mardi 18 septembre 2018

Cérémonie d’enterrement pour Anne Hidalgo



Stupeurs et tremblements à l’Hôtel de Ville de Paris, Bruno Julliard, 1er adjoint d’Anne Hidalgo, claque la porte à la surprise générale et s en va planter ses choix ailleurs. Fort critique sur l’exercice solitaire du pouvoir de sa cheftaine, et de bien de ses idées et méthodes, qu’il qualifie presque d’amateurisme. Ce qui est le cas depuis le début mais jusque là ne semblait pas suffisant pour ne plus toucher le salaire de premier adjoint. Bref, le navire prend l’eau, le rat quitte le navire, Hidalgo, ex soutien d’Hamon en 2017 – mauvaise pioche ! – est dans le viseur du monarque, en 2020 LREM va la tirer par les cheveux hors de la mairie et la renvoyer en charter en Catalogne.

Hidalgo, ce n’est pas un bilan dont elle pourra se parer, mais d’une cérémonie d’enterrement. Ce qu’elle laissera aux parisiens, déjà une dette de plus de six milliards qu’à la suite de son mentor Delanoë cette championne de la politique gadget aura continué à faire exploser, le tout en commandant à tire-larigot à ses amis dans la com. des rapports aussi ruineux qu’inutiles. Six milliards, une paille pour cette dépensière hors-sol des deniers publics qui aime tant faire allumer la Tour Eiffel pour des causes bidons, ce n’est certainement pas elle qui paiera la note. Les parisiens ont intérêt à se serrer la ceinture ces prochaines années.

Du côté d’Anne Hidalgo, on fait valoir que la dette rapportée au nombre d’habitants reste inférieure à celle de Lille ou de Marseille et que l’agence de notation S & P a confirmé la note « AA » de la ville, avec perspective stable, soit la meilleure possible pour une collectivité. Il n’empêche: la dette sert de plus en plus à couvrir les dépenses de fonctionnement, ce qui traduit une incapacité à réduire ces dernières.
Excuse bidon, on louche sur la copie de deux mauvais élèves, et avec un air satisfait on dit, voyez, j ai 4/20 et eux 1 et 3, alors … Et on se planque sous les draps d’une agence de notation en toc. Pauvre femme !

Resteront les passages piétons aux couleurs du rainbow flag, la découverte des migrants sur le trottoir de sa ville trois ans après leur arrivée, l’échec des voies sur berge interdites aux voitures pour vice juridique, les JO en 2024 – elle y est pour rien et elle aura plus l’écharpe – qui couteront un bras et enrichiront la maffia du BTP, les Gay Games, une photo avec Minnie à Eurodisney.

Epicetou.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire