jeudi 17 mai 2018

Schiappa ou la guerre des Rose



Marlène, ah Marlène ! Mais d’ou elle sort, celle-là qui depuis son avènement au secrétariat de la condition féminine nous la joue Guerre des Rose en mode bourgeoise de gauche ! En pleine guerre contre Daesch Madame nous excite sur des sujets éminemment essentiels pour son ego d’écrivain de romans érotiques à la 50 nuances de Grey. A savoir la domination féminine sous couvert de féminisation.

Ce coup-ci ce fut, dans le droit fil de Balance ton Porc puis MeToo, une loi contre le harcèlement des femmes par des violeurs machos misogynes que nous sommes tous. Retranscrit de nos jours, le Vous les femmes de Julio Iglesias et le Femmes je vous aime de Julien Clerc seraient taxes de sexisme et de harcèlement avec une amende comprise entre 90 et 750 euros. 750 euros, le prix d’une robe de Marlene et plus de 300 euros de plus qu’un RSA …

Avec sa copine de soldes Caroline de Haas – celle qui pensait qu’élargir les trottoirs ou les femmes n’ont du fait de salafistes guère le droit de passage allait arranger les choses, celle qui voit un violeur dans un homme sur deux, celle qui pleurniche parce que les internautes la vannent sur les réseaux sociaux suite à ses provocation et à ses âneries -, Madame la Secrétaire d’Etat qui hurle a la misogynie des qu’un opposant sur les bancs de l’Assemblée attaque son discours tout en mesures fait foin de toute nuance. Légiférer, taxer, punir, assécher le harceleur en chaque homme par la dénonciation. Pourquoi pas la castration chimique …

Comprendre condition fémine comme condition carcérale. Tel est le logiciel de cette hystérique féministe qui depuis un an à force de provocations systématiques – la dame est allée jusqu’à repeindre sur son réseau Twitter le drapeau français sur le tableau de Delacroix en rainbow flag, et la dame est payée par la République … - fait reculer la cause qu’elle est censée défendre. Qui à part quelques bourgeoises hors-sol peut soutenir tant l’action que le discours de cette extrémiste bobo déconnectée du réel. Qui confond ses problèmes psy et sa voracité de pouvoir et d’ascendant – papa a du pas être très présent, ou alors elle a du être traitée en mode princesse, la Marlène de Macaron – avec son sexe et l’intérêt de celui-ci.

L’oligarchie a besoin de ces grandes causes pour mieux nous diviser. La cause des femmes a bon dos, aucune des mesures de ce gouvernement de vendus au grand capital ne sera jamais que CONTRE les femmes dans le besoin. Plus de taxes, moins d’aides, moins de travail – l’intelligence artificielle qui remplace les caissières …-, davantage de placements des enfants dans des familles d’accueil en cas de coup dur, davantage de vaccins Big Phama pour les nourrissons, une médecine plus chère et moins efficace.

Pour faire passer la pilule Marlène fait la morale.

On a pas besoin de l’Etat pour nous faire la leçon, c’est à nous au contraire, nous le peuple souverain, d’exiger des comptes à nos gouvernants, lesquels ne font jamais que ce qu’ils veulent pour leurs intérêts. Que cette anxiogène Schiappa se mêle de ses affaires, à savoir celles des femmes en souffrance. Pas des Angot qui pleurnichent par torchons littéraires d’avoir été attentées, celles-là elles ont à la fois les moyens de se payer un avocat et une tribune – sur le service public en plus, à nos frais ! Non, les femmes pauvres, les mères célibataires, les dégraissées, les abandonnées par cette société capitaliste tant aimée par la mère Marlène.

Celle-là qui promeut des nullités pareilles.



2 commentaires:

  1. Bonjour Christophe

    Bah oui on paye des impôts en France aussi pour entretenir ce genre de chancre.
    Enfin...ils payent parce que ça fait un bail que j ai laissé tomber ne voulant plus participer à cette fumisterie qui concerne ici cette [femme?]on ne sait même plus ce que c est au juste au milieu de tout ce binz sauf que ça coûte un maximum pour quoi en définitive?
    Ben pour imposer un max de débilités liberticides qu'il faudra annuler un jour quand les gens d occident seront tellement désespérés et paumés qu'ils seront contraints à revenir à de vraies valeurs et non pas cette escroquerie d un prétendu féminisme qui n est que mélange de névroses et de cupidité de par le fonds de commerce instauré par ces hystériques putride.

    LOUIS

    RépondreSupprimer
  2. Elle aurait deux grandes cornes sur la tête cette bonne femme que ça lui irait très bien. Je suis en colère et à la fois triste que les femmes soient prises en otages par ce genre de phénomène politique ambulant...aujourd'hui ce sont nos jeunes filles et garçons d'à peine 13 ans qui risquent de trinquer. Mme SHIAPPA NON vous ne représentez en rien la genre féminine. A quand la libération car on est toujours dans un pays libre et respectueux d'autrui? N'est ce pas??

    RépondreSupprimer