samedi 20 octobre 2018

Chefs d’oeuvre du 7ème art - Une affaire de femmes



Faiseuse danges sous loccupation, autrement dit avorteuse. Hors-la-loi sous Pétain et son Travail Famille Patrie encourageant la femme française a se multiplier. La France du Maréchal, cest une France qui à lextérieur a capitulé devant lenvahisseur mais à lintérieur impose un joug moralisateur et réactionnaire. Marie, lhéroïne éprise dune liberté simple, superbement interprétée par une Isabelle Huppert retrouvant dix ans après Violette Noziere Claude Chabrol, est en cet enclos autant un contre-symbole absolu quune victime expiatoire parfaite.

Lhéroïne telle qu’elle nous est dépeinte par Chabrol de manière naturaliste est tout sauf sympathique, elle a des aspects Madame Bovary indéniables, elle naime point son mari, le délaisse pour elle meme, et cherche à faire dans son coin un petit commerce grâce auquel elle peut sacheter un peu de cette liberté qui sous loccupation manquait tant.

Sépanouissant au fur et à mesure dans une société irrespirable dhypocrisie dont elle rejette toutes les valeurs, Marie est une entrepreneuse avant lheure, amie et logeuse de prostituées, comme une incarnation de la femme moderne, celle qui saffranchit de la tutelle de son mari comme des repères moraux dun pays occupé. Loccupation est pour elle une libération, elle nage à contre courant, tel un poisson dans leau. Marie est comme une alcôve secrète au sein de Vichy, pour létat elle est un authentique poison, pour ses consoeurs les femmes un exemple de libération, pour elle-même une actrice de sa propre vie.

Faisant son commerce avec force aiguilles à tricoter et savons, elle devient comme un nom qu’on se passe discrètement sous la table, et plus sa fortune augmente plus sa vie est en danger. Car ôter à létat un enfant cest le trahir, selon la doxa du moment.

Capturée, jugée, emprisonnée et condamnée à mort en 1943, Marie, la veille de son exécution, aura dans sa cellule  ces mots, Je vous salue Marie pleine de merde, le fruit de vos entrailles est pourri, qui à la sortie du film en 1988 firent scandale, en même temps que La dernière tentation du Christ de Martin Scorcese – au point que deux salles projetant les deux films furent à lépoque plastiqués.

Treize ans après la loi sur lIVG, lavortement faisait encore et toujours scandale. Ce nest pas le moindre talent de Claude Chabrol que davoir su, par ce film aux accents aussi flaubertiens que balzaciens, inscrire sur lécran un parcours de vie qui se confond avec la quête de liberté.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire