mercredi 16 mai 2018

Chefs d’oeuvre du 7ème art - Georgia



Adolescent, Danilo Prozor, fils de parents yougoslaves émigrés aux Etats-Unis, est tombé amoureux, comme ses deux copains d'études, David et Tom, d'une fille fantasque, Georgia. Mais Georgia choisit Tom. Danilo, en conflit avec son père, quitte Chicago pour entrer à l'université. Il partage la chambre de Louie, fils malade d'un riche industriel...

Georgia – titre original Four friends – cest le chant des illusions. Un peu à la maniere de Philipp Roth dans Pastorale américaine, Arthur Penn – Bonny and Clyde, Little big man … - conte le lent dépérissement du reve américain au travers des décennies 60 puis 70. Lassassinat de Kennedy, la guerre du Vietnam, Nixon. Ses héros, quatre amis idéalistes, trois hommes et une femme, Georgia, ouragan de charme et de grace, se heurtent a compter de leurs plus jeunes années au réel, à celui de leur pays, de ses mensonges et de ses trahisons. Eux conserveront jusquau bout lidéal de leur jeunesse, cest-à-dire la fougue et ce sentiment de faire de son mieux pour se transcender quel que soit le contexte. Mais autour deux tout se lézarde.

Arthur Penn est – des cinéastes du Nouvel Hollywood – à la fois le plus francais – il avoua sinspirer énormément de Francois Truffaut, quil adorait – et le plus concerné par les racines de son pays. Little big man ou le génocide sur lequel sont nés les Etats Unis dAmérique. La poursuite impitoyable – avec Brando, Jane Fonda et Robert Redford – fut son adaptation US de M le maudit, lhistoire dune traque à lhomme par une société puritaine et hypocrite. Bonnie and Clyde conta lassassinat des libertés au travers de la fugue de deux malfrats romantiques incarnant admirablement avant lheure les années Woodstock. Missouri breaks – avec Brandon et Nicholson – fut comme le chant du cygne du grand western. Et Georgia, telle une conclusion, la dernière pelletée de terre balancée sur la tombe des idéaux trahis.

Le mouvement ample et romantique du film est contrebalancé par un sentiment de tristesse et de gachis. Les destins qui nous sont ici contés se heurtent de plein fouet à cette histoire récente ou les mensonges d’état sont une insulte à la jeunesse, celle que ces quatre amis ne veulent pour rien au monde voir senvoler sans réagir. Jusquau bout Georgia, incarnation charnelle de cette Amérique idéale, sera virevoltante, rieuse, aussi gaie que possible.

Contre toute raison.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire