jeudi 31 août 2017

Macron au Point ... de suspensions ...


L’interview de Macron au Point vaut pour ce qu’il cache. Comme de coutume, le successeur de François Hollande n’a pas oublié les leçons bien apprises chez son ex employeur Rothschild, celui d’enrober la réalité d’un masque aussi vendeur que trompeur. A l’image de sa campagne et du flou absolu de ses propositions, les thématiques et développements proposés aux citoyens lecteurs mettent en exergue la capacité de rouerie du monarque et son aptitude phénoménale à réécrire le réel et à le peinturlurer en rose et bleu chambre d’enfant.

Politique étrangère et vision de la France, tels sont les deux axes, et à propos de l’un comme de l’autre un non-dit, énorme, crucial. Car en tant que gouverneur de province, l’associé Macron n’est qu’un fondé de pouvoir aux ordres de l’Union Européenne, du capital international et de l’Etat Profond US. Contrairement à un Poutine il est sommé de marcher dans un pré carré dessiné par d’autres et d’y lâcher ses mots et soldats de plomb. Hors de ce cercle point de salut.

Qatar, Arabie Saoudite et terrorisme
Ou comment manier la langue de bois en faisant semblant de mettre des mots sur les choses. Car l’angle est o combien incomplet. Les deux pays pré cités ne font guère que de la prestation de service pour les commanditaires que sont les marionnettistes financeurs du Jupiter élyséen. La tactique est donc bien de designer un responsable de type croupion pour mieux faire semblant de hausser le ton … pour évidemment et comme toujours n en rien faire, contrats commerciaux et accords géostratégiques obligent. Posture o posture …
«J'ai établi des relations d'une extrême franchise avec l'ensemble des puissances du Golfe. Dans mon dialogue avec les Emiriens, les Saoudiens et les Qatariens, j'aborde la question du financement du terrorisme. Le Qatar et l'Arabie saoudite ont financé des groupements qui n'étaient pas les mêmes, mais qui ont de fait contribué au terrorisme. La priorité de notre politique internationale doit être notre sécurité. Nous ne pouvons pas avoir une politique commerciale ou diplomatique qui ne prenne en compte cette sécurité», explique Emmanuel Macron.
Impasse totale sur les implications de l’armée et des services secrets français et européens, ainsi que de la main de la CIA. Ça s’appelle une stratégie de diversion et c’est assez habile vu le niveau de culture géostratégique de nos amis les gaulois.
Ce qui permet ensuite la novlangue bisounours ou nuage de fumée à l’usage des belles âmes. Reconnaissons-le, la formulation de type premier de classe ne manque pas de style.
 «D'un côté, dire que le terrorisme que l'on connaît aujourd'hui n'a rien à voir avec un islamisme politique est faux. Mais, de l'autre, dire que c'est un terrorisme «islamique », comme le proclament certains responsables politiques, est une erreur. En effet, cela revient à impliquer les plus de 4 millions de Français qui sont de confession musulmane : je ne veux pas laisser dire qu'ils ont quelque chose à voir avec le terrorisme. Mais ce terrorisme est islamiste, car il a évidemment un lien avec l'islamisme radical. Je me refuse absolument, contrairement à ce que les hommes politiques ont pris l'habitude de faire, à porter un jugement sur une religion particulière, et donc sur ses fidèles, que ce soit pour la condamner ou pour l'absoudre dans son essence supposée.»
Ca ne mange pas de pain et c’est typiquement fait pour ne strictement rien dire ni impliquer en termes de décisions politiques. Ce faisant les interventions françaises du mois d’aout en Syrie avec les petits coups de mains aux pseudos rebelles locaux sont passées sous silence.

Relations avec la Russie et Vladimir Poutine
Argumentation à la hauteur de son speech à Versailles avec le lion russe, on est en pleine période d’essai et ça se sent. Citons-le pour amusement.
Il «parle à tout le monde de manière très directe, et franche». Il évoque notamment son dialogue avec Vladimir Poutine avec qui il assure communiquer sans tabous «alors qu'il était de coutume de ne pas parler des sujets qui fâchent». Avec le président russe, Emmanuel Macron explique qu'il «essaie de repérer les désaccords absolus, les points de convergence et les voies» sur lesquelles Paris et Moscou peuvent trouver «un chemin commun».
Voyez comme ça vole haut, on croirait un mix de Sarkozy et de Hollande, et aussi une synthèse du PS. Au demeurant, ces belles intentions sans exemples aucuns ne veulent strictement rien dire. Stratégie d enfumage donc.

Le cas de l’Ukraine ou Petit Poulbot joue des coudes.
Ou comment prétendre faire dire à l’autre ce qu’il ne dira pour rien au monde. Car pour Poutine l’Ukraine, ce pays inconnu de mémoire de haut fonctionnaire, est une question de sécurité intérieure non négociable sur laquelle il ne cèdera jamais. Mais notre monarque a une autre idée, voyez comment il dégage en touche.
«Sur l'Ukraine, nous avons un différend absolu avec Vladimir Poutine. Je l'acte. La France ne lui passera rien. Mais nous avons malgré tout inauguré un dialogue entre sociétés civiles, le dialogue de Trianon, que nous allons mettre en œuvre. Et nous avons aussi des accords, notamment sur la politique climatique. Il est prêt à nous suivre», assure le chef de l'Etat.
Et HOP le climat …Surtout ne riez pas … Aucun commentaire pour ma part tellement la ficelle est grotesque.

A propos de la Syrie
«Il faut en finir avec ce néo conservatisme mal digéré qui nous conduit à interférer dans la politique domestique des autres pour nous retrouver ensuite isolés. En Libye et en Syrie, cela nous a menés à des échecs cruels»
Parfait dans la formulation, sauf que ses propres décisions de l’été vont dans le sens inverse. Macron feint de jouer la carte de la France isolée, et tacle au passage ses deux prédécesseurs en faisant semblant de s’écarter de leur action … à laquelle il souscrit pleinement. Seulement en bon vendeur d’arnaque bien emballée, on peut lui faire confiance, il fera plus discret et moins cher surtout. Actons la capacité à dire à l’électeur ce qu’il a envie d’entendre. Car le français, les ingérences il a compris – car on lui assène ca à longueur d’articles et de plateaux BFM – ca se solde par des attentats. Mantra BFM bien appris et placé au bon moment

A propos de la polémique avec les Armées et De Villiers
Ce fut reconnaissons-le fort malhabile de sa part, mais au fond pas si grave sur le fond. Non la baisse du budget, scandaleuse et totalement irresponsable vu le contexte, mais le recadrage sec de l’ex General, lequel a réagi comme un gosse, ou plutôt a mon humble avis a feint de le faire, étant donné la célérité avec laquelle toute la presse a eu la dépêche relatant des propos tenus dans un cénacle privé. Cela flaire bon l’entourloupe et cela permet au premier de classe de monter ses petits muscles, écoutons-le
«Il y a eu une tempête dans un verre d'eau car les gens ont perdu le sens de ce qu'est la Ve République et de son fonctionnement. D'ailleurs, si je n'avais réagi comme je l'ai fait, les mêmes auraient dit que j'étais un chef des armées faible. Nous sommes dans un système – voulu par un homme dont la formation première était militaire – où l'autorité militaire rend compte à l'institution civile et politique, et non le contraire. C'est le sens de nos institutions, ce pourquoi le chef des armées est le chef de l'État. Les armées ne font pas ce qu'elles veulent, elles ne sont pas autopilotées»
Ça s’appelle enfiler des perles, et ça ressemble à du Hollande plus classieux, ce qui entre nous est enfantin. Là encore, le fond est absent, enfumage et auto promotion. Le gaulois fier de son élu redresse la crête, c’est le but.

A propos de la méga gaffe – et non pas bourde car la mesure est tout à fait dans la logique de la politique économique de type Robin des Bois inversée de Monsieur Tout pour les Ultra Riches – de la baisse de 5 euros de l APL.
Macron dit vouloir «aller plus loin», mais «seulement dans le cadre d'une transformation profonde qui doit faire baisser les loyers et dans le cadre d'une politique plus globale».
Ce qui encore une fois ne veut rien dire, reste flou, et procède de l’enfumage à la Ayrault, je te donne ceci de la main gauche et je t’en reprends plus de la droite.

A propos de sa cote d’impopularité – il a battu Hollande, recordman de La Ve à 3 mois de l’élection - il explique ainsi savoir qu'il devra «vivre pendant des mois avec l'impatience du peuple» - les RIEN aussi ou pas, ce n’est pas précisé - car il n'oublie pas les circonstances dans lesquelles il a été élu, à savoir «la brûlure de l’attente, de la colère, du populisme».
Ca flaire bon le faux Louis XVI mâtiné de United Colors of NoFachoLand, le gars qui sait que ce sera dur et qui se prépare a suer comme un veau et a être haï mais que je suis courageux, regardez ma nuque : «Je l’ai encore là». Il fait de l’humour en plus. Un humour de potache, niveau bac, mâtiné de poésie Harlequin avec sa brulure, pauvres riens des gares que vous êtes  …

 … avant de reprendre son créneau habituel du mythomane théâtreux qui réécrit La Chanson de geste en son nom, jugez plutôt l’ambition et la modestie.
«Je crois en la reconstruction d’un héroïsme politique, d’une vraie ambition, pour atteindre y compris ce qui est décrit comme impossible», dit-il, citant son propre succès comme une revanche sur «ce qui est décrété impossible».
Rien que ça, de l’héroïsme. On va finir par lui fournir une médaille de la résistance a ce planque des salons dores républicains … Bref, parait que ça prend chez certains, la bourgeoisie des grandes villes n’en peut mais. On a notre James Cameron et on ne le savait pas…

Final sur Pépère, la classe …
Puis il finit agace sur son ex patron qui en public lui a assené un coup sur le bec. On retrouve in fine Macron tel qu’en lui-même a sa hauteur réelle. Un enfant roi qui se la raconte et qui se la pete et qui par définition sait tout sur tout mieux que tout le monde.

Et au final on n’aura rien appris, ce qui est le but de la communication politique, laquelle est faite pour cacher l’essentiel et jouer sur les émotions les mots et l’affect.

NB aux lecteurs - Pardon a vous qui vous etes farcis cet article dont l objet est evidemment sans aucun interet. Rassurons-nous, il ne m aura pris que 45 mn de vie et 10 pour vous...





Aucun commentaire:

Publier un commentaire