mardi 2 octobre 2018

Le serment de Jeanne - Dialogue 9



Me voici donc mains liées et trainée sur la place publique par le bourreau. Celui-ci je le vois nose me regarder, il semble désolé de ce qu’il a à faire, mais le fait néanmoins, sans user de violence à mon endroit. Il est observé par la foule, celle-ci semble quelque peu hésitante, gênée, là parce qu’attirée comme malgré elle au dehors, y être, pouvoir ensuite témoigner sans doute.

Le bucher, éteint, est devant. Lhomme encapuchonné my conduit pas à pas, je laisse mes pas glisser sur les derniers mètres de terre ferme que je connaitrai jamais. Il me hisse dune main ferme mais rassurante sur le haut des brindilles par un escalier de bois, quelques marches, en haut il y a un poteau, cest là que mains dans le dos je serai attachée.
Je sens les liens, lhomme tache de ne pas trop serrer, sa délicatesse me touche, jose un regard bienveillant qu’il surprend, et vois au fond de son œil perler une larme.

Je suis dorénavant seule, je regarde les cieux, surprends la silhouette du bourreau redescendre. Un homme, Cauchon peut-être, sadresse à la foule, sa bouche souvre mais je nentends aucune de ses paroles, celle de Notre Seigneur Tout Puissant la recouvre dun voile, Il me parle, me conforte, me rassure, me dit ces flammes tu ne les sentiras pas, je les ai comme désinfectées, elles bruleront ta peau mais douleur il ny aura pas.

Lhomme alors savance vers le bucher, une torche à la main, et lance les flammes. Celles-ci se dressent, crépitent, montent, envahissent lespace, je sens le souffre, inspire le feu, mais une barrière se dresse, entre ma sensibilité et moi, ce que mon corps supporte je le sens de moins en moins, puis plus du tout.

Les flammes alors se saisissent de mes chairs et les déchirent. Mon ame lors est déjà au-delà, elle vole au dessus du bucher, observe le corps se consumer. Je suis déjà au royaume des cieux et telle lange qui autrefois me parla vole et voltige et dun tressaillement daile me sens aspirée vers léternité.

Et mévanouis sur un Je t’aime merveilleux.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire