vendredi 13 juillet 2018

Wendy et les enfants perdus - En attendant le lever de rideau



La retraite quand tu as eu la carrière de haut fonctionnaire que j'ai eue c'est comme une mise forcée à une déchetterie parfumée à l'eau de Guerlain, c'est certes suave et bien élevé mais quelque peu … assommant. C’est comme être assigné à résidence alors qu’autour tout le monde court en tous sens.

Quand j'étais comme on dit En Haut, je n'avais rien à faire ou presque que de rencontrer des artistes, sélectionner en levant le doigt sans dire un mot, poser pour une photo ou un reportage. C'était tout et c'était ma foi fort peu fatiguant. Aujourd'hui c'est à mon mari de, il est dans la fleur de l'age, il dirige son orchestre, c'est peu dire que ce qu’il fait est beau et plait, bref c'est lui qui est sous les feux de la rampe. Et moi je reste en coulisses assis sur un tabouret en tenant sa sacoche de peur qu’il l'oublie.

Cet été nous sommes encore invités sur un yacht avec ce couple d'amis richissimes qui ne cesse de rejouer Qui a peur de Virginia Woolf. L'an passé j'ai du me pincer cent fois pour ne pas en jeter un à l'eau aux requins, j avais l'impression que ma tête allait exploser, je me récitais du Norma en serrant les dents. Mon mari, lui, je ne sais pas comment il fait, réussissait à lire paisiblement pendant les scènes de ménage.

Les petits à-coté – il en faut bien, parlons-en peu voire pas. Ce qui compte c'est ce qui dure, pas les petites vagues, mais le mouvement de fond. Ca tient. Lui et moi ca tient, ca ne tangue pas parce que lui est comme un roseau, il ne bouge pas de sa tige, il sait en bon chef d orchestre composer avec les cymbales qui déchirent les tympans et faire résonner le son des flutes, à la moindre contrariété il trouve immédiatement l'instrument et la note, du coup rien ne prend.

J'aime, il est comme un point d'équilibre, discret, élégant, il demeure léger mais capable de profondeur, de cette profondeur qu’il murmure dans l'intimité et dont il ne fait jamais l'étalage. Il est – j'ose le dire – proustien. D'une autre époque, comme moi, pas la mienne exactement, mais on se comprend, il y a comme une résonnance harmonieuse entres les plaques tectoniques …

Bon, cet opéra, désolé, m'ennuie, je dirais même, m'indiffère. Ces états d'ame, chérie on s'en fiche un peu de ta vie. Parle-nous d'autre chose, du monde, par exemple …




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire