lundi 17 septembre 2018

Education Nationale - les vautours arrivent !



Un pas en avant, un pas en arrière. Macron a promis de supprimer 120 000 postes de fonctionnaires durant son mandat. Employeur de la moitié de la fonction publique, l'Education Nationale ne pouvait rester en dehors de cette noble ambition de petit comptable.

Donc moins 1800 postes en moins pour l'administratif et le second degré, a tranché ce bon Blanquer, autrefois aux cotés de Sarkozy pour sabrer dans les postes. Libéral de droite pur jus, cet ancien collaborateur de Gilles de Robien saupoudre ses coups de sabre avec des kinder bueno. Une seconde heure supplémentaire payée aux professeurs débutants, une augmentation de 1000 euros la première année d'enseignement et un dédoublement des classes de CP et CE 1. 

Histoire de faire genre … 

On se concentre sur les fins et pas sur les moyens, ainsi s est-il justifié en récitant le mantra bien connu des managers de grands groupes. On attend la compta analytique en business units, vu que même les proviseurs se disent maintenant responsabilisés en managers de site.
L'apparition des méthodes du privé dans l'Ecole de la République, on voit ce que ca donne. Parcours Sup, un sacré pataquès. Le pédagogisme et les référentiels de compétences pour les élèves ou l'explosion de l'illettrisme. La notation des profs sous la forme d'équivalent des entretiens annuels d'évaluation ou comment démoraliser la profession. La réforme des universités ou le prologue à une privation rampante. Le mécénat des grands groupes ou comment faire de nos enfants des petits esclaves du CAC récitant la doxa.

L'ex Boss de l'Essec qu’est ce Blanquer a beau présenter bien et faire sérieux, le projet – celui de son monarque – on en voit les ficelles et on en comprend l'esprit. L'école ca coute cher aux contribuables et ca peut rapporter gros aux investisseurs. Après France Telecom, La Poste et les Aéroports de Paris, les vautours arrivent.

Travailler plus pour gagner plus pour les uns, étudier plus pour apprendre moins pour les autres. Une formule gagnant-gagnant bien gnangnan ! 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire