vendredi 31 août 2018

Pinocchio à Helsinski



Tandis que Serguei Lavrov vient d'annoncer de vastes manoeuvres navales en Méditerranée afin de contrecarrer les plans occidentaux dans la province d'Idlib ou djihadistes et rebelles pullulent, et que les casques blancs dépêches à cet effet préparent une nouvelle fausse attaque chimique, notre tout petit monarque en carton pate se paie de mots à Helsinski, annoncant depuis son aventin jupitérien une révolution structurelle à construire dans les grandes lignes de la défense européenne. Laquelle, nous dit sans rire ce caniche affidé soumis aux yankees, doit être rééquilibrée au profit des russes.

Dire exactement l'inverse de ce qu'on pense et de ce qu'on fait, c'est le discours de la méthode de l'Oracle furoncle élyséen, Pinocchio des tréteaux toujours prêt à degainer du powerpoint aux quatre coins de la planète. Cet olibrius jésuite tout droit sorti d'une banque d'affaires dont le métier de base est d'avaler, de macher, de recracher et de palper un épais pourcentage applique à la géostratégie sa propre méthode, celle pour les nuls, qui consiste tel Pinocchio à laisser son nez pousser et à l'arroser par des mots aussi mielleux que mensongers.

La pseudo incarnation de l'Europe de demain qu'entend interprêter notre freluquet à la geste aussi terne que celle du transparent Trudeau invite ses alliés du bloc européen à le croire sur parole. On remarquera que l'empereur des mouches fonctionne autant comme une force d'attractivité que comme un repoussoir, le petit Mickey oligarchique clive et pas qu'un peu, Orban et les italiens maculent ses pas de traces de peinture et lui collent chaque jour des sparadraps sur le nez et des cocards. La poupée Chucky qui nous sert de président s'est faite attribuer une fonction précise sur le castelet de Guignol et Gnafron, celui du faux gentillet et du fayot, qui ne peut s'empêcher avec son carnet de notes truqué de tacler quotidiennement ceux qui dans la classe hurlent à la triche avec des preuves dans les mains de sa duplicité. Macron, à l'étranger, dans bien des pays au monde, est percu comme un gugusse, un débutant, un craneur, un rien du tout qui se la pète avec ses costards impeccablement repassés. Les amoureux de la France, en et en dehors de France, se bouchent le nez à chacune de ses allocutions, le pays des droits de l'homme représenté par CA – on se croirait chez Stephen King - , mon Dieu malheur …

Le discours d'Helsinski sert à détourner le regard du théatre syrien ou se joue l'essentiel, le petit monarque a dans sa poche le script, le vrai, et se paie de mots pour dissimuler les maux. Ce soir les vieillles perruches photoshopées de C dans l'air et des JT iront vanter sa majesté le Paon et ses ramages peinturlurés. Nous qui voyons, on leur rira au nez.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire