mardi 25 septembre 2018

73ème assemblée de l’ONU - Que le spectacle commence !



A compter de ce 25 septembre 2018, 73ème assemblée de lONU dans lest de Manhattan à New York, sous la présidence de son secrétaire général, le portugais Antonio Guterres. 130 chefs détat et 40 ministres des affaires étrangères attendus pour une semaine de rencontres, déchanges et de palabres au sein de cette assemblée des nations créée en 1945, au lendemain de la seconde guerre mondiale afin dassurer la paix. LONU, dont le terrain ayant été utilisé pour y bâtir son siège, fut cédé par la famille Rockefeller, ce qui en dit long pour qui sait voir sous lapparence des choses.

Tandis que le monde danse sur un volcan, que la guerre en Syrie peine à sachever, que les provocations envers lIran, victime dun attentat il y a deux jours sur son propre sol intenté contre des militaires en parade, se multiplient, que les Etats Unis dAmérique menacent de plus en plus ouvertement le Vénézuela souverain dun coup détat et que la Russie accuse Israël davoir créé les conditions pour abattre un de ses avions, faisant ainsi huit morts, il importait que le bal diplomatique, sorte de lac des cygnes des boards et des chancelleries, souvre et fasse résonner les premiers accords de la symphonie des belles intentions.

Tandis que lélu de France sapprête là-bas à recevoir le titre de Champion de la Terre et de Champion du Climat, non pour avoir éradiqué la pollution des navires responsables de 95% de celle-ci ou procédé à la reforestation – notre monarque, plus modeste, sest contenté sous cape dencourager les députés de sa majorité à autoriser sur notre sol lutilisation et la vente de glyphosate pour quelques années supplémentaires -, son ministre des Affaires Etrangères Jean-Yves Le Drian a prévu une tournée merveilleuse au cœur des plus belles institutions internationales locales, afin de les assurer de toute la bienveillance hexagonale et rééquilibrer le pendule après les crachats de Donald Trump à leur propos. Cour Pénale Internationale et UNESCO auront donc droit à la visite de notre fringuant ministre et à lénoncé de quelques formules de politesse bien senties, ainsi que – tant qu’à faire dans les faux semblants, allons-y gaiement …- lAgence de Nations Unies pour les Réfugiés Palestiniens, lUNWRA. A laquelle jimagine la France, cette grande puissance indépendante de toute influence étrangère, ira remettre un énorme chèque et des couronnes de chrysanthèmes pour sexcuser sans en avoir lair.

" Un grand honneur ". C’est par ces mots que l’imprévisible et pourtant prévisible président Trump a accueilli son homologue français ce lundi 24 septembre à New York, assurant que leurs relations sont, je cite, à 99% bonnes. On se doit donc de soulever le tapis et prendre une loupe à la recherche 1% restant. Vu que depuis la victoire élyséenne du monarque, les marques d’affection, les embrassades, les poignées de main chaleureuses, les photos re-tweetées sur le compte du shérif US ou l’on voit les deux hommes danser la carmagnole tous sourires abondent.

Il va de soi que l’écume nous dit que les sujets qui fâchent se multiplient entre eux, accord sur le nucléaire iranien, réchauffement climatique, protectionnisme, ambassade américaine à Jérusalem, j’en passe et des meilleures. Quand Hardy éructe, Laurel tempère, et tous deux, partenaires particuliers, se font la courte échelle tout en se faisant mousser. Depuis un an le numéro est rodé, et le castelet habitué à ce numéro de duettistes récurrent. On feint les désaccords, on se distribue les cartes et on conserve sur la scène internationale les deux titres en haut de l’affiche.

On notera pour cette 73ème Edition l’absence des présidents chinois et russe, c’est-à-dire d’environ la moitie du monde. Parler d’Organisation des Nations Désunies, d’OND, serait bien entendu faire preuve d’une criante mauvaise foi, puisque Nikky Haley, la comédienne en titre des Etats Unis d Amérique, est là, elle, tous sourires et coupe de champagne à la main, le portable vissé à l’oreille sur les desiderata de Tel Aviv.

Tandis que notre Monde, 73 ans après la fin de la seconde guerre mondiale, s’approche pas à pas de la troisième à l’initiative de la grande puissance invitante et de certains de ses alliés, la comédie de la paix à tout prix se doit d’être jouée dans l’immense bâtiment payé rubis sur l ongle par les Rockefeller, ces bienfaiteurs anonymes de l’humanité. L’eschatologie nous l’enseigne, c’est au moment même ou tous crieront PEACE que tout s’embrasera. Un dirigeant assassiné dans les Balkans, dit le Texte …


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire