mardi 14 août 2018

Le naufrage LGBT



Ils, elles, ou indéterminé, ces choses sans genre, trans ou queer ou que sais-je, créatures en panne d'identité – je n ai rien contre les trans et les queer pourvu qu ils ou elles vivent bien leur condition sans en faire la promotion – sont prêts à rentrer sous tampon de l'Education Nationale dans les écoles de France, maternelle inclus, des la rentrée, afin d'apprendre aux enfants à compter de 4 ans l'éducation sexuelle. 

Eux qui non seulement n'ont pas d enfants, n'y connaissent rien et sont totalement infantiles vont être agréés pour mettre dans la tête de tous jeunes enfants des idées toxiques au possible. Les sexualiser bien trop tot. Leur parler de choix de sexualité à 6 ans, de positions, de ma vie de queer. Comme aux Etats Unis. Comme au Paraguay, les travestir, des enfants filles et garcons de sept ou huit ans, leur apprendre des chorégraphies hyper sexuées, vulgaires. Se mêler de ce qui ne les regarde en rien, l'enfance, sa pureté, son innocence. Eux qui sont la lie d'une communauté qu'ils ne représentent pas et qui sont bourrés de problèmes existentiels voire psys, qui ne s'intéressent à rien, se distraire, baiser, me droguer, mes soirées, mes droits, mon nombril … Eux, totalement livrés au consummérisme, communautaristes jusqu'à la caricature, se targuant d'être d'avant garde alors qu'ils ne sont que l'arrière-train. Eux, les pires d'entre nous, ceux qui créent de l'homophobie et d'ailleurs la pratiquent au sein même de leur communauté, envers les gros, les vieux, les femmes, les pas riches, les pas blancs, les qui pensent pas comme moi. 

Etre homosexuel, etre né marginal, dans une minorité, est, devrait être non pas une fierté mais le signe d'une originalité à revendiquer en tant que telle. Je persiste à croire que contre ce que montre la face visible de cet iceberg désolant, une très grande majorité de femmes et d'hommes homosexuels, bisexuels, transgenres, tout ce que vous voulez, ne se reconnait en rien dans ce douteux spectacle de petits bourgeois incultes sans colonne vertébrale. Pour qui Sodome et Gomorhe, ils jouent comme une espèce de remake, qui jette un voile de réprobation sur les autres, ceux qui vivent dans la discrétion, le respect de l autre, l'indifférence et la vraie tolérance.

Cette communauté, ce qu'elle est devenue depuis qu elle s'est pieds et mains liées livrée à l'oligarchie pour un plat de lentilles, qui vouait un culte à Jack Lang et Pierre Bergé, depuis les années SIDA jusqu'à nos jours, je parle de sa face visible seule, quelle décadence, le plongeon dans le consumérisme le plus cru fut stupéfiant. On se retrouve avec en effet les plus bêtes et les plus vulgaires en tête de gondole des Gay Pride, mis en avant par le lobby, qui maintient dans l'ombre les homos pauvres, seuls et malades dont il n'a, pas plus que Macron et Hidalgo, que faire.

L'abus de drogues dures – chemsex et consorts -, de soirées fermées aux gays seuls, à la distraction comme seul horizon, au sexe et aux partouzes, aux plans glauques sans l'once d'un sentiment, aux escorts, au SM hard, et à tant de choses encore, a littéralement tué à la racine des gens qui à la base étaient montés à la capitale pour trouver l'amour, et qui aujourd'hui des années plus tard se conduisent comme des dindes hystériques amorales. Ils avaient tout, étaient les héritiers des luttes de siècles de persécution et ont en peu d'années tout maculé. De nous autres l'opinion, une grande partie de l'opinion, pas forcément contre les homos, plutot de plus en plus tolérante même, retient ca, ces excès, cette exibition, cette fange hanounesque, JeremStar, Steevie Boulay, les pires en somme.

Balayés Michel Foucault, Oscar Wilde et Jean Genet, le tout-pour-le fric les a etouffés, mes amis clubbers des années 80 morts du SIDA par dizaines, c'est comme s'ils étaient morts une seconde fois. Leur message, leur souffrance, leurs désespérances dans les chambres d'hopitaux ou autrefois j'allai un à un les visiter jusqu'à leur dernier souffle – tout ceci n'aura donc servi à rien.

Assister à l'omerta des complices devant l'accumulation des morts du chemsex, ces touzes SM qui finissent en séances de torture et en crises cardiaques, certains des présents ayant fui sont pourtant présents aux enterrements, ils se taisent et imposent le silence, ils laissent leurs potes mourir et s'assient sur leur responsabilité personnelle. Pour de la drogue …

Ceux-là, la solitude, le triste et morne vieillissement, l'isolement, la dépression, pour certains le suicide, les attendent. Ainsi s'échouent des vies occupées à moins que rien, à soi, à ses petits intérêts, contre le plus souvent ceux qu'on aime, ceux qu'on trahit. Tout se paie, tout finit par se payer, ainsi va la vie. Aucun cirque victimaire ne saurait effacer les traces. L'adoration du veau d or, quelle que soit son orientation sexuelle, ca se paie cash.


2 commentaires:

  1. Dans la même journee j'ai lu cette histoire et votre article aussi j ai pensé à vous l envoyer http://www.europe1.fr/faits-divers/var-condamnee-a-15-mois-de-prison-pour-avoir-fait-une-fellation-a-son-voisin-endormi-3733307.amp
    comme on dit "pas piqué des hannetons"

    RépondreSupprimer
  2. A bien y regarder cela me fait penser à cette manipulation de faire passer tous les musulmans de poseurs de bombes.en l'occurence la il veulent faire passer les homos et autres pour des pornographes pedophiles etc.Quelle vulgarité crasse,il est évident que toute cette communauté , trans, queer,etc ne s'y retrouve pas.ils sont juste la vaseline qui fait passer le suppo toxique de l'éducation à la pornographie à l'école.

    RépondreSupprimer