lundi 19 novembre 2018

Affaire Carlos Ghosn. Bizarre, bizarre ...





Etrange cette affaire Carlos Ghosn ! Un grand patron d’une multinationale qui saute, c’est rare de chez rare ! En plus pour fraude fiscale – tous font de l’optimisation et donc de la fraude – ET pour détournements de fonds au titre de ses besoins personnels – en clair il utilisait Nissan pour lui, ce que tous font aussi.

Les japonais seraient-ils plus honnêtes que chez nous, je n’y crois guère, là-bas les implications entre les yakuzas et les grands firmes … Donc que reproche-t-on à ce – entre guillemets – big boss ultra bien payé – bien trop – pour le faire soudain sauter comme un pion. Ça sent la manipulation.

Ça m’évoque l’affaire DSK. Alors à la tête du FMI, DSK s’était opposé à des manipulations financières de la FED et donc aux plus grandes fortunes outre atlantique. Tu joues à Icare, lui répondirent ses commanditaires et payeurs, et ils lui balancèrent Madame Diallo au Sofitel – pas du tout le genre de femme qu’affectionnait l’ami DSK. La dame perdit tous ses procès, DSK fut écarté et du FMI et de l’Elysée, l’oligarchie en coulisses avait la carte Hollande, passé par un séminaire Young Leaders. La remplaçante, Madame Lagarde, de DSK fut o combien plus docile, au point d’y être encore sept ans plus tard. 

DSK, lui, tomba à Valenciennes.

Donc Ghosn est arrêté et Nissan s’apprête à le démettre du jour au lendemain de ses fonctions. Etrange, très étrange. Le motif ne tient pas la route on l’a vu Donc quoi – à quoi ou à qui s’opposait-il en interne, on pourrait explorer cette piste. Car Ghosn n’est pas particulièrement souple, et tel DSK a-t-il voulu faire céder ses propres actionnaires. Suivez l’argent, le capital, entre quelles mains le capital de Nissan, je veux dire, dans quelles familles est-il prioritairement. Que veulent ces familles. Qu’aurait pu leur opposer celui qui s’est cru Icare et donc patron alors qu’il n’est qu’un salarié.

Mystère à éclaircir …


2 commentaires:

  1. d'après ce que j'ai compris,Renault "aurait" plus de droits de votes que son poids économique et financier ne le justifie..Peut être simplement les Japonais ont ils voulu reprendre le pouvoir ?

    RépondreSupprimer
  2. Les Français essayaient de prendre le contrôle total de l’Alliance Renault/Nissan/Mitsubishi afin de s’emparer de secrets militaires Japonais et Américains. Mitsubishi Motors, qui fait partie de l’alliance automobile Nissan/Renault, faisait auparavant partie de Mitsubishi Heavy Industries.

    RépondreSupprimer