lundi 3 avril 2017

L'idiote utile number one


Je me demande si notre oligarchie financière ne préfère pas contre tout ce qu’elle formule par marionnettes interposées la carte Le Pen à la carte Macron. Que tous ces ralliements bruyants de la quasi-totalité de la classe dominante si rejetée au panache du joli Manu ne fait en définitive pas partie d’un plan plus vaste consistant à exciter l’électeur par provocations successives pour mieux lui vendre par en dessous cette carte de la « fausse sortie de route ».

Car enfin : entre un pur produit de la caste prêt à poursuivre le mouvement engage depuis 30 ans à la troisième vitesse et un accélérateur de particules incontrôlable avec déflagrations plus que probables sur cinq années, dans quel cas le spéculateur lambda palpe-t-il le plus ?

La comédie « sortie » de l’Euro prônée par Madame (6 mois de palabres avec Merkel dont elle connait bien l’issue, et qui ne sont là que pour ramasser les voix des petits vieux qui craignent pour leur bas de laine) est certes un enfumage pour naïfs : mais c’est aussi une magnifique occasion de spéculer à fond sur la monnaie et de réaliser quelques très jolis coups sur les bijoux de famille hexagonaux. Pensez aux subprimes, pensez à ces périodes de crises aigues, à ces guerres et aux retombées directes dans les comptes d’exploitation … Quand ça flambe et quand ca tangue, Goldman Sachs danse et crache du feu !

Sans compter que le climat plus que probable de guerre civile permanente si Madame franchissait le seuil de l’Elysée est pain béni pour nos grands marionnettistes : trop occupés a des combats parfaitement secondaires aux yeux de l’oligarchie (franchement qu’est-ce qu’elle en a à faire de sucrer ou pas les allocations aux immigrés et de la présence sur nos plages de burkinis ?), nos amis les gaulois détourneront le regard de leur théâtre d’opérations principal. Et ce que Madame plastronnera dans le poste ils ne feront, compte tenu de son impossible majorité parlementaire, pas plus qu’une bouchée. Cause toujours, ricaneront-ils, tes électeurs verront bientôt au travers, et de ton échec plus que probable nous allons nous et nous seuls tirer encore quelques marrons.

Le FN version Marine m’apparait, contrairement à celui de son machiavélique papa (qui lui avait bien compris qu’il ne fallait surtout pas exercer le pouvoir) l’idiot utile numéro 1 de ce système si décrié. Un accélérateur de gains formidable, comme un virus interne qui se croit bœuf et finira grenouille au château de Montretout. Le chaos : que c’est bon pour nos portefeuilles et nos stratégies. Et que c’est drôle que de voir ces électeurs si surs d’eux en mettant son bulletin, qui croient si sincèrement dans ses ficelles les plus grossières, ces slaloms sur l’Europe et l’Euro, ces mesures anti constitutionnelles qui veulent traduire en actes le « on est chez nous », ces postures la main sur le drapeau sur le thème « non au ingérences » quand on sait avec quel empressement Madame (et papa avant elle) s’en va faire la belle en Israël et à New York au gala de Time … Avez-vous jamais entendu ces amis des peuples dire un mot, un seul, en faveur de la cause palestinienne ?


La stratégie du choc prônée par Milton Friedman et l’Ecole de Boston dont Naomi Klein fait le récit dans son livre éponyme n’en finit décidément pas, tel un Alien mutant au fil des décennies, de produire de nouveaux œufs. Tant que l’ignorance et la candeur des peuples concernés seront élevées et anémiée sa capacité de résistance collective, elle pourra ainsi continuer à commercer sur des champs de ruines.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire