jeudi 26 avril 2018

Instrumentalisation de l'antisémitisme



En marge de sa visite d'Etat à Washington, Emmanuel Macron s'est présenté le 25 avril devant plus d'un millier d'étudiants de l'université George Washington. Ceux-ci l'ont interrogé à bâtons rompus sur différents sujets et, notamment, sur les sujets faisant l'actualité française. Parmi eux, la question de l'antisémitisme a été abordée, quelques jours après la publication par 300 personnalités d'un «manifeste contre le nouvel antisémitisme» en France dénonçant un «silence médiatique» et une «épuration ethnique à bas bruit» dans certains quartiers.

Toujours dans la bien-pensance et dans la mode médiatique, le monarque elyséen. Evidemment aux Etats Unis pour se bien faire voir, tartiner sur l'antisémitisme est tout autant qu'en France un pré-requis. Qu'Emmanuel Macron va épouser en reprenant tous ses matras.

Reprenons déjà un dictionnaire. Antisémitisme. Sémite. Qu est-ce-qu'un sémite. Qui est sémite ou d'origine sémite. Deja à la base un probleme lexical. Changer le sens des mots implique d'entrée de jeu une manipulation. Nos compatriotes musulmans, sémites eux-mêmes, doivent depuis des décennies être quelque peu agacés par cette confusion volontaire.

Parlons donc de montée des haines et rejets contre la ou –je préfère car ils ne sont pas aussi homogènes qu'on voudrait nous le faire croire – LES communautés juives. Cette montée des haines est une réalité manifeste, plus que regrettable. Ce n est pas la seule, la montée des haines envers LES communautés musulmanes suit le même chemin. On en fait moins de cas, disons qu'on en parle souvent, mais pas au point de rédiger un manifeste, d'organiser des manifestations nationales monstres et de faire un melting pot de toute la classe politique francaise.

Djalil Boubakeur, recteur de la Mosquée de Paris, pas vraiment ce que j'appelle un excité, un homme qui depuis des années fait preuve de mesure et de pondération, s'est insurgé contre la désignation des musulmans dans leur ensemble comme les vecteurs numéro un de la montée des sentiments et des faits anti-juifs. Sans nier l'existence de faits, indéniables, émanant d'une minorité. Laquelle minorité, de part les termes dudit manifeste, est quelque peu associée dans une projection dangereuse à la grande majorité

Et c'est bien la le problème. Car cet amalgame accusatoire généralisant parvient à faire l'inverse de l'intention affichée, c'est-à-dire attiser les rancoeurs, le sentiment d'un deux poids deux mesures. Couché sur papier pour nous dit-on entrer en lutte contre les divisions et les haines, ce manifeste et la publicité qui lui est faite prennent le risque de parvenir au résultat inverse.

Il y a en France et aux Etats Unis une obsession politico-médiatique autour de cette question de la haine contre les juifs qui vire au grand barnum, et je gage qu'un certain nombre de juifs non médiatiques reveraient qu'on arrête à ce point de les utiliser comme un chiffon rouge. Je pense à ceux qui revant d'un vivre ensemble paisible et vivant dans des cités ou des quartiers populaires se font insulter par des petits crétins de toutes couleurs de peau et de toutes origines qui les houspillent des qu'ils les voient passer. Les victimes – DES victimes identifiées parmi d'autres – de ces grands shows ce sont eux. Eux aimeraient vivre tranquillement, or sortir avec une kippa sur la tête signifie se faire cracher dessus. Et pas à cause de Gaza seulement. Seulement voila, pour nos as de la petite lucarne ils ne comptent guère, sauf quand ils sont victimes parce qu'alors récupérables malgré eux par le grand show CRIF and Co.

La manipulation des élites est criante, toujours le même scénario, feindre de militer pour l'anti quelque chose pour créer exactement le sentiment inverse. Ca marche avec les juifs, les musulmans, les blacks, les féministes, les gays. Le haut du panier – il le prouve chaque jour – se contrefiche des petits juifs, des petits musulmans, des lesbiennes sans le sou incapables de financièrement se payer une PMA. Ce qu'ils veulent c est se faire mousser à peu de frais et pavaner avec des trémolos dans la voix sur de grandes causes. Championne de la défense des femmes, Elizabeth Badinter, une grande intellectuelle républicaine sans intérêts particuliers, pourfend dans toutes ses tribunes les femmes musulmanes, tout du moins nombre d'entre elles, à la limite de l'insulte, leur parle comme un colon à des arriérées, sans que cela pose le moindre problème à l'oligarchie et a la presse, laquelle lui déroule le tapis rouge.

Ainsi va ce monde …


1 commentaire:

  1. Et oui, la France n'est pas soumise à une fièvre de racisme soudaine mais à une poussée très virulente de l'hyper-sionisme...Voir même de messianisme( c'est dire si c'est la minorité...) mais qui fait les beaux jours de leurs propres journaux...

    RépondreSupprimer