lundi 24 avril 2017

En marche vers la tondeuse !


En survolant au réveil la presse française, j’ai eu l’impression très nette que la France d’Astérix venait de s’endormir puis de se réveiller dans un magnifique chromo rose fuchsia et bleu ciel, beau comme un sitcom NRJ12. Comme une espèce de nationale communion aux couleurs bariolées, au rythme des chansons niaises de Zaz, et accompagnant dans une belle unanimité la « marche » triomphale du Christ jusqu’à la Porte de Versailles ou l’attendaient ses supporters.

"En une année, nous avons changé le visage de la vie politique française. Le sentiment profond, organique, millénaire qui a toujours porté notre peuple, l'engagement pour la patrie, l'énergie pour l'intérêt collectif au-delà des divisions l'ont emporté ce soir".

Ainsi parla Zarathoustra face à la foule ébahie avant que de rentrer dans sa limousine aux fenêtres aussi fumées que certains jambons, puis de disparaitre dans la nuit avant sa prochaine résurrection.

Il s’y voit déjà, le Manu, et d’ailleurs, avec son score de 24 (pas même un quart des votants non nuls) il y est déjà. La France Insoumise ayant piqué quelques trois ou quatre points à la péronnelle de Montretout, le voilà donc en tête, et assuré d’une victoire les doigts dans le nez. Bien ouej !

Pour le renouvellemenent promis, les masques vont tomber. Le mec est loin d’être le perdreau de l’année et les ficelles archi usées il les connait mieux que personne. A peine en tête que déjà le voilà qui se penche sur l’obstacle des législatives et bloque quelques jours dans son agenda de la semaine pour designer « ses » candidats en bon autocrate déguisé qu’il est. Des « pourparlers » (avec les partis et certains de leurs membres) annonce son staff : voilà qui donne tout de suite le la. Je parie qu’il va filer une investiture « en marche » à son vieux pote Valls …

Quant aux « personnalités du renouveau issues de la vie civile » je lui suggère les noms suivants qui lui sont tous acquis : Pierre Arditi (Paris 11), Arielle Dombasle (Paris 6e), Christophe Barbier (Paris 17e quartier Parc Monceau), Dany Cohn Bendit (français de l’étranger), Line Renaud (Rueil Malmaison-Suresnes-Garches)…

Le système, tout le système, et ses péripatéticiennes systémiques, les BHL, Barbier, Drahi, Bergé, Attali, Collomb etc (PJ : copie des 4/5e du Bottin Mondin) : tous exultent. Le stratagème a merveilleusement fonctionné. Ce que le peuple venait de cracher, Loi Macron 1, CICE et Pacte de Responsabilité, Loi Travail, 5 ans de Pépère, « mon amie c’est la finance », voilà que le système vient de réussir à lui faire ravaler. Faut le faire et ce fut rondement mené au pays des veaux et des moutons qui aiment plus que tout se faire tondre. Merci Paris Match, merci BFM !

Dès cet été a prévenu Manu, on va continuer sur ce bon chemin « en marche forcée » à coups d’ordonnances, pendant que ces andouilles végéteront dans leurs campings et sur leurs plages. Et allez, double dose de dérégulation du marché du travail adaptation de notre marché à l’économie, de détricotage des droits des salariés, d’introduction de coups de canifs dans notre système de retraites avec introduction de fonds privés, de mesures de flicage et de coercition envers ces pouilleux de chômeurs et tutti quanti.

Sans oublier bien sur quelques amicaux coups de mains via Rothschild à certains fonds de pension pour de juteuses opérations de vente à la découpe de quelques-uns de nos fleurons industriels. L’ami Drahi est plus que prêt et Bernard Mourad tout autant.

On vient de rentrer dans une séquence bisounours de quinze jours avec injonction patriotico moralisatrice ou il s’agit ni plus ni moins de chasser la fille d’Hitler et de Mussolini en perruque blonde du terrain de jeu pour mieux prospérer dans l’entre soi ensuite avec le caca-rente. Rien de plus commode que ce gentil peuple pour porter la bonne parole des Minions dans nos rues, et avec la finesse et la tolérance bien connue de démocrates persuadés d’incarner le « camp du bien » il ne sera pas utile de faire campagne ou pas vraiment. Les slides « halte au fassisme » sont déjà prêts a être envoyés par sms, Madame Taubira et Xavier Bertrand feront le reste.


Cet élan porteur d’un pays anesthésié intellectuellement et ayant déposé sa liberté de penser aux vestiaires fera le job. 60 a 62, voire 65 ? La fille aura doublé le score du père d’il y a 15 ans ? Qu’importe, le but est que Brigitte entre à l’Elysée, que j’y fasse 5 ans histoire de parfaire mon carnet d’adresses avant d’intégrer 5 ans plus tard Goldman Sachs directement comme Associé. Le Bureau de Londres nous irait fort bien, Brigitte n’aime guère le soleil, et toutes ses amies ont une résidence à Londres.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire