jeudi 23 août 2018

La micro-affaire Nyssen



Ci-devant Ministre de la Culture du gouvernement Edouard Philippe, Francoise Nyssen vient de se faire épingler par Le Canard enchainé. Alors patronne de la maison déditions Actes Sud, elle et son époux avaient acheté à titre personnel les 321 mètres carrés dun immeuble classé monument historique à leur compte, fait effectuer sans demande ni autorisation aucune émanant des services adéquats quelques travaux leur permettant de significatives économies en matière de taxes.

On est loin de laffaire Cahuzac, pas de quoi passer trois pattes à ce canard que cet arrangement bien francais avec la loi, fiscale et règlementaire en loccurrence. On peut même parler de sport national, et Madame Nyssen ny déroge pas.

Laffaire éclate tandis quelle est aux rennes dun ministère portant la loi des fake news. Petit coup dans le bec pour fake news avéré donc, certes sur un plan personnel et professionnel antérieur à lexercice de son ministère, mais ca la met mauvaise. En outre, une éditrice dune maison dédition prestigieuse – le catalogue dActes Sud, reconnaissons-le, est sur le plan qualitatif un des plus exigeants que puisse fournir un éditeur francais – qui économise des couts fixes ne reverse en général rien aux auteurs, prestigieux ou non, de ce quelle met à gauche. Et lon peut se demander si quelques uns des auteurs sous contrat, tirant la langue du fait et de leurs ventes et du taux reversé – en général bas, que ce soit chez Actes Sud ou ailleurs – ne songent pas, apprenant la nouvelle, à quelques anciennes négociations ou celle qui alors  tenait les rennes ne lacha rien.

Les faits tel que je les percois nentachent pas la ministre et pas davantage la femme, que celui ou celle qui na jamais cherché à minimiser à compter dun certain seuil son imposition en jonglant avec les règlementations en vigueur lui jettent la première pierre. Ils mettent par contre avec retard un éclairage sans doute moins auréolé de perfection sur la carrière de léditrice, que le gotha littéraire, avant sa nomination, considérait telle une vestale. Au-delà du cas de léditrice seule, il se peut que la pratique en question ne soit en rien le propre du magistère de Madame Nyssen dans ses anciennes fonctions, mais trahisse bien les us et coutumes dun métier ou lon se pique de littérature, voire de grande littérature, ou on met en avant – sans avoir soi-même écrit grand chose – son gout pour les lettres, et ou en coulisses on fait avant tout marcher la calculette comme nimporte quel patron, y compris en égratignant les marges de ses propres auteurs, sans qui on ne serait rien.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire