vendredi 17 août 2018

Qui paie la Troika de Bruxelles



Contrairement aux européistes de la Troika, il savèrerait que la conséquence du Brexit – pas encore dans les faits, pour ca, attendre fin mars 2019, sauf que ca donne une direction – les salaires sont repartis à la hausse selon une étude portant sur un échantillon, faible javoue, de 200 salariés anglais. Contre les prévisions alarmistes des bruxellois qui leur promettaient 20 ans de gel.

Egalement au Portugal, échec sur toute la ligne de la Troika. Le gouvernement a pris lexact opposé des préconisations de nos hauts fonctionnaires et leur économie – contrairement à ceux qui suivent lorthodoxie – repart à la hausse.

On en viendrait presque à se demander si notre troika, la même qui a mis la Grèce par terre, ne le fait pas un peu exprès. Sinterroger sur les maitres auxquels elle obéit. En clair, qui est le pilote du Bateau Union Européenne.

Les peuples ou tout du moins de plus en plus de citoyens, pas forcément que des nationalistes de type extrême droite, commencent à ouvrir les yeux. Les conséquences pour leurs vies sont tellement criantes que le bien des peuples voulu par nos dirigeants, le discours ne tient plus la route tant les faits contraires saccumulent. Le glyphosate dans nos assiettes, label UE, comment dire, la coupe est pleine.

Le roi est tellement nu et les contestations tellement exponentielles que les dirigeants de lUE, grands démocrates devant lEternel, ont pris les devants. EuroGendFor – larmée de lUE – à disposition des gouvernements en cas de contestation trop forte de la ligne officielle. Verrouillages institutionnels par dessus la tête des peuples. Chantages sur gouvernements récalcitrants. Bien dautres dispositions encore, quand on tient la clef du coffre on peut commettre bien des choses par en-dessous.

Que Salvini samuse à défier les bruxellois et à renvoyer les migrants, on pourra toujours actionner le bouton de toutes ces banques italiennes au bord de la banqueroute. En Grèce ils firent bien pire, alors tant quà faire pourquoi se gêner. Les gouvernements nont plus les mains libres depuis Maastricht, depuis Lisbonne nen parlons pas. Ils ont remis monnaie, budgets, armées, frontières et logiciel dans des mains étrangères en échange d’une sympathique rémunération à vie, et les parlements se contentent de traduire des dispositions de lUE écrites par des lobbys de banques et de multinationales.

On a découvert le montant des dessous de table de nos chers députes européens, le circuit, la logique, bref on les a pris la main dans le pot de confiture, sans que cela ne change rien de fondamental. Juncker peut tituber depuis des années dès laube, il est toujours en poste, verre de whisky à la main. La caisse bruxelloise est fermée, la clef est ailleurs.

LUE contre les peuples, lidée fait son chemin, les gens ont du bon sens, les médias, ils ne les croient plus. Bien des citoyens refuseront de se prêter à la mascarade du vote pour les toutes prochaines élections européennes, le système etant fait pour faire toujours gagner les mêmes, à quoi bon se déplacer. Record dabstention à prévoir donc.

La Troika, elle, na de compte à rendre à personne, à personne chez nous, sentend, les financeurs sont ailleurs, en coulisses, cachés, et plus ou moins discrets. Hors datteinte dans leurs tours, protégés par des gorilles, le regard vissé sur le montant de laction, 20 % minimum, cest lobjectif. En decà, ils siront planter leurs fortunes là ou lherbe meurt plus vite …


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire