vendredi 17 août 2018

Trop d’émotion tue l’émotion

2 commentaires:

  1. Bonjour Christophe

    Tout cela parce que l humanité est encore à un très faible niveau non?Et que même les gens parmi les plus éveillés font partie d elle.
    Par exemple qui accepterait de poser une main sur une plaque de réchaud allumé ou de se jeter dans des chûtes d eau si un gouvernement ou un cartel d influence l ordonnait,à moins d avoir un gros souci de santé?
    Pas grand monde!Il n y aurait pas besoin de chefs dissidents pour convaincre les gens de ne pas obéir et un prétendu spécialiste ou oppresseur voulant les contraindre à tels actes fous n y changeraient rien.
    Nous sommes à ce niveau de conscience collective.Quand les nuisances que l on essaie de nous imposer le sont de façon plus subtile que ça eh bien les gens hésitent à désobéir parce qu'ils ne voient pas toujours la finalité,les conséquences néfastes dans le futur pour eux comme pour les autres parce pas toujours conscients que nous sommes tous reliés sur un certain plan.Mais quand le niveau de conscience deviendra plus élevé,ils capteront de suite les diverses implications d un acte et à partir de là il n y aura plus besoin de se trouver un chef de parti d opposition pour dire Non aux choses que l on tentera d imposer si ces choses sont nocives.La réponse collective sera aussi spontanée qu un réflexe de protection basique.
    Et là sera la fin des fausses élites parce qu'elles ne pourront plus survivre dans une telle humanité,on les regardera pour ce qu'elles sont,un ramassis de profiteurs parasitocrates criminels et malades aussi.

    En attendant ces temps,nous sommes dans la division et les combats d égos avec tous les remous.
    Alors que les réponses sont souvent simples mais comme vous le dites on tend à se trouver des chefs (qui vont pouvoir décider à notre place si il faut poser une main sur une plaque brûlante ou se jeter dans le Niagara en croyant que si le chef nous dit de le faire c est forcément sans danger.
    On délègue notre pouvoir personnel et notre faculté de choisir.On a oublié d être grands alors on se divise sur des choses qui feraient consensus général spontané si nous étions rien qu'un peu plus evolués,ce que d autres ne veulent pas et agissent donc en conséquence concrétement dans la vie de chaque jour pour nous bloquer.
    Mais un jour dans une île paumée des singes ont commencé à laver des patates avant de les manger.Sur d autres lieux éloignés la même espèce fit de même.
    Les champs morphiques de Sheldrake je crois.L oligarchiasse n aime pas trop cette idée tout en essayant d utiliser les connaissances à ce sujet pour diviser opposer et entraver l évolution vers les hauteurs de l esprit et arrêter les processus de libération et d éveil des consciences,vous le savez.


    LOUIS

    RépondreSupprimer
  2. Christophe, sans vouloir vous contrarier, les petits wagons n'iraient pas loin sans locomotive, même si celle-ci est poussive.
    Bien à vous.
    Gilbert

    RépondreSupprimer