dimanche 30 avril 2017

L'improbable possible


« La France court au désastre.
Ce qui paraissait impossible il y a peu de temps encore n’est plus aujourd’hui improbable : Mme Le Pen peut devenir la Présidente de la République française ; à tout le moins le score du Front National au deuxième tour  peut dépasser la barre des 40%, voire des 45%, ce qui serait déjà un coup de tonnerre politique.
La trahison de N. Dupont-Aignant, l’attitude ambigüe de J.L. Mélenchon, l’effondrement du PS, les finasseries de certains de mes propres « amis » politiques ajoutent à la confusion générale sur laquelle prospère le FN. »

Ces quelques lignes qui ouvrent le dernier billet publié par Alain Juppé sur son blog m’apparaissent symptomatiques de la totale déconnexion de la très grande majorité de notre personnel politique (et de leurs relais chapeaux à plumes dans les medias) par rapport à ce qui se passe actuellement en France.

Juppé fut celui qui, quatre années durant, nous fut présenté et vendu comme le « plus que probable futur président de la République »(comme DSK avant lui). Balayé a la surprise générale du seul fait de ce « Sens Commun » qui n’a de commun que le nom aux primaires de la Droite et du Centre, il fut au pire des scandales Fillon ressorti du chapeau par la quasi-totalité des caciques LR désireux d’éviter une mort annoncée. Avant d’être rangé au fond du chapeau du fait du seul Sarkozy, voulant à tout prix éviter le réveil du « meilleur d’entre nous » et accessoirement seul rempart contre sa propre suprématie de petit tireur de ficelles.

Le programme dudit Juppé aux primaires était à peu de choses près celui de Macron. Une avalanche de bons sentiments bleu blanc rouge et une cascade de mesures anti sociales propres à étouffer un malade déjà exsangue par deux décennies d’heureuse mondialisation.

Face à l’inéluctabilité d’un dégagisme dont il n’aura été qu’une victime parmi d’autres, le connétable de Bordeaux (cette grande ville au brassage socio ethnique réputé) s’en va, tels Hollande, Valls et consorts, exhorter le populo à résister a la déferlante extrême droitière… en convoquant à lui les recettes du logiciel de son mentor Chirac il y a 15 ans de cela.

Sauf qu’entre temps … Notre Amstrad (comme on l’appelait autrefois) semble avoir oublié quelques vérités : le FN de 2002 était parvenu au 2e tour à la surprise générale, ses élus n’avaient pas investi les collectivités territoriales, ses thèmes n’avaient pas fait mouche sur une part non négligeable de la population et de ses élus (chez les Républicains surtout), les victoires électorales successives n’avaient pas eu lieu, et puis c’était Jean-Marie et non Marine, sur une ligne extrêmement différente à l’époque, tant dans le programme que dans les discours.

Un chambardement depuis l’accession de la benjamine en 2011 à la tête de ce parti eut lieu dont notre grand homme, et bien d’autres avec lui, semble n’avoir aucunement pris la mesure. Et le voilà qui, tel son clone En Marche, agite désespérément le même chiffon rouge.

Je crains, cher Monsieur Juppé, avec tout le respect que je vous dois, que vos injonctions ne soient bien trop tardives. Il eut fallu sans doute que vous ne campiez pas depuis si longtemps sur un matelas de certitudes et de bien-pensance pour aujourd’hui, à quelques encablures d’un possible point de bascule, subitement sortir affolé de votre torpeur. Ce bon peuple qui n’est guère présent dans les murs ripolinés de votre belle cité girondine a comme qui dirait réécrit une part significative de cette histoire à laquelle vous vous rattachez avec 15 ans de retard. 

Et celle-ci semble vous signifier de dégager, je le crains, vous et toute la classe politique à qui fut confiée de nombreux mandats et de nombreux avantages dorénavant arrivés à échéance. Ce fut un prêt voyez-vous, et non un du, que ce pouvoir qui vous fut confié. Vous disposez encore d’un joli bastion : eh bien restez-y, et pensez un peu à la Libye que vous avez balancée dans le chaos le plus atroce…

C’est cruel sans doute que de voir toutes ces belles âmes échouer sur le mur du réel et se faire renvoyer dans leurs buts : mais quoi, la politique n’est en rien une bluette, et échouer personnellement quand on a échoué aux manettes est la règle. C’est le peuple qui est le dépositaire au bout du bout, et là, un bon paquet d’entre vous vont émarger à la retraite…Je ne vous plains pas Messieurs Dames, celle-ci que vous vous êtes votée est plus que confortable, et ce sont nos impôts qui vous la versent.

J’observe cette semaine le camp Macron multiplier erreurs et bévues, sorties de terrains, erreurs de timing… Je les vois refuser de faire campagne, tenter des coups, faire dans la gadgetisation à Sarcelles et à Oradour et les rater les uns après les autres. Ces images pour TF1 ne suffisent pas à convaincre au-delà des convaincus, il faut faire campagne, Manu ! Et quand tu te pointes sur un terrain populaire non balisé par ton équipe, eh bien je vois moi que ça se passe TOUJOURS mal.

J’observe ces Richard Ferrand ou Christophe Castaner, cette pauvre Laurence Haim, véritables bleus en politique, pédaler dans la choucroute. Ces gars-là s’imaginaient que le front républicain allait suffire à justifier une dernière ligne droite paisible, Euro RSCG leur avait assuré, 2002 oblige, que c’était plié de fait dès lors que le 1er tour était franchi. La 1e place de Manu (due à la brillante campagne des Insoumis qui auront réussi a piquer 3 à 4 points a Marine) les conforta : au meeting de la Porte de Versailles dimanche dernier un journaliste du Canard tomba nez à nez avec deux associés de Rothschild, anonymes bien sûr, qui bichant s’y croyaient déjà.

La semaine qui s’achève vit la péronnelle de Montretout marquer des points décisifs. Echec au Front Républicain, lézardé par des électeurs et des élus dissidents. Appels multiples a l’abstention, refus de Mélenchon de céder a l’injonction facteur de continuité pour les mêmes. Prises de taille à l’ennemi, dépassement enfin franchi des murs FN en vue d’une plus que probable recomposition de la droite ou les Républicains, comme avant le PS, risquent de finir en slip. Sens Commun qui sur les réseaux lance un appel à voter Marine … Whirlpool et les selfies… Revirement sur l’euro a 7 jours du 2e tour… Et 6 points de gagnés sur l’adversaire.

Je ne sais quel sera le résultat, mais la dynamique est bel et bien en marche, et pas pour celui qu’on croyait. Les logiciels sont périmés Messieurs Dames, va falloir vous réveiller dans la dernière ligne droite si vous ne voulez pas que l’impensable et impensé devienne possible. Jetez un petit coup d’œil sur les travaux du physicien chercheur au CNRS Serge Galam, lequel contre tous les sondages de dernière minute avait bien à l’avance prédit (comme moi mais sans ses méthodes scientifiques) le Brexit et Trump. On n’est pas dans le sûr de chez sûr mais dans l’observation in situ d’un phénomène incontrôlable qui avance à toute vitesse, et peut dimanche prochain ébranler tout un matelas de conviction et créer un effet de sidération stupéfiant.


Alors prenez, c’est mon conseil, juste le temps de le penser avant, au cas où … Car la logique que nous observons depuis la rentrée 2016 est simple à comprendre, il s’agit de renverser la table et de le faire vraiment jusqu’au bout. Ne serait-ce que pour ne pas avoir à le faire encore plus violemment le coup d’après.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire