vendredi 9 novembre 2018

Intrumentalisation de la haine contre les juifs de France




Sur les neuf premiers mois de l’année, le nombre d’actes antisémites en France a progressé de 69%, a indiqué le Premier ministre français Édouard Philippe sur Facebook en qualifiant ces chiffres d’« implacables ».

Après deux années de baisse, les actes antisémites en France ont considérablement augmenté en 2018, s'alarme Édouard Philippe sur sa page Facebook ce vendredi 9 novembre. Selon sa publication, dans laquelle il se réfère à la nuit de Cristal et aux exactions nazies contre les juifs en Allemagne le 9 novembre 1938, le nombre de ces actes a augmenté de 69% sur les neuf premiers mois de 2018.

Voici le long texte publié par notre cher Premier Ministre du Président des Ultra-Riches apatrides et grand défenseur par-devant l’éternel de toutes les plus belles causes de l’humanité.

C’était il y a 80 ans, jour pour jour. Le 9 novembre 1938, les nazis livrèrent l’Allemagne à une nuit de violences dirigées systématiquement contre les synagogues, contre les magasins tenus par des Juifs, contre les habitations des Juifs. Le bruit sinistre des vitrines brisées a donné son nom à cet épisode terrible de l’histoire : la nuit de cristal.
Pourquoi rappeler, en 2018, un aussi pénible souvenir ?

Parce que nous sommes très loin d’en avoir fini avec l’antisémitisme. Je viens de prendre connaissance des chiffres les plus récents sur l’évolution des actes antisémites dans notre pays. Ils sont implacables. Alors qu’il était en baisse depuis deux ans, le nombre de ces actes a augmenté de plus de 69 % au cours des 9 premiers mois de l’année 2018.
Elie Wiesel nous l’a enseigné en peu de mots : « le vrai danger, mon fils, se nomme indifférence ». Le Gouvernement a précisément choisi de ne pas rester indifférent.

Ne pas rester indifférent, c’est mieux accueillir les victimes, savoir prendre en compte leurs plaintes, pour mieux sanctionner les auteurs. Dans le cadre du plan national de lutte contre le racisme et l’antisémitisme, nous avons décidé d’expérimenter un réseau d’enquêteurs et de magistrats spécifiquement formés à la lutte contre les actes haineux, avec un nouveau modèle d’audition. Je souhaite que cet effort soit poursuivi et amplifié. Le dispositif de « pré-plainte » en ligne est désormais opérationnel pour les victimes d’actes haineux (https://www.pre-plainte-en-ligne.gouv.fr).

Ne pas rester indifférent, c’est éduquer les jeunes générations au respect de l’autre. Dès la mi-novembre, au ministère de l'Éducation nationale, une équipe nationale sera mobilisable en permanence pour intervenir dans les établissements scolaires en appui de tout enseignant confronté à l’antisémitisme. Sur ce sujet, comme sur toute violence, le gouvernement préfèrera toujours la transparence et l’action à la peur et au silence du #PasdeVague. Et je souhaite aussi mettre en valeur les initiatives menées pour défaire les préjugés racistes et antisémites. A ce titre, je remettrai, début 2019, le prix national Ilan Halimi, nouvellement créé.

Ne pas rester indifférent, c’est ne rien laisser passer sur internet et les réseaux sociaux. Le Gouvernement engagera, en 2019, un chantier législatif pour obtenir le retrait rapide des contenus haineux. Il se battra pour que ce sujet soit traité comme une priorité par le Parlement européen et la Commission qui seront issus des élections de mai 2019.

Chaque agression perpétrée contre un de nos concitoyens parce qu’il est juif résonne comme un nouveau bris de cristal. Le Gouvernement définit et met en œuvre des « plans contre » : contre l’antisémitisme, contre le racisme, contre l’homophobie. Il le fera avec détermination. Mais il appartient aussi à chaque Français de se mobiliser « pour » : pour la vie en commun, pour l’identité de la France, pour les valeurs de la République.

On remarquera la grandiloquence, l’appel à l’émotion sous chaque mot, la solennité pompeuse, le faux sentimentalisme lexical, les erreurs et raccourcis historiques, le name-dropping, le dispositif 2.0 tout prêt et le hashtag a la mode. Toutes les plus grosses ficelles de notre cher lobbyiste de l’industrie du nucléaire, émotionnel comme industriel, y sont.

Comment se refaire une virginité sur le dos de victimes, ici des juifs de France. Qu’on brandit en avant, à propos desquels on convoque l’Histoire, la grande et tragique Histoire, en allant jusqu’à parler, faut-il ne pas craindre le ridicule, de la Nuit de Cristal. Sérieusement, a-t-il jamais ouvert un livre d’histoire entre deux brochures de l’ENA, ce haut fonctionnaire hors sol.

Les chiffres, alarmants, 69% nous dit-on, alors qu’il y a deux ans c’était moins 50%. Les chiffres, quand on tient le trousseau on les manipule comme on veut, on leur fait dire ce qu’on veut et on les sort quand ça nous arrange. 69, ça sonne presque comme un gag, un très mauvais en l’occurrence. Car toutes les violences explosent en France, notamment envers nos compatriotes juifs, mais pas qu’envers eux. Les jeunes toutes origines confondues, donc aussi des jeunes de souche que Philippe ne daigne même pas évoquer ni sur sa page Facebook, jamais, ni lors de quelque allocution que ce soit. Enfants de France à échelles multiples selon la récupération politique à en faire. Les victimes – des jeunes assassinés au couteau pour rien -, vu qu’ils sont blancs, je laisse le créneau à Madame Le Pen, dont c’est son rôle. Moi je me réserve les juifs, les homos, les femmes, bref la bien-pensance fashion.

Mettre une hiérarchie dans le victimaire induit diviser et donc façonner l’augmentation par contrepoids de la phobie contre ceux qu’on prétend défendre. Les excès du CRIF, de la LICRA et de la LDJ créent une augmentation de la haine des juifs, de même leur instrumentalisation politicienne, la surabondance de Shoa matin, midi et soir. De même, les excès du lobby LGBT –qu’on ne me fasse pas rire, Benjamin Griveaux, celui qui nie l’existence d’un lobby LGBT et parle d’indécence à reconnaitre qu’il a pignon sur rue et ronds de serviette partout dans les allées du pouvoir macronnien comme à l’Hôtel de Ville de Paris et ailleurs – créent de l’homophobie. Ces phobies et les actes barbares effectivement insupportables qui les accompagnent, tous nos politiciens de droite comme de gauche en jouent en grands pro de la manipulation. Je créée SOS Racisme, je me drape dans l’antiracisme, j’en fais trop et je fais monter exprès ce Le Pen que j’ai sorti de l’anonymat, et donc le racisme, voilà comment je fais fructifier ma crèmerie. Et tout à l’avenant.

En outre, il me semblait que les statistiques raciales et ethniques étaient illégales. Juif vous me direz n’est ni une ethnie ni une race. Même pas un peuple – plusieurs en fait. Pas davantage une religion, ou plutôt si mais c’est une autre réalité. Alors c’est quoi. C’est quoi une victime JUIVE. De même ANTISEMITE. Sémites, les arabes le sont. Les aurait-on comptabilisés dans ces 69% ... Vous voyez, même les MOTS eux-mêmes sont retournés, trafiqués, sujets à caution. Alors les chiffres et leur instrumentalisation ! 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire