mardi 23 octobre 2018

Homme poupée gonflable ou la mise en scène du néant



Austin Wolf, quel sobriquet de merde ! Pourquoi pas Mercedes Doggy ! Le gars est star du porno, star de X gay américain, et il vient de se faire pécho conne on dit dans les toilettes d'un avion de la compagnie Delta, à se faire faire une turlute par un Stewart. Passionnant !

J'imagine que face à ce truc, je veux dire cet avatar à muscles et à tatoos qui est constamment torse nu à son age – bonjour la maturité ! – bien des hommes et des femmes, ca leur donne … faim ! Moi pas. Pas du tout ! Ce type, ce genre de type, ce genre de gars, moi je vois une poupée, une doll, un truc pas sexy du tout, juste une bestiasse becasse un rien ridicule. Qui enfant devait s'appeler Martin Courgette, devait avoir des tas de complexes, les a pense t-il résolu à coups d'haltères et de photos et de coups de reins filmés. Se la joue, se la raconte. Ressemble à des dizaines de milliers d'autres. N'est dans ce qu’il a choisi de montrer de lui pas plus humain qu’un robot de l'IA.

Le nombre d'hommes qui se sont volontairement transformés en poupées gonflables auto-échangeables, qui se pixélisent à outrance sur Instagram et Facebook, qui prennent des poses, qui se font dix selfies / jour, se rendent-ils compte de l'effet produit, déjà le ridicule, ensuite leur propre deshumanisation, enfin à terme l'évidence d'un miroir qui se fissure puis se brise. J'en ai connu un paquet qui n'investissaient que sur leur physique. Au bout de la route, dépressions, suicides, désocialisation. Le vide les rattrape un à un et ils sont remplacés par d'autres. Plus jeunes. Tout aussi paumés.

Triste, ces comptes Instagram de potes qui multiplient ca, sans jamais rien mettre en avant qu’eux mêmes dans leurs poses de princesses poilues. Après 30 voire 35 ans ca vire au grotesque, c'est pathétique, triste surtout. Ils valent mieux que ca mais tentent de compenser un sentiment de vide ou une absence de colonne vertébrale – allo Papa – par des reflets trompeurs d'eux –mêmes. S'ils ne changent pas ca, ca finira mal.

C'est tellement trivial, tellement peu masculin au fond, tellement La vie est comme un Disney avec des Ken dedans qui se la jouent. C'est rien, du vide, ce n'est à la longue meme plus beau, juste lassant. Moi moi moi, pff. T'as vraiment rien de mieux sous le coude mon grand ?



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire