mercredi 29 août 2018

Jeux vidéo et controle mental



Le dernier chef doeuvre de Paul Verhoeven, Elle, mettait en scène une femme dominatrice et castratrice au point de parvenir à inverser la problématique du jeu du chat et de la souris au détriment de son serial violeur. Admirablement interprété par Isabelle Huppert, cette Elle mante religieuse dirigeait une entreprise de production de … jeux vidéo.

Davantage que le cinéma, le jeu vidéo offre à ses concepteurs la capacité deffectuer à distance sur ses acheteurs- joueurs- acteurs consentants un authentique controle mental, chronophage de part le temps nécessaire – parfois des heures et des heures – pour aller au bout du labyrinthe, et happant lattention avec un brio tel que le réel entourant celui qui tient la console sévanouit. 

Comme dans le dernier Spielberg, le consommateur sisole en une réalité parallèle construite par dautres et sy plonge avec une telle intensité que ce qui lentoure devient purement inexistant. Il ny a pas leffet on rallume la lumière dune projection sur grand écran car le jeu aspire jusquà lépuisement et laisse in fine le joueur groggy et comme ivre davoir remporté la manche. Il a suivi pas à pas les dédales créés artificiellement et a emprunté les corridors numériques des heures durant au point de perdre léquilibre sil se lève devant lécran.

Loin d’être innocent, le jeu transmet valeurs, messages, codes et images à peine subliminales. Lillusion de controler et de dominer une réalité virtuelle tel un personnage de Marvel donne au joueur le sentiment de surpuissance, lequel créée son impuissance dans le monde réel. Remporte le combat virtuel et tu te perdras dans les méandres dun réel tout autant manipulé que le jeu. Lequel connecte le joueur sur de basses fréquences vibratoires en lui faisant croire le contraire, quil est un héros, quil domine un scénario clos sur lui-même concu par dautres.

Un créateur vient de sortir en cette fin aout un jeu autour du Brexit en Angleterre. Sa proposition consiste à imaginer un Royaume Uni post Brexit xénophobe livré à une dictature ou chacun se doit de travailler en silence et de ne pas se faire remarquer. La proposition – proprement idéologique et manipulatoire – excite les peurs et créée un état de fait ou le joueur se voit propulsé dans un futur proche effrayant dont les ficelles obéissent à tous les canons des élites, lesquelles au travers de ce jeu inversent de fond en comble en leur faveur le réel. Bien plus quun discours, ce Not tonight – le nom dudit jeu – créée de toute pièce un bulletin de vote en faveur de qui on sait. Plus besoin de réfléchir ou de douter, le jeu a créé le conditionnement et implanté une puce électronique dans le cerveau de celui qui en a fait lacquisition. Le marché du jeu inclut dailleurs a peu près tous les substituts au réel sur à peu pres tous les sujets, jusquà remplacer lexpérience charnelle. 

Transhumanisme et intelligence artificielle nont plus quà pénétrer le domicile et le tour est joué, la souris est définitivement en cage. Asservie par libre consentement.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire