mardi 3 juillet 2018

Je suis un NON BINAIRE ou le E.T du lobby LGBT



La séquence est devenue virale. En quelques jours. Arrêt sur images, lémission de Daniel Schneiderman sur le net. A loccasion de la GayPride 2018, lanimateur – pas vraiment ce que jappelle un homophobe, pas vraiment un dissident non plus, disons un poil-à-gratter gentillet – organise un plateau spécial LGBT.

Trois invités. Masculins.

Oui mais sauf que … Lorsquun malheureux de léquipe Schneiderman fait remarquer que trois hommes sont sur le plateau et pas une femme, lun des trois, lunettes vissées sur un front sévère, sinsurge.
- Qui vous dit que je suis un homme, se défend t-il.
- Euh, eh bien c est que vous ressemblez à
- Ah mais pas du tout, ah mais cest pas possible gnagnagna etc …
- Euh …
- En fait je suis un NON BINAIRE.

Voilà voilà

Et pas plus dune minute après, le même sinsurge, je ne suis pas blanc je suis libanais …

Dans le même genre il aurait pu nous dire quil ne portait pas de lunettes ou que son tshirt nétait ni blanc ni transparent ni noir mais a-coloré.

Cet être étrange venu dune autre planète et dune autre galaxie est donc le ou un des porte-paroles choisis par le lobby gay pour représenter les homosexuels femmes et hommes de France. Ni un homme ni une femme ni un transgenre ni rien de tout ca. Ni blanc ni noir, encore moins transparent. Un alien. Une créature du 3eme type. Un OVNI.

Même Christine Angot naurait pas osé un truc pareil. Monsieur pas blanc pas homme si.

On nest pas dans un sketch des Inconnus, le gars est sérieux de chez sérieux, tu sens à lobserver que son identité bizaroide il sy accroche avec hargne et que le premier qui le qualifie pas comme il lentend se prend un verre deau à la figure. Tendu comme un arc, lE.T. du lobby, visage fermé, dents serrées. Un vrai cas psy.

Qui atterre 90% des homos à en croire les réactions hilares sur les réseaux. Quand je dis 90%, jarrondis en dessous. Représentés par CA, la honte. Ben oui. La honte. Tellement ce gars qui joue à Mon nom est personne offre une caricature de lui-même.

Les LGBT cest simple, ils auraient voulu se griller quils nauraient pas fait mieux. Cest comme mettre Cyril Hanouna au Ministere de la Culture, ca revient à se tirer une balle dans le pied. Nimporte qui de censé voit quil y a comme un malaise, que lerreur de casting est manifeste, quavec des gugusses aussi perchés les LGBT ne peuvent que se grotesquiser. Et que la seule chose à faire serait de renvoyer le petit Monsieur à faire autre chose que du militantisme. Consulter, peut être …

On peut se poser légitimement la question. Comment se fait-il que les communautés et les lobbys se choisissent de plus en plus des représentants aussi foireux. Les gays en loccurence ninnovent pas, les musulmans et les juifs de France ont eux aussi leurs cas de delirium tremens. Limam télévisuel qui a toujours lair d avoir un entonnoir sur la tête et parle à peine un francais correct, je lui ferai pas lhonneur de dire son nom – un bon client celui-la aussi pour le best of du mois. Mettre un clown dépressif en porte-voix, drole de stratégie.

Il fut un temps ou les homos mis en avant, pas si vieux que ca, années 90, au hasard Didier Lestrade. Pas consensuel, pas parfait certes, mais charpenté, sans aucun doute, de la culture, une pensée, une sensibilité, du style, on aime ou on aime pas mais ca a ce que jappelle de la gueule tu peux débattre avec lui, técharper même, mais pas rester trois plombes à le regarder en te demandant quels cachets il a avalé ou sil y a un truc dans la boite cranienne.

Avec le zébulon LGBT de lautre jour par contre …


4 commentaires:

  1. De bien pauvres gens qui ne savent plus comment se faire remarquer.

    RépondreSupprimer
  2. Ce genre de personne mise ici en photo est sûrement très sectaire,impossible à vivre.
    Et toujours ce même genre de regard vide.Programmation Mk-ultra ou psychose latente?Et des gens payent une redevance tv pour assister à tout ce zoo!

    LOUIS

    RépondreSupprimer
  3. Schneidermann n'aurait pas du se démonter et lui demander de suite de baisser son froc pour prouver qu'il n'en était pas un...

    RépondreSupprimer