look 2024. Notre Dame intégrée à un dispositif marchand, nous y voilà. Le parvis vendu à Auchan et Unibail, et des commerces en sous-sol comme aux Halles.

Notre Cathédrale, un sympathique Grand Maitre d’une Loge franc-maçonne européenne l’a malicieusement qualifiée de Temple dont il a estimé que la reconstruction – le diable se niche dans les détails – constituait, je cite, une opportunité. Les travaux peuvent commencer, avec pour horizon les JO de 2024 !

Cet nième incendie d’un lieu de culte catholique en France tombe décidément à pic pour bien des puissances d’argent, et sert leurs obligés dans leurs desseins communs. Les casseurs reconstruisent, se servent au passage et se réapproprient les biens. Etatiser les dépenses, privatiser les gains, et tuer au passage l’esprit.


samedi 20 avril 2019

Chefs d’œuvre du 7ème art - Playtime



Ce fut le quatrième film de notre Charlie Chaplin hexagonal qu’est Jacques Tati, et ce fut le film qui le ruina et manqua ne jamais être achevé. Son énorme dépassement de budget dû à la reconstruction sur un immense terrain d’une sorte de La Défense (alors même que celle-ci était en construction) obligea le cinéaste à vendre les droits de ses trois films précédents. A sa sortie, Playtime rencontra un échec public et essuya quelques revers critiques, que sa ressortie quelques décennies plus tard effaça.
A revoir Playtime de nos jours, dont la modernité saute aux yeux, on se retrouve face non seulement au meilleur film d’un cinéaste aussi talentueux que peu prolixe, mais à un des films les plus originaux de toute l’histoire du cinéma français. Une œuvre visionnaire, d’un burlesque irrésistible, dont les qualités plastiques et de mise en scène éblouissent.
De Jour de fête à Playtime, ou du village rural au village global, tel pourrait être le résumé des quatre films où apparait le double du cinéaste, ce légendaire Monsieur Hulot. Présente en filigrane dans Les vacances de Monsieur Hulot, récit des premiers congés payés, plus évidente dans Mon oncle, au travers du portrait de ces banlieues modernes et de ces maisons suréquipées des technologies absurdes, et ici le cœur même du sujet, la modernité de la société de consommation, loin d’être vue sous l’angle d’un regard réactionnaire, nous est exposée au travers de plusieurs séquences autour de lieux géométriques, composées de lignes droites, de profondeur de champ et de reflets. Des séquences/espaces – l’aéroport, les espaces de bureaux, les appartements-vitrine, le restaurant moderne …- forment des blocs narratifs où la durée des plans et le nombre de figurants et de détails qui y sont contenus permettent au spectateur de fureter et de repérer par lui-même les mille et une absurdités de ces villages globaux qui semblent si peu faits pour la vie.
Mille gags se succèdent, irrésistibles de burlesque, dans la suite des Temps modernes de Chaplin. L l’architecture high tech, l’hyperfonctionnel, l’hyper rationaliste égarent ces êtres qui y passent, y travaillent, s’y promènent voire y vivent. Les gags dans Playtime sont uniquement visuels ou sonores, c’est-à-dire se rattachant à la grammaire même du cinéma. Car dans Playtime, à peu près tous les outils du cinéma classique sont évacués. Pas ou peu de dialogues, aucun hors champ, pas de champ/contrechamp, pas de musique sauf si elle est directement intégrée à ce qui se passe sur l’écran, pas à proprement parler de personnages, hormis Hulot et la femme américaine, pas de progression dramatique non plus. Juste un monde aussi loufoque qu’absurde exposé de manière virtuose, qu’Hulot, servant de dérailleur dans une horlogerie, va faire exploser. Une explosion qui va permettre à tous, et donc pas uniquement aux VIP pour lesquels le restaurant moderniste était destiné, de pénétrer le lieu chic pour y retrouver une forme d’ivresse et de plaisir qui va littéralement faire imploser le décor. Avec une avalanche de gags qui évoque The Party de Blake Edwards, sorti l’année suivante.
Playtime, film incroyablement visionnaire sur notre XXIème siècle et ses dérives, observe avec ironie et sourire ce monde inhumain qui pousse comme un champignon, et met une loupe grossissante sur ses mille et une absurdités tant architecturales que civilisationnelles. Un monde envahi de métal et de verre où la frontière de l’intimité a disparu, et où grouillent des anonymes errant comme dans un labyrinthe et tachant de se conformer à une logique totalement absurde.

mercredi 17 avril 2019

Manu Minion Million



Nous sommes un peuple de bâtisseurs, nous a rappelé avec des trémolos dans la voix le petit télégraphiste de la casse nationale. Ce NOUS fait sourire, ce NOUS manipulateur et mensonger. Lui la créature d’un sommet invisible entend se joindre à NOUS et nous la jouer union nationale. 5 minutes 40 à enfiler avec un regard absent des perles, un Président des Ultra Riches soudain transformé pour la circonstance en débiteur de soupe Harlequin, feignant l’émotion pour mieux surfer sur la vague. Soudain doté d’un cœur, le banquier d’affaires sourd à la souffrance populaire qu’il déchaine et aveugle devant les gueules que son pouvoir a cassées nous chante son amour des jeunes pompiers de Notre Dame. Le pyromane de métier est revisité.

Le texte fut lu sur le prompteur, le lendemain de l’évènement tragique. Cette fois Manu a su retenir le petit sourire en coin, il s était amidonné de grosses ficelles niaiseuses. La veille, devant l’édifice en flamme de cette religion qui est le contraire de la sienne, il nous avait déjà promis que des quatre coins de l’hexagone, par la force de sa seule parole, certains allaient donner donner donner, comme le chantait Enrico Macias. Aussitôt quelques uns de ses marionnettistes apparurent, ceux-là qui avaient tant bénéficié des largesses de leur poulain, et lâchèrent des sommes faramineuses, un milliard, trois fois le budget annuel de la rénovation des monuments historiques. 200 millions par ci, 100 par là, qu’ils avaient dû hésiter auparavant à offrir à nos services publics et à nos hôpitaux. Mais là, devant cette émotion nationale, comment résister ? D’autant que donnant 100, ils en récupèreraient 66 voire davantage, le déficit d’impôt encaissé étant aux services de la collectivité – le fameux NOUS de Manu …

Manu nous l’a dit, en cinq ans, par la seule force de sa Parole, la Cathédrale renaitrait. Car Jupiter est Jupiter. Il n’y avait plus de sous dans les caisses ? En voici des millions ! Passons sur les niches fiscales déguisées en générosité de façade, ne soyons pas mesquins, c’est l’heure où il nous faut face à la tragédie nous serrer les coudes. Les premiers de cordée sont là, à nos cotés. Et NOUS allons poursuivre en chantant la Marseillaise la merveilleuse histoire de cette France que nous aimons tant. Alléluia !


mardi 16 avril 2019

Notre Dame de Paris et la Tour des Rothschild



“ Je suis une ancienne étudiante de l’Ecole du Louvre en Histoire de l’Art. J’ai visité la charpente de Notre Dame avec des architectes des Bâtiments de France il y a plusieurs années. Cette charpente de bois du XIIème siècle était protégée comme jamais ! Chaque intervention est toujours accompagnée par des historiens, des architectes, des experts, aucuns travaux ne sont envisagés sans une prudence extrême, pas une source de chaleur, pas de chalumeau, pas d’appareil électrique, un système d’alarme performant, et une surveillance très stricte. Je pense que nous finirons par apprendre que c’est un incendie criminel.”

La personne qui a écrit et publié ces lignes semble connaître bien davantage le sujet dont elle parle que tous les journalistes et experts invités sur les chaines d’information BFM, LCI ou CNEWS. Lesquels ont tels des mantras répété en boucle avant que toute enquête sérieuse ait commencé qu’il s agissait probablement d’un accident involontaire. Accident involontaire, compte-tenu de ce qu’écrit cette femme, il conviendrait alors que toutes les habituelles précautions aient été étonnamment oubliées pendant un laps de temps donné. Nous parlons quand même de Notre Dame ! Compte-tenu du dispositif et de la vigueur des flammes je verrais bien quelques armes à énergie dirigée …

Là, les médias ont enrayé sur un registre hyper émotionnel comme toujours et attisé la douleur en faisant tourner en boucle les images de l’incendie tout en les accompagnant de leurs mantras. Télé Drahi pleurant Notre Dame- laissez moi rire ! Ils inventèrent à Macron une émotion prétendue qu’à le regarder et à l’écouter tout-un-chacun pouvait aisément voir que celle-ci était aux abonnés absents. Trop content de sécher la restitution télévisuelle de son grand débat, le monarque, et de l’échanger avec un discours probablement repris par les télévisions du monde entier. Son petit sourire en coin, à deux minutes quarante de son allocution, en disait long.

Le lendemain, les médias nous ont mis au pinacle leurs propres patrons les ultra riches, lesquels, en bons philanthropes bienfaiteurs de l’humanité, ont décidé de donner un pourboire pour la rénovation de notre si belle Cathédrale. Le groupe LVMH et la famille Arnault vont donc verser 200 millions d’euros, une paille pour la quatrième fortune mondiale riche de 66,9 milliards. Ça lui donnera peut-être quelque droit de propriété sur ladite Cathédrale après investissement, allez savoir …

On omet de préciser sur nos médias mainstream qu’à la même heure exactement, à Jérusalem, 18h50 donc, s’est aussi embrasée la Mosquée Al-Aqsa, à quelques mois de l’achèvement du Troisième Temple pour juillet 2019, peu après la réélection de Bibi Netanyahou. On s’étonnera de la coïncidence qui fait que deux lieux de culte particulièrement sacrés concernant deux des trois grandes religions monothéistes aient été – loi des probabilités ici bien mise à mal – tous deux simultanément les proies des flammes de (je vous laisse compléter).

On s’étonnera que l’incendie De Notre Dame, particulièrement phénoménal, soit intervenu le lendemain du dimanche des Rameaux, au tout début de la semaine sainte conduisant à Pâques. On ajoutera que ce drame s’ajoute à une liste impressionnante en France d’églises détruites ou profanées – la profanation des lieux de culte en France concerne à 90% des lieux catholiques. Rien que sur 2019 on compte déjà 104 actes commis sur des églises, dont la Basilique Saint Denis, excusez du peu. On se souvient qu’en mars un incendie qui a tout d’un incendie criminel d’après ce que dit l’enquête s’est déclaré sur le seuil de l’Eglise Saint Sulpice à Paris.

On remarquera au passage qu’à l’exception de ce spectaculaire incendie de la Mère des Cathédrale, dans laquelle était entreposée la couronne d’épines du Christ et de laquelle avaient été déplacés et mis à l’abri il y a une semaine – heureuse précaution et étonnante coïncidence !-  un certain nombre de trésors, nos chers médias indépendants accompagnent d’un silence poli ces exactions, préférant gloser sur une semaine de champignons antisémites en plein mouvement des Gilets Jaunes. Actes antisémites qui je le remarque ont cessé miraculeusement de se répandre aussitôt achevée cette tonitruante séquence politico-médiatique.

On remarquera également que le Saint Siège, comme on l’appelle, brille par un même silence au sujet des églises profanées qu’à propos des fermetures d’églises en explosion depuis quelques années sur le territoire de sa fille ainée. Préférant disserter sur l’accueil des migrants et de faire des colloques bisounours avec les autres religions que de se préoccuper de la préservation de son propre patrimoine séculier, envers lequel il ne daigne point ouvrir sa bourse pourtant pleine à craquer.

On s amusera à peine des discours et postures de circonstance de tous ces élus qui se sont adonnés à la Haute Franc-Maçonnerie, ennemie héréditaire de l’Eglise Catholique et de cette civilisation chrétienne qu’ils détestent et qu’ils entendent détruire. On ne résistera pas à citer dans le texte un Jean-Luc Mélenchon, éternel bouffeur de curés et sabreur de toute foi autre que celle envers sa sacro sainte laïcité, et qui surfant sur l’émotion pousse l’indécence jusqu’à écrire. “Athées ou croyants, Notre-Dame est notre cathédrale commune. Le vaisseau, la nef qui nous porte tous sur le flot du temps. Et je crois que nous l’aimons de la même façon. Des premiers États Généraux à la victoire sur les nazis, la nef a accueilli toutes nos clameurs libératrices. Je me dis qu’elle ne brûlera jamais tout à fait. Il en restera toujours un morceau qu’un être humain voudra continuer vers le ciel ”.

On lui rappellera que ses ancêtres révolutionnaires de 1789, son cher Robespierre notamment, ceux qui ont inventé cette maxime Liberté Egalite Fraternité, en ont détruit, des églises, et guillotiné, des curés. Et qu’eux n’ont jamais eu l’indécence d’encenser ce qu’ils détruisaient pour grappiller des voix.

Les forces occultes ont ici-bas en ce 15 avril fait des ravages avec leurs flammes et attaqué en plein cœur en même temps deux lieux sacrés de deux grandes religions, dont on peut penser ce qu’on veut. Les Rothschild, dès début 2017, sur la Une de leur numéro spécial de The Economist, nous avaient pourtant mis dans la confidence avec leur carte de tarot The Tower, dont la représentation symbolique est assez transparente. Carte succédant à The Hermit, celle là même qui nous annonçait avec presque deux ans d’avance le mouvement insurrectionnel des Gilets Jaunes. Les signes sont là pour qui sait et qui veut voir. Le diable ne se niche plus du tout dans les détails.


lundi 15 avril 2019

Chefs d’œuvre du 7ème art - Misery



Auteur de la saga à succès Misery, Paul Sheldon vient de terminer son nouveau roman. Alors qu’il quitte l’hôtel de montagne où il s’était isolé pour écrire, sa voiture dérape sur la neige. Grièvement blessé, il est sauvé par Annie Wilkes, infirmière et grande admiratrice de Misery, qui l’installe chez elle.

C’est la seconde fois que Rob Reiner, après Stand by me, adapte une œuvre – ici une nouvelle – de Stephen King. Sorti en 1990, son Misery, huis clos aussi surprenant que glaçant, rencontra un énorme succès et permit à son actrice principale, Kathy Bates, phénoménale, de remporter un oscar. Resserré à l’extrême, Misery, contrairement à beaucoup de films de genre, n’a pas perdu une ride, et mérite sa réputation de classique du film d’horreur.
Contre l’avis de son éditrice, Shelton, conscient de n’être devenu rien d’autre qu’un faiseur de best seller insipides pour ménagères, a décidé contre la logique qui a fait de lui un homme riche, de se libérer de son héroïne une bonne fois pour toutes. En s’isolant l’hiver dans son chalet pour oser enfin délaisser la facilité et retrouver son ambition artistique originelle, il met un terme à la série à succès en faisant mourir son héroïne. Mais à peine a t-il achevé la rédaction que le destin le fauche en plein vol et envoie sa voiture dans le décor.
Retour brutal, presque comique, à la case départ ! A peine notre auteur se libère t-il du joug de son héroïne qu’il se retrouve dans un état d’absolue dépendance vis-à-vis de celle qui l’a recueilli et qui le soigne. Cette Annie, infirmière de métier, a tout d’une personnalité schizophrène. Une de ces groupies qui représentent aux yeux d’un personnage célèbre une source d’inquiétude diffuse. Car Misery est devenue le centre de la vie de sa lectrice assidue, laquelle, tant vis à vis de l’héroïne que de son créateur, verse dans une idolâtrie plus qu’excessive. Vivant seule et recluse, Annie s’est recréée un monde irréel et se projette tellement dans cette fiction qu’elle a depuis longtemps perdu tout sens commun. Vis-à-vis de l’écrivain immobilisé, elle passe de la plus extrême amabilité à des accès de violence propres à un esprit profondément névrosé. La situation d’infirmité du romancier fait d’elle une authentique geôlière sadique, prête à tout pour contraindre par la force l’artiste à ressusciter Misery.
Le combat entre eux deux a des accents de combat pour la survie. La série de romans mièvres a accouché d’un monstre castrateur, et ce monstre est prêt à tout pour asservir le romancier et le ramener à ce qu’il veut fuir. Annie personnifie autant le cauchemar de tout artiste en quête de sens que le démon tapi dans l’œuvre de celui qui à un moment a signé le pacte de Faust et doit donc lui payer une note très lourde pour recouvrer sa liberté.

vendredi 12 avril 2019

Chefs d’œuvre du 7ème art - Orange mécanique



Orange mécanique, encore aujourd’hui, apparaît autant comme un OVNI dans la carrière exceptionnelle de Stanley Kubrick que dans l’histoire du cinéma. Sa sortie en 1971, décennie par excellence où certains grands auteurs pouvaient absolument tout se permettre, fit scandale, le film souffrit d’une interdiction en Grande Bretagne, le cinéaste reçut des menaces de mort… Et le public, extrêmement nombreux, répondit présent.

Tout sauf aimable, l’adaptation par Kubrick du roman d’Anthony Burguess se situe dans un futur qu’on suppose proche dans la banlieue de Londres. Le film est construit en trois blocs. Dans le premier, raconté par une voix off à la première personne s’exprimant avec un langage déconstruit, Alex et sa bande, lâchés en meute dans un monde futuriste aussi libertaire que répressif, s’adonnent en bande à l’ultra violence, viols, tabassages gratuits ou meurtres sans raison. Un monde amoral et barbare, que le cinéaste nous contraint cyniquement à regarder sur un mode aussi distant que décalé, épousant ainsi le regard d’Alex, pour qui ces horreurs sont de l’ordre du divertissement pur. Le vocabulaire, les costumes hyper stylisés des protagonistes, la musique de Beethoven, électrisée, remixée et accélérée, tout concourt à créer un ballet théâtral aussi grotesque que violent, lequel débouchera sur l’assassinat d’un couple filmé comme une chorégraphie.
La seconde partie mettra en apparence un terme à la barbarie pour lui en substituer une autre bien pire encore. Trahi par ses congénères et arrêté par la police, Alex devient le cobaye d’une expérience scientifique gouvernementale. A compter de cette bifurcation, Orange mécanique expose des personnages sans affect représentant la société et l’ordre, policiers, services sociaux, politiciens. Lesquels, tels les agents de la CIA, vont faire vivre à Alex un enfer en le déprogrammant jusqu’à faire de lui un agneau.
On le voit, le propos de Kubrick n’était en rien de magnifier la violence par une forme de plaisir sadique mais bien de la dénoncer sous toutes ses formes, jusqu’à conduire Alex et son spectateur devant une même situation d’écœurement en stigmatisant en premier lieu la violence d’état. Un état qui a déshumanisé Alex en le plaçant dans un monde sans repères, lequel a libéré ses pulsions de mort, avant d’en faire un mouton apeuré transformé en proie.
Le film s’achèvera donc sur la troisième forme de violence. Les victimes sont devenues bourreaux et inversement. Ceux qu’autrefois Alex terrorisait prennent dorénavant leur revanche, avec l’assentiment tacite de cette société sans âme dans laquelle ils se complaisent. Cet ultime retournement de situation sur l’origine de la barbarie contemporaine achève de dresser le portrait volontairement grossi d’un monde malade. Dont Alex n’est en définitive qu’un symptôme et rien de plus.


mardi 9 avril 2019

Chefs d’œuvre du 7ème art - L’antre de la folie



John Trent, un détective privé embauché par une compagnie d'assurance, est chargé de retrouver Sutter Cane, un écrivain dont les livres d'épouvante sont devenus de véritables phénomènes de société. Cane a disparu soudainement, juste avant la parution de son nouveau roman, « L'Antre de la folie ». Sa maison d'édition est désemparée et ses lecteurs en plein désarroi. Trent, accompagné d'une employée de la maison d'édition, suit la piste laissée par Cane. Celle-ci les conduit à Hobb's End, une petite ville oubliée de la Nouvelle-Angleterre qui ne figure sur aucune carte et semble en proie à des phénomènes pour le moins étranges...

L’antre de la folie appartient dans l’imaginaire des amateurs de cinéma fantastique à l’un des sommets de l’œuvre de John Carpenter, aux cotés de The thing et Invasion Los Angeles. Films qui à les revoir aujourd’hui conservent bien des qualités tout en faisant sourire parfois par une esthétique quelque peu datée, impactant quelque peu leur efficacité d’alors.
C’est le grand amateur du romancier Lovecraft que fut Carpenter qui ici convoque un écrivain de best sellers de la littérature d’horreur, sorte de double de Stephen King dont les œuvres sont si intenses qu’elles ont le pouvoir de faire basculer la frontière entre réel et fiction et donc de contaminer autant ses lecteurs que ce monde. Lire Sutter Kane conduit à devenir fou et à être contaminé par le malin, ni plus ni moins.
Le film va procéder par touches tout d’abord discrètes, ensuite de plus en plus évidentes, de cette folie qui peu à peu va envahir la normalité. Laquelle normalité va s’incarner dans un personnage d’enquêteur de compagnie d’assurances, lancé à la poursuite de l’écrivain disparu jusque dans une ville fictive qui n’apparaît sur aucune carte mais se situe dans le dernier roman du maitre de l’horreur. Une ville où tout est inquiétant, bizarre, changeant, à l’approche de laquelle, de nuit, roule sur un vélo un vieillard aux cheveux blancs, et où on arrive en empruntant un passage qui a tout d’un vortex. Au milieu du film, nous pénétrons l’imaginaire en action de l’auteur, lequel imaginaire va aspirer le film en cours de route.
L’enquêteur a lu les livres de Sutter Cane, il s’est même surpris à les trouver bien faits, mais se refuse, contrairement aux fans de l’auteur, à leur accorder la moindre crédibilité. Propulsé au cœur même de l’intrigue d’un livre pas encore publié, il va entrer en lutte avec la multiplication des signes sortis de l’imagination démoniaque de l’auteur – le tableau sur le mur de l’hôtel qui au fur et à mesure change en devenant de plus en plus inquiétant, la route qui conduit à toujours revenir au point de départ, les enfants en meute qui poursuivent des chiens … Jusqu’à devoir admettre qu’il a basculé dans une fiction d’horreur et donc dans l’antre de la folie. Il se pensait homme libre ayant prise sur les choses, il se découvre pantin ne pouvant qu’obéir à ce que Cane a imaginé, et sur lequel il n’a aucune prise.
Ainsi Carpenter, avec son personnage, nous entraine dans une fiction en boucle, débutant dans la cellule d’un asile où le personnage principal devenu fou raconte sa propre plongée dans la folie. L’œuvre du mal que représente L’antre de la folie – le livre -, puis L’antre de la folie – le film avec Sam Neil comme acteur principal PUIS spectateur du film en accéléré auquel nous venons d’assister –, cette œuvre, telle la serre du malin, a tout gangrené. La lecture de l’œuvre puis la projection de son adaptation cinématographique dans les salles du monde entier ont conduit la population mondiale à s’auto anéantir, transformant celles et ceux qui ont cru à l’intrigue en fous furieux décimant tous les autres. Et le film s’achève sur le rire de possédé d’un Sam Neil devenu créature d’un auteur démiurge, lequel pourrait être ce prince des ténèbres, titre d’un autre film de ce diable de John Carpenter.

samedi 6 avril 2019

Chefs d’œuvre du 7ème art - Le nom de la rose

Alors qu’elle est choisie pour être le lieu d’un débat houleux entre divers ordres religieux concernant la pauvreté du Christ, et donc de l’Église, une abbaye isolée du nord de l’Italie est agitée par de mystérieux meurtres. Un moine franciscain, Guillaume de Baskerville et son disciple, Adso de Melk, mènent l’enquête.

C’est avec La guerre du feu en 1981 que le jeune cinéaste français Jean-Jacques Annaud, jusqu’ici auteur de deux films plutôt intimistes, La victoire en chantant et Coup de tête, obtint ses galons de réalisateur apprécié à l’international pour ses grandes superproductions populaires. L’ours, L’amant, Stalingrad et quelques autres rencontrèrent dans le monde un très grand écho, bénéficiant d’un soutien critique inégal selon les films.
Sorti fin 1986, ce Nom de la rose, adaptation du chef d’œuvre du grand romancier italien Umberto Ecco, constitue sa plus incontestable réussite, et a conservé plus de trente ans après sa sortie toutes ses qualités. Elle est de ces œuvres absolument passionnantes que l’on se fait un plaisir de revoir et de faire découvrir aux plus jeunes générations, à leur tour séduites par cette intrigue fascinante, sorte d’Agatha Christie moyenâgeux situé dans un décor grandiose, dans laquelle l’élucidation des meurtres qui y sont commis vont nous conduire sur les sentiers de l’obscurantisme religieux.
La guerre de cent ans n’est pas loin à cette époque où Philippe Le Bel vient de se débarrasser des Templiers, et où rode celle qu’on nommait la Sainte Inquisition. Les moines reclus sur les hauteurs perdues de cette abbaye mystérieuse sont tels des monstres, sortes de freaks aux gueules et aux silhouettes aussi impossibles que cauchemardesques. Tous, tandis qu’à la demande de l’Abbé - interprété par un Michael Lonsdale en grande forme - enquête Guillaume de Baskerville, semblent livrés aux démons, dans les recoins de ces bâtisses sinistres en proie aux ombres, à la boue et aux vents, au sein desquelles on ne peut guère se mouvoir qu’éclairé par de grandes torches tenues à bout de bras.
Abandonnés de Dieu, livrés à la misère et à un travail quotidien, ces moines coupés du monde sont les proies d’une main criminelle,et notre Hercule Poirot médiéval, auquel Sean Connery apporte tout son charisme, va tacher de démêler les fils d’une enquête où son intuition et son sens aigu de l’observation vont jouer un rôle clef.
Fort éloigné de l’obscurantisme de ces âmes tourmentées, le détective en soutane est l’antithèse incarnée de ce Grand Inquisiteur qui à un moment va tacher d’interrompre sa quête de vérité. Car c’est bien sur le chemin du savoir et de la connaissance que l’enquête nous conduit, au cœur des entrailles de l’abbaye, dans le ventre de cette labyrinthique et fascinante bibliothèque, dont l’architecture reflète le gout pour l’ésotérisme de ceux qui veillent jalousement sur la privation d’un savoir universel. Cette exceptionnelle bibliothèque renferme un trésor, en l’occurrence un livre, lequel doit absolument être tenu à l’écart du commun des mortels.
Cette enquête autour du fil d’Ariane que constitue l’acquisition d’un savoir libérateur du joug de l’Eglise est donc bien le sujet central d’un roman aussi foisonnant de connaissances que riche en rebondissements, et donc de sa brillante adaptation cinématographique. Il fallut à l’exigeant Jean-Jacques Annaud cinq longues années de supervision de réécritures successives du scénario – le livre d’Ecco est un pavé, et en faire un film de 2 heures 30 exigea une simplification rigoureuse – pour parvenir à pareille réussite.
Ajoutons que l’excellence, ici, est partout, tant au niveau du choix des décors naturels – des hauteurs montagneuses cernées par d’inquiétants nuages et écrasées par la pluie – que des reconstitutions en studio – travail génial de Dante Ferretti -, de l’inoubliable bande originale de James Horner ou du choix des acteurs – souvent inconnus ou débutants, tel Christian Bale, adolescent – et de leur direction. 


vendredi 5 avril 2019

Chefs d’œuvre du 7ème art - L’impasse

New York, 1975. Carlito Brigante, un trafiquant de drogue notoire, est libéré de prison, grâce aux vices de procédures révélés par son avocat. Bien décidé à rester dans le droit chemin après ces 5 années passées à l’ombre, le criminel repenti entend économiser suffisamment d’argent pour rendre possible l’objectif qu’il s’est fixé. Mais la réinsertion s’avère plutôt difficile pour celui que certains continuent à aduler en tant que gangster…

Ce bijou du grand Brian de Palma s’ouvre, comme le Boulevard du crépuscule de Billy Wilder, sur l’assassinat et la mort de son héros, et le récit tragique du film opèrera un flash back sur les tous derniers jours de sa vie. Ce héros, Carlito Brigante, est comme le double inversé du Tony Montana du Scarface de De Palma, tous deux superbement interprétés par Al Pacino. L’Impasse, tournée dix ans après Scarface, offre à une autre époque – les années 90 – une vision renouvelée de la mafia et de la pègre, et au delà de l’Amérique. Du temps a passé, les malfrats à l’ancienne ont laissé place à une nouvelle génération de caïds marchant à la cocaïne, immergés dans une Amérique affairiste où la frontière du bien et du mal s’est effacée, et où certains voyous ont intégré un semblant de légalité.

Revenant après des années passées derrière les barreaux dans le monde libre aussi déphasé que possible, le personnage joué par Al Pacino, épris d’une sincère envie de rédemption, redécouvre le milieu avec la ferme intention de rester honnête. Milieu qui va par l’intermédiaire du personnage totalement disjoncté de son avocat tout faire pour le faire chuter.
Un plan résume le destin tragique de son magnifique personnage. Carlito enferme un cafard sous un verre, peu avant de prendre comme malgré lui une décision qui fera basculer son destin du mauvais côté. Le talent de De Palma consiste, alors même que depuis la scène inaugurale les dés sont jetés, à nous faire espérer malgré tout que son personnage parviendra à transcender sa propre malédiction, tout en nous faisant partager ses rêves et sa soif d’amour.
Le destin tragique de ce gangster d’antan plongé dans un cloaque dont il ne comprend plus les règles s’achève, comme dans un opéra, par une dernière demi-heure quasi muette, d’un brio formel incomparable. La mélancolie, l’envie sincère d’une seconde chance, le désir de réécrire sa vie et de panser les blessures – la rédemption ne sera que spirituelle, nous souffle De Palma, tant ici-bas ce monde où seuls les méchants s’en sortent est devenu aussi amoral que fou.


jeudi 4 avril 2019

Chefs d’œuvre du 7ème art - Pas de printemps pour Marnie


Marnie Edgar utilise un faux nom comme employée de Sidney Strutt pour voler ce dernier avant de disparaître. Lorsqu'elle se fait ensuite embaucher par la société de Mark Rutland, celui-ci est intrigué par son comportement et attiré par sa fascinante beauté. Étant un client de Strutt, il a déjà vu Marnie. Il l'engage tout de même comme secrétaire-comptable dans sa maison d'édition et guette un faux pas, tout en entreprenant de mieux la connaître et de tenter de la séduire.

Echec commercial et critique à sa sortie, Pas de printemps pour Marnie fut considéré, après les triomphes de Psychose puis des Oiseaux, comme le chant du cygne du célèbre maitre du suspens. Qualifié de grand film malade par un François Truffaut qui l'aimait pourtant beaucoup, il est à mes yeux, ainsi qu’à ceux de beaucoup, le dernier authentique chef d'œuvre du réalisateur, un chef d'œuvre tout à fait à part, tout aussi troublant et différent du restant de sa filmographie que ne l'était l'immense Vertigo. Et un suspens tourné non pas comme de coutume sur une trame policière, mais, comme dans La maison du Docteur Edwards en 1946, et en mieux, sur la psychologie névrosée de son héroïne, dont la révélation in fine du trauma initial constitue la raison d'être du film.
Intrigue freudienne que cette histoire autour d'une héroïne à la fois cleptomane et frigide, profondément lestée par un passé qui expliquera tout son comportement. Mais aussi film sur la perversion des rapports humains, sur l'envie de dominer et de posséder l'autre, de le voler en quelque sorte, comme l'héroïne dérobe comme malgré elle le contenu des coffres de ses patrons.
L'idée maitresse d'Hitchcock en adaptant le roman Marnie fut de transformer le personnage d'un psychanalyste en celui d'un richissime dirigeant d'entreprise, un de ces hommes auquel rien ne résiste, et qui, comme le suggérait avec humour le cinéaste britannique, s'entiche d'épouser une cleptomane comme le ferait un fétichiste capricieux. Ce Mark Ruthland auquel le charismatique Sean Connery, alors entre deux James Bond, prête son flegme et sa virilité, sait d'entrée de jeu que celle à laquelle il veut unir ses jours est une voleuse, il l'engage comme secrétaire contre la consigne de son chef du personnel pour mieux l'avoir à sa botte. Mu par des pulsions sexuelles de domination, agissant comme un prédateur déterminé, il parviendra à la prendre au piège, elle la voleuse, en lui laissant le choix entre une bague au doigt et un aller simple en prison.
Prise comme un trophée et privée de liberté, Marnie – qui entretient d'étonnants points communs avec l'héroïne de la première moitié de Psychose, elle aussi une voleuse et une victime, mais aussi avec la Mélanie des Oiseaux, également jouée par Tippi Hedren, elle même victime d'une forme de harcèlement sadique de son réalisateur – se révèlera après un viol d'une frigidité maladive. Et ce viol hors champ – une ellipse osée pour l'époque à Hollywood ! – agira comme la boite de Pandore faisant revenir en plein jour les névroses de l'héroïne, sa terreur envers la couleur rouge, également sa crainte des orages.
De persécuteur et violeur, l'époux se muera dans la seconde partie du film en un enquêteur de la source même de la frigidité de cette femme qui se refuse à lui, également en un allié. Le domptage cette fois se fera avec finesse et tact. A défaut de posséder son corps, tacher plus humainement de posséder son cœur. Et donc l'accompagner à la source même de l'évènement traumatique, chez cette mère infirme qui lui refuse son amour mais qu’elle s’obstine à visiter quand même à Baltimore, dans une ruelle pavée de briques … rouges. Là, tel un père ou un analyste, le mari va aider sa femme-enfant qui redeviendra le temps d'une superbe scène une fillette en larmes.
Même s'il peut nous apparaître de nos jours que cette intrigue revêt certaines facilités scénaristiques voire des naïvetés sur un plan psychanalytique, il n'en est pas moins vrai que ce lent voyage au cœur d'un inconscient féminin malade se révèle absolument fascinant. L'extrême élégance de la mise en scène du maitre, la partition mélancolique et tragique de Bernard Hermann, le mélange de cynisme et d'humanité, extrêmement troublant, et puis ces thèmes qui on le sait concernent Hitchcock dans son rapport aux femmes et au sexe, jusqu’au fait qu’il offre un écrin à une actrice autrefois mannequin qu’il révéla dans Les oiseaux et dont il fit une star, et qui était la quintessence de ces blondes froides qu’il désirait et qui le fascinaient. A laquelle il confia un rôle plein de fêlures, et qu’il plaça dans les rets d'un personnage masculin auquel lui-même semble s’identifier, tant dans sa capacité à manipuler et dominer – Hitchcock, comme réalisateur, est comme le personnage joué par Sean Connery, il est le patron de l'actrice, sur le tournage c'est lui qui lui imposait ce qu’il voulait parfois sadiquement – que dans son attendrissement progressif. La manière dont Hitch joue et tourne autour de l'objet/sujet de son désir a quelque chose à la fois de troublant et de beau, il offre à son héroïne une libération, et à son actrice le second et dernier personnage inoubliable d'une carrière éclair. Un de ces rôles qui cinquante ans après marque encore les spectateurs, et ont fait rentrer son interprète dans l'imaginaire de tous les cinéphiles du monde entier.