lundi 27 août 2018

Le chef des caniches de l’OTAN est de sortie



« Nous devons tirer toutes les conséquences de la fin de la guerre froide», a déclaré Emmanuel Macron, en s'adressant le 27 août à 250 ambassadeurs français réunis à l'Elysée. Il a précisé qu'il souhaitait le lancement d'une « réflexion exhaustive sur ces sujets avec tous les partenaires de l'Europe et donc avec la Russie ». Pour lui, l'Europe ne peut plus confier sa sécurité aux seuls Etats-Unis.

Il a évoqué le renforcement de la politique commune de défense depuis l’été 2017, la signature de deux accords stratégiques pour les chars et les avions de combat entre la France et l’Allemagne, ainsi que la conclusion avec huit autres Etats membres de l’initiative européenne d’intervention afin de favoriser un « esprit de défense » entre Européens.

Selon lui, des « progrès substantiels vers la résolution de la crise ukrainienne, tout comme le respect du cadre de l'OSCE [Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe]», seront « des conditions préalables à des avancées réelles avec Moscou ». « Mais cela ne doit pas nous empêcher de travailler dès maintenant entre Européens et je compte sur vous pour cela », a poursuivi le président de la République.

Encore des mots, toujours des mots, les mêmes mots … La rentrée de Pinocchio est donc bel et bien lancée, lami Ricoré des Yankees et dIsrael vient donc en quelques phrases de faire ce quil sait le mieux faire, nous mettre sur une mauvaise voie et enrober de novlangue doucereuse aux accents jupiterriens quelques petits projets de troisième catégorie, transformés par le Verbe en – pour reprendre le titre de son opuscule en 2016 – Révolution.

La promesse de vente rothschildienne du Maitre des Horloges ne manque, dans son expression, ni de panache ni de superbe, mais – et cest le hic – est démentie par les décisions quotidiennes du monarque lui-même. En guise dindépendance, le quai d Orsay, à lunisson de Washington et de Londres, ne vient-il pas de faire un copier-coller rigoureusement identique des déclarations à lemporte pièces du Bureau Ovale au sujet de la prétendue prochaine éventuelle conditionnelle frappe par des armes chimiques des forces de Bachar El Assad sur son peuple – 4ème remake dune fake news répétitive. 

A t-on vu dans les faits, sinon dans les mots, la France, au travers de ses entreprises, opposer un NIET ferme aux USA dans leur chantage sur la question iranienne. Quid de Gaza, du traitement des palestiniens, dune pression sur les USA à propos de lambassade américaine à Jérusalem. Quid dune opposition farouche sur le protectionnisme américain de Trump en allant filer un coup de main diplomatique aux chinois pour faire reculer lOncle Sam.
Que nenni. Avec ou sans déclarations pour ou contre la position US OTAN, la France, systématiquement, met ses pas dans ceux de lEmpire. Et lUnion Européenne, linstance du dessus créée par la CIA, tire les ficelles et garde le bon chien attaché à sa chaine sans jamais avoir à tirer sur celle-ci, le bon élève Macron en la matière se révélant particulièrement zelé.

La position francaise privilégie lEuroGendFor, cest-à-dire les armées de lUE, sur les armées nationales. Les promesses budgétaires faites lété dernier nen sont quau stade déclaratif, nous avons sur notre sol, à titre dexemple, deux hélicoptères sur trois hors service, selon les dires des militaires francais eux-mêmes, lesquels tirent depuis des années la sonnette dalarme. Après un an non stop de craneries et de mépris à leur égard, le petit Chef des Armées sest enfin décidé à quitter son piédestal de mousse pour leur servir un brouet histoire de calmer les troupes, mais sur le fond, nous en sommes toujours au point mort. Comment qualifier un chef des armées qui se désintéresse de ses troupes, moque certains hauts gradés en les sifflant tels des garnements, et met un an à entendre que les soldats nont plus de quoi manger – sinon dincapable doublé de traitre à sa patrie.

Envers les russes, Macron obéit stricto sensu à la danse de saint-guy de Trump. Je taime moi non plus en permanence. Je te flatte, je te mords les mollets, je rentre à la niche. Laccueil que lui réserva Poutine lors de la Coupe du Monde fut, tous les témoins lattestèrent, glacant, et notre roquet dopérette dut se réfugier dans les bras de la présidente croate pour tacher deffacer laffront devant les caméras. Poutine a fort bien saisi à quelle girouette il avait affaire, et à un an de son invitation à Versailles a enfin décidé de ne plus faire le moindre effort protocolaire envers ce décalque de Trudeau. Il y a une manière de mentir à la sauce KGB et il y en a une autre à la sauce Rothschild. Dans le premier cas, on pose comme préalable que ladversaire est intelligent et quil convient de monter un pas-de-deux ou personne ne perd la face pour avancer quitte à ensuite le mordre. Dans le second, le client est par essence pensé comme le dernier des imbéciles, celui quon a décidé de gruger. Dialogue de sourds donc.

Le logiciel de défense à la sauce Macron est simple à comprendre. Province de lUE, elle-même supplétif de lOTAN sous commandement américano-sioniste et alliée des monarchies du Golfe, la France est un vassal, sa défense en tant que telle constitue une variable à transférer vers Bruxelles, et la logique du bloc contre bloc, propre à la doxa guerrière des faucons yankees, prévaut. Le reste, tout le reste … encore des mots, toujours des mots …


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire