mardi 15 août 2017

La pénitente - Extrait de SUNDANCE/GENESE


Les jours filèrent un à un, tissés à même le soleil étourdissant, et les nuits de même, sous l’ombre de la lune se réfléchissant dans les éclats de mer. Yolanda vint, tous dansèrent jusqu’aux premières lueurs le long de la plage, les pieds dans l’eau, au son du bouzouki. Puis ils embarquèrent pour Santorini, s’établirent dans un minuscule hôtel à trois chambres, en front de mer sur une paroi de roc plongeante donnant sur l’Est. D’où, pendant trois jours et trois nuits, ils ne bougèrent point, évitant finalement Catherine et Marcello pour mieux se complaire, en famille.
Puis partirent la veille du jour de l’Assomption pour Tinos.
Sur le bateau, ils surprirent, sur le pont et dans les espaces communs, des dizaines de femmes en guenilles, à quatre pattes, portant à même le dos des enfants, et puis des hommes, tziganes comme elles probablement, qui les accompagnaient.
Il y en avait partout, et les touristes les observaient d’un œil dédaigneux, incommodés par l’odeur, disaient-ils à mi-voix.
« Tinos est l’île de la Vierge, raconta Charles. Ces femmes vont marcher sur les mains et les genoux le long de cette rue qui depuis le Port monte vers la Basilique. Ce sont des pénitentes.
-      Cette religion décidément… De la souffrance, que de la souffrance, fit Suzanna en haussant les épaules.
-      C’est le sens d’un sacrifice, ma sœur. Souffrir pour les autres, tu sais. Pour qu’ils ne souffrent pas.
-      Tu ferais ça, toi ?
-      Pour toi bien sûr !
-      Mais c’est absurde !
-      Au contraire, ça a du sens, intervint Charles. Moi aussi, je crois que je le ferais pour Pierre.
-      Tu l’as déjà fait, frangin.
-      Ballivernes que tout cela !
-      Suzanna, s’il te plait, fit Pierre en haussant le ton. Ne juge pas ce que tu méconnais ».
Suzanna se renfrogna, puis inspira profondément.
« Je suis certes moins savante que vous, mais cela ne m’empêche pas de réfléchir, et d’avoir un avis opposé au vôtre. Pour moi, sacrifier sa vie pour autrui est vain. Si jamais l’un de vous se tuait pour me sauver de je ne sais quoi, comment savoir si ce geste noble selon vous n’entrainerait pas au résultat inverse de celui recherché ? D’un mal un bien, dit-on, et aussi : l’enfer est pavé de bonnes intentions. Non vraiment : je trouve cette notion de sacrifice totalement absurde ».
Laure à son tour prit une inspiration.
« Tu dis vrai. En même temps une intention bonne, même quand elle provoque une mauvaise chose, est une graine qui à un moment éclot. Car de ce mal nait une bonne chose, après.
-      Vu sous cet angle… Tu penses par exemple que maman … Sa vie est gâchée, je trouve.
-      Je ne trouve pas. Elle fait du bien, toujours du bien. Ta mère est l’âme de ta lignée Suzanna, fit Pierre.
-      Elle se sacrifie, contesta Suzanna.
-      Elle ne se sacrifie en rien. Elle donne la vie, la surveille, s’éloigne, se rapproche. Toujours à la bonne distance.
-      A t’écouter on dirait que tu parles d’une sainte.
-      Il y a de ça »
Une femme s’approcha, à terre, et s’arrêta, essoufflée, devant elle.
« Do you suffer ?, lui demanda Suzanna en s’agenouillant.
-      Laisse-lui le temps de respirer », intervint Pierre.
Suzanna s’assit face à la femme. La regardant dans le fond des yeux, elle eut soudain une peine immense.
« Oh, Lady, balbutia t-elle.
-      No I dont suffer, répondit la femme en traînant les voyelles comme un fardeau. I live ! »
Laure à son tour s’agenouilla à ses côtés.
« Can I give water to your child ? To you ? »
La femme, lentement, parvint à soulever son bras, et agrippa la bouteille fraiche. Elle fit descendre l’enfant en bas âge de son dos fourbu, le fit boire, puis avala une gorgée. Et s’aspergea la nuque avec le fond de la bouteille en secouant ses longs cheveux.
« Water ! Water !, récita-t-elle en offrande. Water of life ! Water of life ! »


Extrait de SUNDANCE – Livre 1 GENESE – volume 2
SUNDANCE ou La Bible en roman d’aventure, politique, saga familiale sur 40 ans en France et à la Réunion dans les cercles du pouvoir. 
·         Avec des stars comme Romy Schneider, Catherine Deneuve ou Dalida et des hommes politiques comme Chirac, Giscard ou Mitterrand qui se mêlent a des personnages de fiction. 
·         Et aussi des playlists à écouter après ou pendant la lecture avec Bowie, Pink Floyd, Patti Smith, Supertramp, Louis Armstrong, du super disco etc... comme dans une comédie musicale. 
·         Avec 50/100 du texte dans les ténèbres et 50/100 au contraire dans le pur bonheur. 
·         Bref un tres tres gros projet comparable a Vernon Subutex de Virginie Despentes. 
·         En 4 Livres - Genèse, Exode, Lamentations, Apocalypse - et 8 volumes. A 80/100 des dialogues et énormément d’émotions, angoisse, suspens, amour, violence, effroi, choc, reve pur, sexe et SM, danse et plaisir pur, stratégies de pouvoir, etc...

Entrez vite dans la SUNDANCE, rituel des indiens d’Amérique du Nord et faites entrer vos amis.
Liens sur les 1er ET 2EME volumes ci-dessous, Auto produit, zéro intermédiaire, pas de censure, hors système a fond donc que via le net pour livraison sous 8 jours

Volume 1 ICI
Volume 22 ICI

Aucun commentaire:

Publier un commentaire