jeudi 23 mars 2017

Westminster

L’attentat réussi d’hier à Westminster fut comme celui de Berlin en décembre dernier une initiative individuelle. Un homme, un seul, et en quelques minutes la terreur s’abat et frappe à l’aveugle.

De nombreux attentats déjoués ces derniers mois dans plusieurs villes européennes, en France notamment, furent identiquement des initiatives individuelles. Un individu ou un tout petit groupe, deux ou trois, jeunes pour la plupart, des post ados, des groupes de filles. Ici la volonté de faire péter une discothèque dans la banlieue de Montpellier, la un projet sur Marseille, attaquer un concert... Rien de vraiment coordonné ces derniers mois, mais des tas d’initiatives d’amateurs, parfois à la limite du ridicule, comme cet homme qui se précipite sur un militaire au Louvre avec un couteau.

Pour l’instant on a affaire à ça, des initiatives individuelles, des trucs d’amateurs, rien à voir avec le Bataclan, avec Bruxelles. Rien ne dit que ça ne sera toujours comme ça. Les professionnels de la sécurité veillent sur nous mais ils ne sont pas infaillibles. Pour ceux qui l’ignorent ou veulent l’ignorer, Charlie comme le Bataclan ça avait été annoncé avant (je l’avais vu sur la toile), bien avant. Et quand c’est tombé tout le monde fut sidéré.

Ailleurs, à Istanbul, un carnage dans une boite de luxe, nos medias s’y attardent quelques jours. Istanbul c’est à la porte d l’Europe, la boite était une boite de nantis.
Plus loin, dans ces  pays de confession musulmane dont tout le monde se fout copieusement, les exactions contre les populations civiles se succèdent et les bombes sautent.

Les armées des Fous d’Allah quant à elles ont fort à faire sur les théâtres irakiens et syriens, avec ou contre leurs alliés objectifs occidentaux. En Syrie, Israël vient d’agresser dans la nuit la souveraineté de l’état de Bachar El Assad avec la complicité de Washington. Al Qaida exulte et en profite pour reprendre quelques forces. Quand l’EI attaque l’armée syrienne, les avions occidentaux restent rivés au sol.

Mais qui s’intéresse à ça ? Qui est au courant ? Qui connait le dessous des cartes ? Vous qui croyez que l’essentiel se joue dans le nom qui sortira du scrutin de mai et vous amusez du feuilleton PenelopeGate comme le ferait un enfant . On ne parle pas à la même hauteur si vous en êtes là, je ne vous le reproche pas. Mais ne m’interdirai jamais de dire ce que je comprends, que cela plaise ou non, et ce quel que soit votre avis et votre ressenti. 

Des mois que je me passionne pour ces sujets géostratégiques majeurs. Que je vais chercher l’information véritable là où elle est, disponible pour tout un chacun. Celle-là que les grands medias dans un amalgame manipulatoire taxe de complôtiste. Ce ne sont pas d’obscurs crétins comme Alain Soral qui la délivrent, mais bien des agrégés de géostratégie, des diplomates de haut vol, des somites militaires, de grands reporters indépendants, et même des autorités religieuses. Que des pointures, dont je suis les travaux depuis des mois, qui délivrent et consignent la réalité occultée et m’apprennent ce qu’il convient absolument de savoir si l’on veut non seulement avoir une vision juste de la réalité mais être en mesure pour soi-même de prendre les décisions adéquates par rapport à un état du monde au bord de l’explosion.

Loin de verser dans le catastrophisme, je regarde avec lucidité et distance cette lente mais réelle dégradation d’une situation mondiale ou tels les balais de l’apprenti sorcier nos marionnettistes multiplient en grand désordre folies et prises de conscience. Certains sont dans une logique destroy telle qu’il me parait impossible que cette descente aux enfers puisse de leur seul fait s’arrêter. Pour une seule raison, cynique certes mais réelle : ils y ont tout intérêt, le chaos c’est juteux économiquement parlant.

D’autres sont là qui, conscients du basculement possible vers un conflit généralisé, tentent de retenir les assauts. La logique, si j’ose dire, ne va hélas point dans le bon sens, et pas que du cote des fous d’Allah.

J’ose croire en un sursaut collectif. Mais comment faire tant les populations sont, plus qu’endormies, endoctrinées, atomisées, projetées dans l’ignorance, au point d’en devenir bêtes a manger du foin ?

J’avais ici sur ce réseau social en septembre dernier fait avec toute la sincérité possible d’un homme informé de ce qui se passait dans le monde et voulait prévenir ses proches une simple mise en garde. Les mots avaient été pesés, choisis, et l’acte de poser ca ici par écrit demandait, reconnaissez-le  a minima  un peu de cran.

C’était, je m’en souviens, le jour ou Hollande avait à Wagram prononcé son plus beau discours (le seul ?) à propos de la sécurité des français. Il avait rappelé la multiplication des tentatives déjouées, et avait invité chacun à se montrer prudents tout en continuant à vivre pleinement. Moi qui ne taris pas de critiques sur le peu de présidentialité de cet homme et sur sa politique étrangère catastrophique, j’avais été scotché par ces mots et par le ton employé et l’avais trouvé pour le coup extraordinaire. Et avais dans le droit fil convie mes potes gays à faire preuve de prudence tout en continuant à vivre normalement en tant que cible privilégiée des obscurantistes.

Cette mise en garde bienveillante donna lieu à quelques magnifiques remerciements isolés, a une leçon déplacée d’une jeune femme au fait des choses et estimant qu’il convenait je la cite de SE TAIRE. Et surtout à un hallali, je n’en fus point surpris. Ça se gaussa et ca tempêta en mon absence. Nombre de ces post ado quadragénaires libertaires pour eux-mêmes se déchaînèrent, l’un allant jusqu’à insulter ma mère publiquement. L’histoire du sage, de la lune et du doigt…. Je ne fus pas surpris et me retirai sur la pointe des pieds de ce jeu ou intellectuellement, culturellement et existentiellement les différences entre eux et moi étaient telles que seul le silence devenait de mise. J’avais fait ce que j’avais à faire à mon bout.

Il n’est pas possible de faire passer un chameau dans un chai. Les gens ne s’intéressent guère pour la plupart qu’a ce qui se passe dans leur tribu en bas de chez eux, ils ne regardent même plus pour la plupart les gosses en guenilles sur leurs trottoirs. Les milliers de morts à quelques centaines de kilomètres de leur domicile les indiffèrent, seule la date de la soirée machin semble les sortir de cette espèce d’atonie de la conscience qui leur tient lieu de vie. C’est leur liberté ma foi que de vivre comme dans un dessin animé. Qu’ils ne s’étonnent pas si un jour …

Je continuerai donc à lire et à écrire, a me documenter à distance, à jouer sans me faire de films ma petite partition avec ces tribunes libres sur le dessous des cartes et certaines mises en alerte à tel ou tel moment, comme le font bien d’autres que moi. Je le ferai inlassablement et avec bienveillance pour celles et ceux que j’aime mais pas seulement pour eux. Ecrire pour tout un chacun ce n’est pas se limiter à tel ou telle et publier c’est se dégager de la lecture des êtres connus et aimés.


Etre lu ou pas, compris ou pas, avoir raison ou pas, tel n’est pas l’objet. J’espère en un monde meilleur, je suis un optimiste, un vrai, plongé dans un monde un peu fou, et qui fais l’effort de le regarder les yeux dans les yeux avec autant de distance et de hauteur de vue qu’il m’est possible. L’exercice n’est pas simple, mais il demeure passionnant.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire