lundi 7 mai 2018

Le Vaste Plan - 8 - Les 4 Bourricots



Il devait être près de la tombée du soir quand, sortant en plusieurs trots de derrière la porte vitrée, apparurent, majestueusement dressés au milieu du salon, les Quatre Bourricots.
«  Hiiiii haaaan, fit Famine en venant brouter un peu d'herbe sous les pieds du Suprême s'éveillant. Nous voilaaaaà o siiiiiire.
-       Que Diable, Canassons, venez-vous à pas d'heure nous tirer d'un aussi bon sommeil.
-       Nous nous languiiiiisons trop, O Maiiiiitre, mes trois cloppins cloppans et moi et avons trop haaaaaate de faire notre oeuuuuuvre sur teeeeeeerre !
-       C est que, Ganache, ton heure n'est pas encore venue ! Contente-toi donc de ces petites épidémies que nous semons en terre africaine.
-       Inutiiiile O Maitre Vénéré de nous rappeler ces menus fretins qui ne nous servent que d'apéritiiiiiif ! Quelques dizaines de miiiiliers de morts negres ne nous suffisent point, seuls les habitants des viiiiiles viLLes nous font nous redresser le poil ! Quaaaaaaand …
-       Quand l'A. en jugera bon ! Asseyez-vous et broutez, canassons ! ».
Mort et Guerre s'approchèrent à mesure que Conquête et Famine obtempèrent.
«  Un calendrier peut-être … L'Agenda 21 que nous avons reçu est périmé, maugréa Mort.
-       Conquête arrête pas de le colorier !, ricana Guerre en crachant du feu.
-       Vous voilà bien impatients bourricots de malheur ! reprit le Suprême. Pour des pur-sang habitués aux flammes de l'enfer, vous voilà bien soumis à ces lois terrestres de l'immédiateté !
-       C'est que, commença Mort. Ces accélérations des malheurs ici-bas sont comme un PMU, nous parions chaque jour et chaque jour y perdons du pelage à force de repousser la date de l'assaut.
-       Les riens sans dents vont, ne vous inquiétez pas, tel inscrit sur les Georgia Guidestone, y passer en grand nombre. Nous ne sommes pas si pressés que ca, depuis le temps que …
-       Deux mille ans, maugréa Mort, que je tape du sabot ! Ca fait long !
-       Aurais-tu la tentation de basculer du coté de la Lumière …
-       Brrr, hennit le Cheval, que non !
-       Alors calme-toi ! ».
Le Suprême se leva et, ouvrant une double porte, fit apparaître quatre bottes de foin.
 « Je leur ai mêlé un nombre de drogues psychotropes a faire tomber un cheval.
-       Hiiiii ! », mugirent les Quatre Cavaliers en se précipitant et en dévorant la paille à pleines dents sans prendre une seule respiration.
Les douze frères s'amusèrent de les voir progressivement perdre leur contrôle. Tous semblaient voir se détacher dans le salon la silhouette d'éléphants roses.
«  Ca plane, dis-donc ! ricana Le Fêlé. Bande de cames, va ! Et ca veut faire Apocalypse Now, la blague !
-       Haaaaaan ! hennit la Mort, précipitant le vieux crouton d'un coup de sabots arrière contre le mur du fond et lui brisant ses trois dents restantes. Pan dans les dents, vieux chiendent !
-       Ha ha ha, s'emporta d'un fou rire le Suprême en ramassant une quenotte sanguinolente. Nous voilà pour sur aux portes du Paradis ! Ce vieux bougre d'âne va enfin revenir aux fondamentaux et ne plus pouvoir avaler autre chose que des petits pots de Blédine ! ».


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire