mercredi 3 octobre 2018

Collomb s’en va



Donc il sen va. Pas dans neuf mois juste avant les municipales mais maintenant. Macron a tenté, Gérard a maintenu. A parlé. Beaucoup trop. Dans la presse. Taxant le président darrogance. Tapant sur son propre bilan en parlant de la recrudescence de violences dans les quartiers. Après moi le déluge !

La situation devenait proprement ingérable, accepter lexfiltrage du premier flic de France, ministre de lintérieur à mi-temps cumulant gaffes, erreurs et couacs de communication était urgent. Edouard Philippe reprend donc le portefeuille. Lintérim. Pour le successeur on a des noms, mais pas de chance, de candidats qui refusent de lêtre, Valls, Darmanin etc. La sécurité, dossier prioritaire en période dattentats, nest donc plus vraiment assurée.
Le premier des marcheurs sen va en déambulateur, sen retourne à Lyon, au point de départ. A 71 ans, bientôt 72, refusant de quitter la scène, Collomb entend briguer un nouveau mandat. Celui de trop.

Il semble se trainer, peiner à trouver ses mots, fouiller dans sa mémoire, bref, il donne le sentiment de ne plus en être vraiment, de tacher en tâtonnant de trouver une porte de sortie honorable. Les politiciens ne raccrochent souvent que morts. A la comédie du pouvoir sajoute une petite touche de tragique. Ca sent le tour de piste de trop, leffort qu’on aura du mal à faire, une campagne cest pas donné à tout le monde, ca demande force et concentration. Nous verrons.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire