mercredi 22 août 2018

La rentrée des classes de Jupiter



Sorti de sa propre cuisse, notre tout petit monarque, de retour dune séquence de deux semaines à Bregancon sachevant sur un pas de deux de Brigitte à Bormes-les-Mimosas – la geste maconnienne sappuie toujours sur des gadgets -, sen est revenu poser les bases de lAn II de son Règne. Et a ainsi posé les principes, selon une communication quelque peu hors-sol, propre aux Dieux Grecs et au plus puissant dentre eux, Jupiter, sa référence.

Rythme, solidité, tonalité. La geste de lélu impose un refus de la reculade, une accélération du tempo, et un caméo faisant moderne. Bref, une rupture sur la forme et sur le fond avec les rois fainéants qui lont précédé, quitte à minimiser quelques paramètres ennnuyeux, baisse de la croissance prévue, persistance du chomage, relance du BenallaGate, ennuis récurrents du secrétaire général de l Elysée, grogne à propos de la réforme constitutionnelle.

Quà cela ne tienne, limage affichée du volontarisme que rien ne fait reculer et de la dream team soudée doit une nouvelle fois taper dans la rétine du téléspectateur-citoyen. Le réel récalcitrant est telle une mouche que la macronnie écarte dun revers de main lair de rien. A peine de retour de plage que les cabinets ministériels rouvrent en même temps tous les cartons, que les députés de la majorité dun coup de sifflet sont rameutés, que les caméras complaisantes de BFM sont conviées à ne pas perdre un instant du retour du Roi en son palais.

Le francais, lui, est encore à se dorer la pilule que les chaines dinfo continuent le submergent de propagande elyséenne. Nous ferons ceci, nous ferons cela. Calme, songe le vacancier pas encore de retour sur son lieu de chomage, jen suis encore pas à la moitié du dernier Marc Levy que déja on nous bassine avec Macron ceci Macron cela. Mais là-haut, tout là-haut, ces sautes dhumeur, ce relatif désintérêt, cet agacement pour la chose ne comptent pas, le Haut travaille pour le Haut, et le Haut se perd en reflets dans son miroir aux alouettes, bien avant lenvol du printemps fait pour panser les plaies.

Le monarque est de retour, à peine était-il parti que tel le furet le revoilà. Bronzé, maquillé, épanoui, sur de lui, Jupiter, redescendu sur terre pour la deuxième année consécutive, prépare sa rentrée des classes, a rempli son petit cartable de cahiers aux couleurs LGBT et affute ses crayons de couleurs. Thermidor an II, meunier tu dors, mon melon mon melon va trop vite …


5 commentaires:

  1. Très bien écrit !! malheureusement pour nous , la canicule va continuer malgré les baisses de températures !!
    merci et bonne continuation

    RépondreSupprimer
  2. une petite (ma)chronique qui ne manque pas de sel...

    RépondreSupprimer
  3. C'est reparti pour un tour, chacun a retrouvé sa chaise au château... Collomb est toujours à l'intérieur, tandis que Benalla est allé faire un tour dehors.

    RépondreSupprimer
  4. Dites donc Christophe,la photo me fait davantage penser à des personnages du genre de la famille Adams qui seraient entrés à l école (de luxe) qu'à autre chose,avec encore de futures scènes macabres en attente.

    En noir et blanc paraîtraient ils plus crédibles?Avec un fond sombre pour les noyer dans le décor?C est à voir.
    Et invisibles ce serait le mieux.Parce que là,ça craint,comme on dit.

    LOUIS

    RépondreSupprimer
  5. Toujours très bien écrit. La rentree sera effectivement je pense agitée..A nous maintenant de nous réveiller !!!! Merde !!!!!

    RépondreSupprimer