samedi 17 novembre 2018

Journée couches culottes jaune canari, l’oligarchie se gondole !




Les gaulois se sont levés et,  sans passer par la case potion magique Panoramix, ont enfilé leurs couches culottes jaune canari – celles qui font se gondoler l’oligarchie qui a organisé et sponsorise par ses médias ce mouvement foireux afin de contenir l’indignation populaire et lui faire se manger un mur.

Qui fut emmerdé par ce mouvement sinon d’autres gaulois, particuliers, petits commerçants, artisans qui ont du mal à joindre les deux bouts et autres auto entrepreneurs. D’où les tensions partout, plus que palpables, des automobilistes coincés qui foncent sur des manifestants et les blessent et des manifestants qui cassent les vitres des voitures de leurs semblables. Des tensions et des violences envers ou de la part des forces de l’ordre. Bilan, une femme morte, une manifestante écrasée. Et aux dernières nouvelles 47 blessés.

Bilan chez les oligarques, zéro mort, zéro blessé, zéro conséquence pour Total et Shell, la Racline en vedette TV, des micros pour les opposants de pacotille habituels et puis c’est tout. Macron, lui, est mort de rire, les gens dans la rue, ces gueux qu’il exècre, lui demandent l’aumône, tu parles que lui qui est le petit télégraphiste des banksters il va le lire leur cahier de doléances. Venez me chercher, allez les gueux, venez donc chanter la Marseillaise, ce chant des révolutionnaires payés par les aieux de mes patrons, sous mes fenêtres, qu’est-ce que c’est drôle, décidément l’histoire de ce pays, le nôtre, celui que je suis payé pour tuer, vous ne la connaissez vraiment pas.

On attend avec impatience la prochaine manipulation de l’oligarchie, le prochain  mouvement foireux mis en scène par les médias des milliardaires, le prochain joueur de flute, et les désillusions qui vont avec. Relisez Balzac, relisons Les illusions perdues et réapprenons avec ce maitre à devenir enfin adultes. Plutôt que de se faire plaisir avec au bout une morte et 47 blessés et zéro avancée.

La suite, je parie, au printemps, qu’il va falloir, pas vrai Manu, penser.


1 commentaire:

  1. Oui ,on se pose la question s'il faut rire ou pleurer?Hier rendez vous en Haute Savoie avec des Amis pour vider quelques grand crus,de ceux que le lendemain t'as meme pas l'impression d'avoir bu; et bien sur ,vu les GJ sur la route.Bien quand mon fils en a vu un avec une casquette Crédit Agricole qui barrait la route,la nous on lui a dit,tu vois mec,nous,nous sommes pas GJ mais blousons noirs,c'est marrant comme nous sommes passés vite,quand mon fils lui a dit de s'acheter un cerveau le mec s'est exité,les bleus l'ont maitrisé et ils nous ont fait passer.

    RépondreSupprimer