dimanche 22 avril 2018

Spiritualité



Dimanche, Ipialès, ville frontalière de la Colombie avec l'Equateur. A deux pas de l'hôtel, une église, blanche avec des couleurs bleues, très belle, sur une place, ou dès l'aube se pressent les paroissiens. Les rangs sont serrés.

Ici en Amérique du Sud l'Eglise Catholique est partout et les croyants qui vont à la messe sont légion. Pas que les anciennes générations. Le joug de l'Eglise fonctionne à plein, le pape actuel – je ne reviens pas sur ce que je pense de ce drôle d'homme – est une star, peu sont ceux qui se disent chrétiens, le tampon c'est catholique, il y a le dogme et puis c'est tout.

En parallèle ces paroissiens, je le vis depuis près d'un an et demi, baignent dans la vie matérielle, ils passent leur journée à parler argent, à vendre et a acheter des trucs et à manipuler billets et pièces. Si l'on suit les enseignements du Christ la plupart d'entre eux, bonnes personnes au demeurant, font le tri en fonction en leurs petits intérêts puis font à confesse. C'est ainsi.

La religion fonctionne comme les partis politiques, elle offre à chacun des solutions simples, comme un prêt-à-vivre basique ou tu ne te poses guère de questions. Tu fais comme on a dit, tu restes dans l'enclos et tu iras au paradis.

J'ai hier regardé avec beaucoup d'intérêt une conférence de l'historien Michel Desseille, un merveilleux professeur d'histoire qui doit avoir 80 ans passés sur YouTube. Peu dire que le spectre de ses centres d'études est vaste, avec lui pas de sujet tabou, il va surtout sur les terrains que les autres négligent. L'étude des cinq civilisations de l'humanité au hasard. La franc-maçonnerie depuis ses origines.

Hier ce fut les évangiles du Nouveau Testament. Ma foi chrétienne matinée de socratisme sur le plan intellectuel me dicte d'être toujours en quête de vérité c'est-à-dire de lumière, et de toujours me montrer apte à remettre en cause tout ou partie de l'existant, qui provient le plus souvent de l'ingénierie sociale opérée au travers des siècles par les puissants, financiers, politiques mais aussi séculiers.

Bien des bastilles sont donc tombées ou se sont effritées. J'étais prêt comme depuis longtemps à … La date de la naissance de Jésus – ca je le savais – fut décidée par un fonctionnaire de l'Empereur Romain Constantin. Ce ne fut donc point la date réelle. Ce mythe de Noel est païen, qui plus est devenu commercial, et bâti sur un joli conte de fée avec âne, santons et tutti quanti, ce qui permet de faire de jolies crèches pour enfants sages.

De meme l'age réel de sa mort. 33 ans quand on creuse il y a comme un gros doute. Un détail certes mais un détail encore une fois décidé par des … romains ! La composition même du Nouveau Testament, les 4 évangiles, furent choisis par ceux-ci contre un paquet d'autres qu’on décréta apocryphes. La traduction de l'hébreu au grec et en latin donna lieu à quelques jolis contresens. Jésus célibataire, encore une fiction à remettre a l'endroit. Jésus fils unique idem …

Bref ou que l'on se penche – je ne dis pas que toute la vie de Jésus telle que nous la connaissons est une fiction, je dis juste qu’elle fut réécrite des la naissance de l'Eglise Catholique selon les dogmes et intérêts de cette dernière. Et que les siècles suivants ou je le rappelle la Bible était en latin et lue telle quelle dans les églises devant des parterres de croyants ne comprenant pas le latin ont poursuivi ce lent travail de réécriture, de censures, de cachotteries, de textes qu’on ôte, qu’on traduit mal, pas forcément à dessein.

Un texte sacré confisqué par une Elite quelle qu’elle soit donne toujours lieu à des falsifications à des fins de pouvoir, ne pas comprendre cela consiste à se faire avoir et rester sous le joug de ces individus. Exactement comme en politique ou le réel est toujours pas essence caché et l'information à la source dissimulée. Croire aveuglément parce que le prêtre a dit que, c est si l'on entend le sens profond de la parole du Christ – cf. Apocalypse – se faire avoir, et sans le savoir s éloigner de la foi réelle qui est indépendante par essence.

Ce que ces gens-là veulent depuis toujours c'est sous le prétexte manipulateur de nous élever en définitive nous enfermer dans un enclos dont ils maitrisent les codes. Le haut du panier de toutes les religions s'est détourné volontairement de la parole des prophètes de chacune afin ici-bas d'en obtenir le maximum. Sortir à pas de loup de toutes les églises m'apparaît nécessaire, tout du moins on peut à la fois y être fidèlement et sincèrement tout en s'élevant au-dedans de chacune d'elle vers ses cimes, là ou perce la véritable lumière.

Il n'est point nécessaire de poser comme indispensable un écran séculier entre le ciel et nous-mêmes. La spiritualité quel que soit son vecteur – pouvant donc être chacune des religions existantes ainsi que chaque pratique ancestrale des anciennes civilisations, lesquelles spirituellement étaient dans leur ensemble bien plus éveillées que les nôtres – n'a pas besoin d'intermédiaire. Elle est par essence éminemment personnelle. 


2 commentaires:

  1. Quand le mensonge, la cupidité et la bétise sont partout, le chemin de l'homme de foi est un chemin de croix.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne crois pas à la spiritualité car celle-ci est totalement liberticide et même perverse avec ces critères de perfection totalement dénuée de sens et source de souffrance de beaucoup d'âmes. Est ce que les animaux ont besoin d'avoir une foi et une vie spirituelle pour être épanouis et indéxés sur la bienveillance ? Non, ils le sont spontanément et nous ne sommes si différents d'eux.

    RépondreSupprimer