mercredi 16 mai 2018

Hommes objets ...





Tombé au hasard sur quelques photos d’un copain agé de plus ou moins 35 piges, un vrai chic type, beau gars avec l’attirail qui tue, barbe, poils, muscles et tatoos. Des photos faites par un photographe, arty, tendance, genre truc de magazines pour hommes et pour gays. Il y a 5 ans le même en faisait déjà, c’était grosso modo pareil. Dans 5 ans je gage que nous en serons encore plus ou moins au même point. Pourtant le copain en question est loin de n’avoir aucun talent, artistique j’entends. Pourrait – il le fait parfois – mettre davantage ses réalisations que sa pomme torse nu – mais non, c’est devenu un leitmotiv sociétal, ce coté poupée Barbie des mecs à des âges ou il est pourtant grand temps de passer à autre chose. Et encore lui a 35 piges, d’autres à 45 voire 50 continuent. Jusqu’ou …

Moi ma pomme mon physique ma jeunesse … La confiance en soi, la vraie, on en parle quand, les gars … Photoshop est pas encore trop passé, le copain de 35 ans pas trop besoin de filtres, photogénique, le regard capte bien la lumière, le photographe est pro et le modèle assez bon. Mais bon … le monde, ce qui vous entoure, les autres, la culture, le sens de la vie …. Ca en fait des omissions pour cet age-là …

Quand papa-maman – ben oui le problème est la – a pas transmis ce qu’il fallait Peter Pan a besoin du regard des autres comme de son ombre. Manque quelque chose que ces jolies photos révèlent … Un peu de maturité par exemple, de la distance envers soi-même, un intérêt posé ailleurs que sur soi.

Aucun problème avec le fait de poser – pourvu qu’on ait de la distance. Qu’on n ait pas besoin d’une image pour se sentir exister. Parce que les années ca passe vite et la chair a sa vie de chair, à un moment même quand tu as un physique hyper avantageux s’il te manque la base tu le sens et t’en baves …

Nous sommes plongés dans un monde illusoire ou le reflet précède l’être jusqu’à parfois le remplacer. Cette gadgétisation de l homme qui joue à Ken et à Marvel ne saurait effacer des lois élémentaires, l’estime de soi est un socle qui se construit uniquement du dedans, l’image n’a rien à voir avec cela.

J’en vois un – un seul en fait – qui parvient depuis le début à mettre la distance juste entre son image, le regard des autres, ses intentions et lui-même. Comme par hasard un homme, jeune, mais un homme, pas un petit garçon déguisé en homme. Lui, ses photos servent autre chose, quelque chose de supérieur, dans lequel il apprend et progresse. L’anti modèle par excellence, car acteur de sa vie et de ses choix.

Ce qui change tout …


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire