samedi 16 juin 2018

Info - une image suffit !



Guerre de l'image. Afin de contrer l'initiative d Angela Merkel qui avait publié une photo résumant la tension du G7 avec le Président Américain – photo devenue virale -, ce dernier contre-attaque et en publie d'autres, ou tous, Angela, Trudeau, Macron et les autres, sont tout sourires.

G7 – le truc a accouché d'une souris et fut quelque peu effacé par son équivalent russo-chinois. Nos dirigeants impuissants en sont donc réduits à ca, des selfies et des contre selfies. Les gens – entendez les citoyens – étant fort occupés avec la Coupe du Monde, le mieux est de faire simple, pour ne pas dire simplet.

Le G7 ne sert à rien, pas plus que les sorties de la famille Windsor. Seules les images comptent, parce que l'image crée un sentiment que quelque chose a eu lieu et donc que nous payons bien des dirigeants pour faire leur job. A présent chaque acteur – chaque dirigeant pardon – a ses propres photographes, son compte Twitter ou Instagram, sa propre agence de communication. Plus son pouvoir réel diminue plus les outils pour faire croire à l'inverse augmentent. Ce qui compte n'est pas le pouvoir mais son illusion, et donc l'effet produit sur la rétine.

Une photo, selon l'angle ou la seconde où elle fut prise, on peut lui faire dire ce qu’on veut. Idem pour les séquences filmées. Qu’une bourrasque et une pluie diluvienne tombent et le gugusse présidentiel en dessous se transforme en Mister Bean. Que Trump serre les mâchoires ou montre ses quenottes et c'est la face du monde qui dans l'émotionnel collectif bascule.

Les discours lus par nos dirigeants procèdent du même principe mais ont le défaut de durer voire d'être abstraits. Une photo est plus simple, elle agit comme le bandeau qui défile sous le baratin du journaliste, tu peux couper le son au poisson dans le bocal, tu peux te contenter de lire un ou deux bandeaux de temps à autre, le blabla du perroquet médiatique n'est rien d'autre qu’un long développement – un peu comme le jet d'un poulpe, ca tourne et ca retourne, ca se mord la queue, c'est toujours complètement refermé sur soi. Comme le bandeau. Comme la photo.

Il faut pour marquer les esprits – le temps de cerveau disponible n'est pas si étendu que ca – aller directement à l'essentiel. Frapper à l'émotion et frapper juste. Qu’il reste une impression, rien de plus, ca suffit, si on a ca on peut alors passer au sujet suivant.

D'ailleurs le G7 c est fini …


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire