lundi 8 mai 2017

Tisser sa toile


Dans un monde capitaliste, les chiffres c’est-à-dire la mesure de l’audience ça compte. C’est loin d’être tout mais ça compte et pas qu’un peu. Ayant décidé de me passer de producteur, d’éditeur et de tout intermédiaire (ne serait-ce que pour palper tout et surtout conserver liberté et contrôle du truc sans concession aucune à un système que je récuse à longueur de billets), une fois balancés ma tribune, ma vidéo ou mon roman, je chausse les lunettes d’un statisticien comptable et de patron de TPE. Et redeviens le mec de business et le mec qui n’a personne au-dessus de lui que je suis dans la vie professionnelle depuis 22 ans. Celui qui prend toutes les décisions et ne se laisse jamais emmener là où il n’a pas envie d’aller, quitte à ramer en apparence à contre-courant. Et qui dit « oui mais non » à presque tout vu que le seul qui est à ma place c’est moi. Et que j'ai toujours pour ce qui m'a reussi pris une route singuliere pour ne pas dire marginale.

Et je note les évolutions et les tendances. Avec ce mois-ci une double explosion sur les deux fronts BLOG et AGORAVOX, lesquels sont liés et pas uniquement parce que tous les billets agoravox figurent dans le blog. Le BLOG vient de franchir les 30 000 lectures sur 154 billets ce jour avec 2 gros HITS (deux billets sur Macron, qui ont assez bien marche sur le media alternatif francophone numéro 1 mais moins vu l’audience potentielle). Le nombre de pays idem : on en est à 60 avec 50 pour cent des lectures provenant de France seulement ce qui est top. Tous les continents (Pôle Nord exceptés) sont représentés. Y compris des micro-pays en Asie et en Afrique. Super diversité. Et effet boule de neige. Dix minutes après avoir publié un truc, en moyenne 20 a 50 clics déjà enregistrés, ça va très vite, et pour un HIT ca fonce pendant 3 jours. C’est du périssable j’en ai conscience, rien à voir avec mes romans que je mets très au-dessus (rien ne vaut la littérature à mes yeux), mais c’est un fait et ça me va.

Sur Agoravox ou j’ai cette semaine deux tribunes classées dans les 5 premiers (Macron et Sophie Marceau) la régularité paie, et je commence à me faire un nom à force de 5 à 6 publications par semaine. Presque zéro rejetées, 5 depuis le début sur 58 en fait. Ici les HITS ne sont pas forcément simples a prévoir, parfois ils me surprennent en bien (celui sur Romy m’a fait extrêmement plaisir). L’audience en rien ne traduit l’avis, juste le clic c’est-à-dire l’effet curiosité, on connait des tas de films qui ont cartonné et que le public a trouvé nazes. Sauf que les notes (les étoiles) sont toujours bonnes voire excellentes, jamais en dessous de 3.5/5, plutôt entre 4.2 et 4.7 en moyenne, sur un site ou ca saque sévère. Les commentaires sont parfois touchants parfois intéressants, parfois agressifs ou donneurs de leçons, il y a à boire et à manger et je n’y réponds pas. Pas envie et pas le temps.

Le blog rapporte des sous, agoravox de la notoriété, et les deux renvoient sur SUNDANCE qui est le clou du truc et se vend vachement via ces deux vecteurs (et aussi la chaine Youtube que je n’alimente plus depuis presque deux mois mais dont les clics continuent gentiment à grimper tout seul)

Les partages des billets par mes amis et potes sont hyper efficaces, je le vois par les statistiques de « sources du trafic ». Merci à vous donc de vos coups de pouce amicaux et appréciables.

J’ai donc bâti le truc a quatre entrées, BLOG, le média alternatif leader, Youtube (et Vimeo pour la qualité d’image) et bien sur le roman qui est le sommet de la pyramide – 3000 exemplaires vendus des deux premiers tomes, depuis 25 pays d’achat, ça c’est rentable. J’ai bien travaillé le référencement et donc quelque peu inondé Google en articles, liens, images, photos, vidéos etc. Ça s’appelle tisser lentement sa toile, et ça marche avec effet boule de neige. Presque plus besoin de faire de pushs vu que ça se fait en gros tout seul pour 95/100. J’écris, je publie, je référence et c’est tout.

L’an prochain (qui sait ? avant ?), j’aurai rajouté un zéro a ce « millier ». C’est l’objectif. Et vu comment celui-ci a été vite et facilement atteint c’est parfaitement à ma portée. Faudra juste garder la cadence et bien sur innover – ne serait-ce que pour éviter l’effet lassitude ou « trop plein ».

Pendant votre été je serai sur la fin de Sundance 3, je vous lâcherai un peu la grappe, vous étonnez pas. C’est bien d’être lu par des gens dans le métro ou entre deux dossiers au bureau. Mais sur les plages, la paix. Idem pour moi qui me tiens à distance, très a distance, de ce petit mouvement qui me concerne et pourrait me faire gonfler les chevilles – alors que c’est l’inverse, vu que je constate pas surpris vu que j’ai tout fait pour que mon plan marche. Dédoublé pour le coup !


Allez : à plus les lecteurs. Et merci ! Vraiment !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire