vendredi 13 juillet 2018

Wendy et les enfants perdus - Je largue les amarres



Coucou les filles ca vaaaaaa ! Bah oui oh moi je suis fraiche et élégante, oui chérie c'est une Cartier, un cadeau d'une cliente qui m'adoooore, j'en ai plein les tiroirs je sais plus ou les mettre faudrait que je m'achète des bras … Bon alors sinon l'ambiance mes bichons, swing ou jazz … Ah non excuse-moi je ne fume que des Cartier et j'ai oublié mon fume-cigarettes, on est une dame du monde ou on le l'est pas …

Quel ennui ce personnage mon Dieu, mais personne ne se rend compte que dès que je sors le masque je m'enterre en moi-même ! Pas d'amour, jamais d'amour, ils me regardent en souriant comme quand on regarde une chose, drôle certes mais tout sauf séduisante, oui, je suis grande, je n'ai ni muscles ni tatouages, je fais ma fofolle en permanence pour attirer l'attention tout en masquant l'essentiel qui est gravé sur mon front, mais mes chéris, Elephant Man ca vous dit quelque chose …

Je sors seul je rentre seul je mange seul je dors seul. Seul, tout seul, tout le temps, et plus vous êtes nombreux autour de moi et de mes numéros répétitifs plus c'est criant, plus j'ai envie subitement de prendre un scalpel et de virer rageusement la couche de mascara à me faire saigner sous vos yeux, que vous compreniez.

Sauf que cela ne servirait à rien, alors … je compose mes bouquets, je mets des fleurs dans vos vies, je sors déguisée en bégonia, en rose de printemps, en fougère, en alizée, en bleuet, en marguerite, en chrysanthèmes. Je vous fais rire pour ne pas pleurer, je parle fort parce qu’au-dedans ca crie, je m'époumone parce que je ne respire pas, je couine parce que je ne connais pas ma voix. Je ne suis rien que vous puissiez étiqueter, ni homme ni femme ni queer ni transgenre, encore moins non binaire. Je suis juste perdu et à fleur de peau tout le temps. Je suis comédienne, cantatrice, chanteuse de gospel, travesti d'opéra, je suis tout ca à la fois, et rien en même temps. Juste une créature un peu larguée par la vie qu’on n'a jamais épousée et donc jamais pu larguer.

Et là, je largue les amarres.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire