mercredi 13 juin 2018

Yemen et double-jeu cocardier


Riyad et ses alliés ont attaqué le 13 juin le port d'Hodeida, au Yémen, par lequel arrive la nourriture destinée à la population. Des ONG enjoignent Paris à annuler une conférence co-organisé avec l'Arabie saoudite et à faire pression sur celle-ci. 

Ce 13 juin, des forces pro-gouvernementales yéménites, appuyées par les Emiratis et les Saoudiens, ont lancé leur offensive sur le port stratégique de Hodeida, par lequel entre l'essentiel des importations du pays et de l'aide internationale.

Le même jour, une quinzaine d'organisations humanitaires, dont la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH), ont écrit une lettre au président français pour l'exhorter à faire pression sur les Saoudiens et les Emiratis, membres de la coalition arabe impliquée dans la guerre au Yémen, au sujet de la situation dramatique de la population de ce pays. Pour ces organisations, il est «inconcevable de maintenir» la conférence humanitaire sur le Yémen prévue le 27 juin à Paris et co-organisée avec l'Arabie saoudite, alors même que le royaume wahhabite et ses alliés mènent une attaque sur le port d'Hodeida. 

Déjà en mars 2018, Amnesty International avait mis en cause les ventes d'armes à l'Arabie Saoudite par la France, à l origine de massacres et d exactions sur le peuple yéménite. Interviewée à l'arrachée sur un quai de gare, Florence Parly, Ministre des Armées, balbutiait le regard vague tandis qu'un reporter lui mettait sous le nez le montant des contrats.

Plutot que de ventriloquer en mode ingérence avec ses voisins italiens à propos des vagues migratoires les concernant, notre monarque ferait bien, à défaut de tirer la situation au clair – chose proscrite à ses yeux – de réunir une cellule de crise et nous pondre un communiqué. Il dépêcherait le petit Griveaux, celui qui souhaite précipiter la loi sur les fake news voire la durcir de peu de voir une campagne hexagonale prise d'assaut par des milliardaires étrangers fantasques.

Double langage et double jeu sont les mamelles du macronisme, cet art de la politique pour bipolaires. Dire blanc et faire noir, dire le bien du camp X et palper de son ennemi Y. Les premiers de cordée tant vantés par l'élu n'ont d'entrepreneurs que le nom, l'ancien banquier d'affaires spécialisé en joint ventures demeure prisonnier des matrices de hauts de bilans, lesquelles ne concernent que les plus gros actionnaires et eux seuls. Les saoudiens et leurs contrats donc, tant pis pour les yéménites, femmes, enfants et vieillards compris.

Nous sommes donc nous, francais, contre nos valeurs humanistes les plus chères, vendus aux intérêts de Lagardère et feu Dassault. La real politik ou politique du carnet de chèques – et des commissions occultes – nécessite de savoir passer outre certains crimes contre l'humanité et se boucher le nez. A l'heure de l'Argent Roi et du Veau d'Or, l'argent n a ni odeur ni couleur. Même si selon la dernière saillie du monarque, les allocations coutent bien trop cher à l'Etat des Ultra-Riches.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire