vendredi 27 avril 2018

Ecole primaire - L'entourloupe Blanquer




Le ministre français de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a dévoilé ce 26 avril de nouvelles recommandations pour les enseignants du primaire visant à améliorer «la réussite des élèves».

Dictées, leçons de grammaire et calcul mental, méthode syllabique : dans quatre circulaires publiées au Bulletin officiel, le ministère a ainsi détaillé de manière très précise ses directives sur l'enseignement de la lecture, du calcul, de la grammaire et du vocabulaire, et la résolution de problèmes, qui s'accompagnent d'un guide de 130 pages adressé aux professeurs des écoles.

Ce bon Monsieur Blanquer réinvente l'eau chaude. Tout ce que depuis son Aventin il préconise guide à l'appui aux tous petits riens d'enseignants du primaire est … déjà fait, et ce depuis toujours. Mais bon, ce qui compte ce n'est point d'améliorer l'existant mais de communiquer de manière à ce que les parents électeurs aient l'impression qu'il y a quelqu'un qui dirige le bateau ivre.

Le niveau scolaire des jeunes francais depuis les années 70 ou j etais un petit freluquet en culottes courtes ayant fort heureusement bénéficié des méthodes à l'ancienne et aujourd hui … Chute libre, les gosses puis les ados, pour ne pas parler des adultes, tu leur enlèves calculette et correcteur orthographique … Tu leur demandes de faire une dissertation de philosophie avec thèse, antithèse, synthèse … Un commentaire de texte sur un poème de Verlaine, une analyse structurée sur les bienfaits et méfaits de la Révolution Francaise, ou une comparaison entre les Empires britanniques et francais …

Pour sur qu'il y eut foule de locataires rue de Grenelle depuis 35 ans depuis le ministre Habit, avec chacun LEURS réformes, leurs méthodes, leurs génuflexions devant le Saint Pédagogisme, ce cancer découpant les savoirs en tranches propres à l'ingéniérie entrepreneuriale enseignée en Ressources Humaines avec les compétences des marmots, celles-là qu'exigent les Entreprises qui financent tant de choses … Une lente mais réelle régression orchestrée ou chacun de ces grands prélats d'Etat voulut pour l'Histoire laisser sa trace, Lang, Jospin, Bayrou, Allègre, Najat, la liste est longue comme un bras.

 Sauf que sur la durée, c est-à-dire en perspective le bilan est catastrophique. On a créé de bons petits soldats pour le marché en tachant en parallèle – heureusement que certains profs veillaient pour enrayer quelque peu la dégringolade – de leur vider le crane c est-à-dire en abaissant drastiquement le niveau culturel.

Tout du moins à l'Education Nationale. Car dans les bahuts pour gosses de riches, rassurez-vous tout va pour le mieux. Pas ou peu d'ordinateurs ou de wifis, pas de méthode machin bidule mais de l'enseignement à l'ancienne, deux langues vivantes, les enfants de nos copains les ultra-riches à dix ans l'orthographe, la grammaire, le calcul, bref la base sur le bout des doigts. Les petits chanceux, faut pas s'étonner avec cette éducation à deux vitesses que ce soient les enfants dont les parents ont les coffres les mieux remplis qui soient partout les meilleurs et qui trustent 90 % des places de toutes les grandes Ecoles en France. Jules Ferry, ils t'ont fait tomber sans bruit de ton piédestal, on t'honore post mortem, tu ne dois ton salut qu'à quelques courageux enseignants qui du dedans font de la résistance. Pour les enfants. Pour leur avenir.

Blanquer, lui, qui avec sa poudre de perlimpinpin pour gogos, nous la joue malin. Je communique sans pour l'instant rien changer. Jusque là contrairement à Peillon ou Najat il ne fait rien pour empirer l'existant. Il soigne son image et celle de son chef. En clair il se fiche du monde avec un certain panache – tout relatif, s'entend. Sa Seigneurie soigne les formes et s'assied sur le fond.

Les syndicats enseignants sont vent debout contre cette tartufferie, avec eux on est abonnés. Le plus intéressant ce sont les profs qui se déchainent sur Twitter à visage découvert. Eux qui sont aux manettes c'est-à-dire au contact des élèves en ont plus qu'assez de ces tartines de mensonges à la sauce républicaine, ils grognent avec d'autant plus de force qu'on leur impose des évaluations débilitantes construites par des gens qui jamais n'ont mis le moindre pied dans une salle de classe, ces tableaux de compétences totalement à coté de la plaque. Sans compter tout le reste, tous ces psy et ces médecins qui pullulent à tout va dans les établissements scolaires et qui font des momes des joujous à etudier comme au cirque, ces grand messes à la sauce Charlie Shoah, ces intrusions dans les programmes scolaires, je pense surtout à l'Histoire, à l'Histoire de France, dont la version dite officielle a des tendances quelque peu totalitaires.

L'enfant, le jeune, le en devenir, celui-là c'est et ce demeure le grand absent de nos politiciens, de ces pédagogistes, de ces grands pontes des rectorats, de leurs serviles évaluateurs de profs. La ligne est tracée depuis une ou deux décennies, l'Ecole de la Rèpublique s'abandonne pillier par pillier au Grand Capital, à ses méthodes, à ses techniques, à ses critères d'exigence, à ses serviles agents, lesquels vont à contre-courant du métier même d'enseignant, un des plus beaux métiers du monde pourtant. Face à SA classe celui-ci est censé obéir, exécuter les directives, lire les 130 pages de ce bon Monsieur Blanquer et tel un ouvrier soumis à la cadence des trois huit obtempérer sans moufter.

Or NON, non cent fois Mesdames et Messieurs de la rue de Grenelle, la salle de classe n'est pas votre monde, elle n'est pas de votre ressort, vous avez plus qu'outrepassé votre mission qui est non de faconner les cranes pré-pubères mais de faciliter c'est-à-dire bien orchestrer. Le FOND des programmes, 35 ans que vos actions l'ont entaillé et parfois mis en pièces, regardez lucidement le résultat. Le niveau scolaire des jeunes francais soumis au système de l'Education Nationale ne s'est pas écroulé parce que les enfants sont moins intelligents que ceux d'avant – regardez les gosses de riches – ou parce que les profs sont moins bons. Il s'est écroulé parce que toutes vos actions additionnées ont créé cet état de fait. 

Vous aviez hérité d'un magnifique outil et en 4 petites décennies vous l'avez transformé en usine à crétins et en fabrique du consentement. Une simple antichambre préparatoire à l'emploi, jetable notamment.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire