mardi 25 septembre 2018

Ls serment de Jeanne - Dialogue 5



Cet évêque, Cauchon de son nom. Tandis qu’il m’assaillait de mots, me rouait de moqueries, salissait mon nom, faisait entrer les faux témoins, me raillait, me déclarait hérétique, je l’observais, d’un regard clair et doux, dans le fond de l’œil, et voyais l’homme, celui qui a peur, qui sue à grosses gouttes, celui qui doit faire ce qu’il est en train de faire pour d’autres qui le rémunèrent, le fait mais en sentant en son corps que cela lui en coute, que cela remue en lui des maux, des douleurs, des contractions, des gaz, presque. Je le voyais se contorsionner, se plier, se déplier, se replier, s’avancer, hésiter, reculer, hésiter, s’immobiliser, hésiter, hésiter encore, hésiter toujours, je demeurai immobile, le visage impassible, l’œil clair, sourire aux lèvres, tandis que lui, en son prétoire, devant ses hommes, libre donc d’aller et venir, de prendre ou de distribuer la parole, voire de l’interdire, lui n’était que tourments, fièvres, maux, je le voyais ainsi, enchainé, contraint, obligé, surveillé de près depuis l’intérieur même de ce tribunal, jugé au mot près, à la virgule près, à l’intonation près, comme si le texte lui avait été distribué, comme s’il avait eu des mois durant à l’apprendre de force par cœur et à le répéter inlassablement, tant et tant que devant le lever de rideau déjà l’homme sous la robe de l’évêque était épuisé, à bout de forces, presque sans vie, que le souffle lui manquait, qu’il sentait ses jours comptes. Et exténué, il inspirait puis expirait tel un buffle à qui l’on fait voir la lame de l’épée tandis qu’à bout de nerfs il s’ébat dans l enclos, mugit, souffle de l’air et soulève la poussière. Puis s’arrête, interdit.

Cet homme sous l’évêque, je le fis mien, j’entrais alors en position d’accusée tandis qu’il plaidait, en empathie avec lui, être de souffrance, être contraint, ayant choisi la compromission avec l’ennemi de Dieu, et sachant son sort scellé. Ce fut, croyez-moi, bouleversant que de vivre cela avec lui à quelques mètres de lui, je savais mon sort ici-bas réglé mais connaissais l’échappée, et voyais combien mon contradicteur était dans cette inversion du destin, il vivait là son seul et unique moment de gloire, resterait injustement comme mon bourreau dans l’Histoire, lui simple exécutant des basses œuvres, innocent en définitive, brebis sacrifiée sur l’autel du Malin. Tout cela je le sentis et le vécus, et mille fois eus envie de me soulever de mon banc pour venir le serrer contre mon cœur et lui dire, Monsieur l’Evêque n’ayez crainte, je ne vous juge point, et de là-haut plaiderai pour vous la clémence au Tout Puissant dont vous vous êtes écarté. Ce n’est pas grave Monsieur l’Evêque, ce n’est rien, ne vous en faites pas, tout ici-bas se rachète et j en ferai pour vous mon affaire, comptez sur moi.

Lorsqu’il prononça la sentence je plongeai alors mon regard transparent dans le sien et lui envoyai un peu de cette Lumière divine. Je sentis lors qu’il en fut touché, et put, o fort discrètement, avant que d’ordonner de m’expédier au bucher, m’abandonner sur un timide sourire, qui le réchauffa un court instant. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire