samedi 7 avril 2018

Chefs d’oeuvre du 7ème art - Le dernier métro



A Paris, en 1942, Lucas Steiner, un metteur en scène juif, s'est officiellement réfugié en Amérique, laissant la direction du Théâtre Montmartre à son épouse, Marion, une comédienne. En réalité, il vit dans les caves de l'établissement, qu'il n'a pas pu se résoudre à abandonner. Marion lui rend visite tous les soirs et recueille ses directives. C'est ainsi qu'elle s'apprête à monter la pièce norvégienne dont Lucas avait préparé la mise en scène. Jean-Loup Cottins, un vieil ami, introduit auprès des milieux collaborateurs, s'efforce de lui venir en aide, tandis que le premier rôle qu'elle a engagé, Bernard Granger, cumule allègrement répétitions, résistance clandestine et amour passionné pour Marion...

Apres La nuit américaine ou l'aventure d'un tournage de film, deuxième incursion de François Truffaut dans le monde des arts, cette fois du théâtre. Une troisième dans le monde du music hall était en projet, hélas le metteur en scène des 400 coups mourut avant.

Période de l'occupation, Paris. Un journaliste de Je suis Partout, Daxiat, du trafic de jambons et de la contrebande, une jeune actrice arriviste courant les cachets, les compromissions avec l'occupant pour conserver l'ouverture du théâtre et ne pas tomber sous les fourches caudines de la censure, un propriétaire de théâtre par ailleurs metteur en scène juif caché dans la cave et qui à distance au travers de sa femme signe la mise en scène d'une pièce romantique, un chassé-croisé entre ce qui se joue sur scène entre les personnages et ce qui ce joue dans la vie entre les individus, une femme maitresse mise en situation de reprendre d'une main de fer l'affaire de son époux, tantôt dure, tantôt douce, et amoureuse, et de son mari et de l'amour, une lesbienne tenant la barre et montrant parfois des signes de fragilité … Le cocktail du scénario écrit à trois mains par François Truffaut, Suzanne Schifman et Jean-Claude Grimberg est d'une richesse et d'une diversité inouïes. On a affaire avec Le dernier métro non seulement à un des meilleurs films de son auteur, à un succès populaire énorme mais à la quintessence du meilleur du grand cinéma français, celui aux scenarii absolument remarquables, remarquablement dialogués, avec un casting de très haut vol. Regardez plutôt, Catherine Deneuve, impériale et d'une beauté à couper le souffle, Gérard Depardieu, un nouveau Jean Gabin, Jean Poiret, le génial Heinz Bennent, la grande Andrea Ferréol, Sabine Haudepin, Maurice Risch, Jean-Louis Richard …

Une distribution aux petits oignons, une intelligence de tous les instants, une admirable reconstitution en studios du Paris sous l'occupation avec une photographie digne des Marcel Carné signée Nestor Almendros, une musique signée par le grand Georges Delerue et intégrant quelques magnifiques chansons de l'époque, comme ces Amants de Saint Jean qui ouvrent le film.

Occupation donc, mais aussi occupations amoureuses, intrigues, sentiments qui se heurtent, avec ce dragueur de Depardieu et ses Il y a deux femmes en vous qui se prend veste sur veste jusqu'à ce qu’un heureux accident le fasse tomber dans les bras de Deneuve avec cette scène sublime ou, sous un bureau d'ou l’on aperçoit la jambe de l'actrice elle murmure des OUI OUI de jouissance. Mais aussi le couple officiel, elle et lui, la patronne et le patron, les voir tous deux de nuit au fond de cette cave boire et s'aimer et puis parler théâtre, recettes, mise en scène …

Véritable chef d'œuvre, de ceux qu’on ne se lasse jamais de voir, ce Dernier métro ne peut par essence jamais perdre une ride. Déjà totalement intemporel à sa sortie – je me souviens comme si c'était hier de l'immense engouement populaire qu’il reçut, égal à celui du Vieux Fusil -, c'est le genre de film qui nous fait être fiers d'être français.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire