mardi 22 mai 2018

Les jésuites, d'Ignacio de Layola à Macron et au Pape actuel



Créée en 1539 par le conquistador espagnol Ignacio de Layola, la Compagnie de Jésus est un ordre religieux catholique dont les membres sont appelés les jésuites. L'ordre fut reconnu dès l'annee suivante par le Pape Paul III et utilisé à bon escient dans la foulée au sein de la Sainte Inquisition. Dont la plupart des victimes furent non pas les sorcières à chats noirs mais … les protestants. Ennemis jurés de l'Eglise Papale car entrant en collision avec celle-ci, remettant en cause son sacerdoce et sa lecture confiscatoire des Grands Textes Sacrés.

Dès l'origine donc les jésuites furent le bras armé séculier d'une Eglise comprise en tant qu'organe de pouvoir. Un bras capable de faire verser le sang, et dont la suite de l'action dans les siècles suivant s'essaya à tacher de cacher cette dimension en s'investissant dans une mission d'évangelisation, que ce soit en Amérique du Sud, en Asie ou en Afrique.
L'Eglise Papale avait besoin d'un recruteur et d'un organisme de formation interne. Ce furent aux jésuites que cette tache en apparence humaniste, et consistant à rameuter de la brebis en nombre à son Maitre le Pape fut dévolue. D'ou la relative mansuétude des foules à leur endroit, les jésuites n'ayant pas eu à s investir dans l'extermination des récalcitrants.

Ce mouvement – fort important dans l'Eglise mais qui longtemps ne fut point majoritaire – fut politiquement une authentique aubaine pour la succession des papes qui depuis le XVIeme siècle se succédèrent au Vatican. Voila un ordre aux ordres et à la manoeuvre, composé d'hommes fort habiles à cacher leurs intentions et a faire grossir le nombre des adeptes. Il suffit de se balader en Amérique du Sud, ou leurs apports architecturaux, splendides, font partie intégrante du patrimoine de bien des pays, pour s'en convaincre. Cette Compagnie de Jésus a fait du bon travail …

Au point – première de l'histoire de l'Eglise Catholique – d'occuper actuellement le sommet de la pyramide, le pape Francesco étant des leurs. Premier Pape jésuite de l'histoire. Premier à verser aussi sensiblement dans la tentation – pourtant interdite d'apres les textes – d'aller plus que dialoguer avec les autres religions en se mettant sur un pied d'égalite.
Pas très catholique comme conception de sa propre religion.

On peut – on doit – avec les jésuites à chaque fois se poser la question de ce qu'ils veulent vraiment, de leur système de croyances réel, de leurs possessions, de leurs intentions. Car, et l'Histoire nous l'enseigne, ils sont toujours à part et des le début plongent à mains nues, parfois terrés, dans le suc du pouvoir terrestre. Ce sont des conquérants mais masqués, en d'autres termes de droles de zozos, pas forcément clairs sur eux-mêmes pour ne pas dire plus. Macron et son épouse pour rappel ont été l'un puis l'autre formatés en leur sein. Une simple étude de la biographie d'Ignacio de Layola permet d'y voir un peu plus clair ...

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire