samedi 27 octobre 2018

Brésil au bord du gouffre !



Nous y sommes presque, le Brésil, le plus grand pays d'Amérique Latine, est sur le point d'élire Bolsonaro, son Trump maison, un infect populiste dans le pire sens du terme, raciste, misogyne, homophobe, un type vulgaire et éructant. La honte absolue ! Mais pire que ce qui précède, en l'élisant, le Brésil se donne à un représentant de cette nouvelle caste de marionnettes de l'oligarchie que Jacques Attali promeut en personne, à savoir les nationaux-sionistes. En d'autres termes, de faux patriotes servant les intérêts économiques et géostratégiques de deux états étrangers, à savoir Israël et les Etats Unis d'Amérique. En clair, l'oligarchie anglo-saxonne et les banksters.

Le Brésil s'apprête donc à quitter le giron des BRICS. Apres le Paraguay, la Colombie, le Pérou, un de plus dans l'escarcelle de la Maison Rothschild et de leurs amis les Rockefeller ! Le bloc d'en face, celui qui vante le multilatéralisme, perd des points, par juges interposés – quand ce ne sont pas des révolutions oranges ou des printemps arabes manipulés et la main invisible de George Soros. Il perd des alliés aussi vite qu’il gagne des parts de marché sur le plan économique. Car la montée de la Chine et de la Russie, évidentes en économie, doit faire face à des séries d'attaques lancées par-en-dessous contre des partenaires ou des pays limitrophes – Ukraine …- ainsi que par une série d'agressions militaires ou diplomatiques – le retrait unilatéral du Traité FNI sur la maitrise de la prolifération nucléaire par les USA.

Les russes l'ont dit, ils se préparent à la guerre tandis que les USA la préparent. La nuance lexicale est de taille, l'un est en défensive et l'autre en attaque. Le clown brésilien s'inscrit dans cet équilibre qui bascule, on est face à un échiquier, chaque pion compte, et on compte ses pions.

Les brésiliens peuvent d'ores et déjà s'ils élisent ce guignol archi-toxique dire adieu et à toutes leurs spécificités et à la singulière voix de leur grand pays. Ils vont dans un proche avenir les regretter, ces dirigeants prétendument malhonnêtes, destitués et/ou mis derrière les barreaux par des juges corrompus. La manipulation de l'opinion, une science qui devient de plus en plus exacte et qui marche a à peu près à tous les coups !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire