jeudi 18 octobre 2018

Chefs d’oeuvre du 7ème art - Duel



Ce fut les débuts de Steven Spielberg, un téléfilm, sorti ensuite en salles, et qui est considéré comme son tout premier long métrage. Le coup d’essai fut un coup de maitre, le film devint et demeura culte.

On peut parler d’exercice de style hitchcockien. Car l’intrigue, les personnages, leur caractérisation, les décors, le scénario, tout est dépouillé à l’extrême. L’intrigue de Duel tient en deux lignes. David se rend en voiture sur une grand route à un entretien. A un moment il se retrouve coincé derrière un énorme camion lent, et décide de le doubler. Ce sera la pire décision de sa journée. Sans raison le camion le prend en course poursuite, et l’on comprend que le camionneur, invisible du début à la fin, veut sa mort.

Combat aussi anonyme qu’aveugle et absurde. On ne sait rien ou presque de David, et absolument rien de son poursuivant. C’est donc une pure figure de style déconnectée du réel, le camion ca peut être le mal, le croquemitaine, le loup garou, ou le requin des Dents de la mer, le film suivant de Spielberg.

Les paysages désertiques de Californie sont le cadre de ce drame sans queue ni tete ou l’identification à David marche à plein régime. On tremble avec lui, on guette le camion dans le champ de l’écran, on ouvre grand ses oreilles en tentant de surprendre le bruit de la carlingue de métal. On est au cinéma, au vrai, au dépouillé de tout artifice. Avec ce galop d’essai, Spielberg, avec trois bouts de ficelles, fait son entrée chez les grands.


1 commentaire:

  1. Je me souviens bien de ce film que j avais vu au cinéma, je devais avoir à peine 18 ans, les images étaient magnifiques et l intrigue nous amenait "ailleurs".. Merci Christophe, j avais complètement oublié cette production mais tu m as remis à l esprit les magnifiques couleurs et la sécheresse du décor de ce film! Je revois encore l image où le conducteur en regardant son compteur dit je suis à 100 (km/h) alors qu'il affiche environ 80 (miles/h)!

    RépondreSupprimer