jeudi 27 juillet 2017

Bienheureuse trentaine


La trentaine est l’âge idéal pour un homme de monter sur la scène. Apres avoir semé, récolter. On entre de plein pied dans l’âge adulte et dans le système, fort d’atouts physiques et de maturité nouveaux. Fort, affirmé enfin, avec quelques certitudes chevillées au corps pas encore démenties par la réalité, on est en âge d’intégrer des postes à responsabilités au sein de multinationales férues de chair fraiche peu propices à remettre en cause l’ordre établi. La trentaine est la décennie du JE et de l’EGO. Un EGO pas forcement boursoufflé mais a sa place et conquérant.

Il est essentiel de vivre cette phase ascensionnelle avant que de la remettre ou se la voir de force remettre en cause la décennie suivante. Cette décade prodigieuse se doit d’être une référence dans le cycle de vie en tant que période ou tout marche et tout baigne. Conquêtes faciles, argent à flot, succès et promotions, mon nom sur l’affiche et le public applaudit. Ne jamais aller trop vite en besogne, pour pouvoir ensuite rebondir et se réinventer encore faut-il avoir pu songer côtoyer les sommets puis chuter.

La mienne fut ainsi, jalonnée de succès, de bonheurs et de joies, de légèreté et de facilité, d’amour et d’eau fraiche, d’argent et de reconnaissance. J’en fus à l’époque comblé et quelque peu ivre, au point de m attribuer le facteur chance ou prédestination comme des mérites personnels. Il fallut la maturation et la maturité pour comprendre le sens profond de l’ensemble, voir le plan et y déceler les fils secrets. On va vite, très vite, trop vite à cet âge ou tout sourit, on laisse souvent passer les peu rapides sans même un regard et on fonce tête dans les épaules sur les rues sans observer aux alentours avec suffisamment d’acuité pour percevoir les nuances.


Toi qui y entres, profite et vis à fond, ne te retourne pas, agis et fonce, pose toi de temps à autre le long d’un lac pour souffler et humer l’air. Ne songe point a hier et a demain, ton jour est plein et a chaque jour suffit sa peine. Il est des choses qu’ il faut vivre au moment juste et ton moment est tien et bien tien. Sois reconnaissant de ce qui est donné mais ne t appesantis pas, ne te sens l’obligé de personne. Tout viendra à temps et à point, vis ce que ton âge te dicte de vivre sans rendre de comptes, vis tel une plume au vent, bombe le torse, laisse venir le sourire intérieur et goutte à fond ce qui se donne et apparait sur ta route. Cette décennie tu ne la vivras qu’une fois, alors – eh bien, vis-la, vraiment, aussi légèrement qu’intensément.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire