lundi 1 octobre 2018

Manu Montana



Manu nous avait promis avant son élection de renouveler de fond en comble la vie politique. Cest donc chose faite. Oh, il ne parlait pas du fait que tous les politiciens piquent dans la caisse, mentent aux électeurs, les méprisent. Ce qui prévalait dans l’ancien régime vaut bien encore dans le nouveau. Non, il faisait allusion à la façon de considérer le président en personne, aux accointances et amitiés de ce dernier, à son style. Et à quelques petites provocations qui nous rappellent davantage Tony Montana que le Général de Gaulle.

Celui qui se fait appeler Jupiter aime les petites frappes, nous en eûmes un éclatant exemple avec Alexandre Benalla, ce garde du corps qui possède arme de service, autorisation de casser du jeune gueux et trousseau de clefs de la maison du Touquet de Brigitte - et plus si affinités. Nous comprimes le soir de la fête de la musique que le président des riches avait des gouts musicaux tout à fait particuliers, et aimait bien les transgenres effectuant quelques pas de vogging désordonnés. Sur la photo du couple Macron fort bien entouré de drags et de queers, on retrouve dailleurs Nick je ne sais plus quoi, ce sympathique rappeur qui dans son dernier clip conseille de pendre les blancs.

Lors de la coupe du monde de foot, on retrouva notre distingué monarque dans les vestiaires face à des musclors footeux torse nu, tout sourires. La photo selfie avec Macron torse nu devient dailleurs une série, avec ce second exemple quelque peu surprenant dun selfie avec deux petits blacks de Saint Martin, un ex braqueur repenti et un autre, son frère probablement, torse nu et faisant face caméra un doigt dhonneur, on se demande bien à qui.

Pour un président qui exige à un jeune boutonneux au Mont Valérien qu’on lui serve du Monsieur le Président, le contraste du Deux poids deux mesures est frappant, au profit du vulgaire sentend. Des que ca sent la transgression un tant soit peu trash, le président des riches, en cela tout-à-fait bling bling, biche, il ne reprend son air tape-dur que face à un petit blanc au chômage, à qui il conseille avec condescendance de traverser la rue pour se trouver un job de serveur de café.

On est avec Emmanuel Macron dans une séquence de type Le Pellerin ou Nous deux en mode rap, drags, petites frappes et autres amateurs de chaines en or bien voyantes. En clair, le petit bourgeois des beaux quartiers chics dAmiens aime utiliser sa fonction pour sencanailler, et parmi les enfants de France qu’il dit chérir, il a des gouts et des préférences. Ma foi si ca lui va, pas de problème, tant qu’il nen fait pas étalage, ce qui est loin dêtre le cas. Car la fonction, la sienne, et donc la France, sort en charpie de ces exhibitions. Comme ce fut le cas autrefois avec le Sarkozy des débuts, le bling-bling prévaut, Neuilly se vautre dans la fange, la haute bourgeoisie sadonne à un freluquet pataugeant dans la culture Hanouna. On le note au passage, Macron est tout-à-fait sensible, affaire de gout, aux charmes bien peu discrets dune certaine jeunesse issue de limmigration, pas celle qui buche dans des universités, davantage celle qui flambe, qui montre ses biceps, qui sort son gun et nous fait à nous français un bon gros doigt dhonneur en fixant lobjectif.

On ne saurait être plus clair !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire