dimanche 19 mars 2017

La dépouille de Robespierre

Je serais pro Macron, je me poserais de sérieuses questions sur les résultats de ce sondage ô combien plus parlant que ceux portant semaine après semaine sur les intentions (fluctuantes) de votes. 
http://www.lejdd.fr/Politique/SONDAGE-La-personnalite-de-Macron-divise-les-Francais-855275
Décillez vos yeux: votre champion est bien plus loin du but que vous ne le voulez. Aucun trait saillant après des mois de campagne, aucun qui l'installe majoritairement dans l'inconscient collectif comme le futur président, je n'ai jamais observé cela dans une campagne, jamais, aucun n'a été élu sur pareil constat: Et vous croyez toujours que le fameux plafond de verre va fonctionner comme un automatisme, après 6 mois non-stop de degagisme tous azimuts ?
Pas plus que vous je ne m'érige en expert mais les faits sont têtus, rien ne remplace un terrain qu'on laboure dans une campagne, surtout pas une brillante campagne institutionnelle hyper pro qui ne convainc guère que... les convaincus. Macron après 6 mois est toujours perçu par une majorité comme du vide, du flou, une arnaque, un faux nez ou un gros point d'interrogation. Pas Président, pas proche des gens, pas rassurant pour ma sécurité, la liste est sacrement lourde quand on se place dans la peau des gens, de tous les gens. Ça n'imprime pas : pire, ça s'y refuse obstinément en dépit de toutes les tentatives d'un système qui s'est mis en ordre de "marche" depuis des mois
C'est pour moi un nouveau signe, un parmi beaucoup d'autres qui sont disponibles sur le marché de l'info mais que beaucoup se refusent de voir. Observer à distance cette pathétique campagne (Hamon / Mélenchon, Valls / Hamon, Juppé / Fillon : franchement les mecs mais quelle honte !) me renforce dans cette bien triste conviction que l'élection de Marine Le Pen est hautement probable.
Je note au passage que quelques personnalités éminentes qui ne prennent nullement leurs désirs pour la réalité (Hollande, Juppé, aujourd'hui Valls) ne disent pas autre chose, le danger est plus que présent. Que l'actualité sur le sol française de la semaine (des suivantes ?) apporte inlassablement a la candidate frontiste de nouveaux marrons tout frais (imaginez un attentat réussi, un seul, les retombées). Que les chicaneries et les affaires "chez" et "entre" les autres la servent, tandis qu'aucune de celles qui la concernent ne prend.
Plus ça avance et plus dans ce que je vois d'ici chaque camp, juste avant l'assaut, se retranche et s'aveugle, reflétant ainsi la bien triste image d'un pays fracture en mille morceaux, actuellement incapable de se souder sur quelque sujet que ce soit. Tandis que dedans comme dehors l'ennemi rode et attend son heure pour frapper en plein cœur on en est à s'écharper sur des taux de déficit budgétaire et de baisse d'allocations pour les chômeurs et on glose a n'en plus finir sur le coût des costards de luxe d'un blaireau
C'est devenu ca la France Guignol version 2017. Une pantalonnade obscène sur des tréteaux tandis que des centaines de milliers de gens souffrent et que des petites vieilles abandonnées par leurs familles meurent dans des pseudos maisons de retraites pilotées par des rapaces.
Comme une famille gangrenée par les haines recuites, les mensonges, les règlements de comptes et les blessures non cicatrisées, la France dans ce qu'elle montre d'elle même en ce moment a ceux qui l'aiment est devenue indigne, une pub pour le nihilisme, un teaser de l'œuvre de Nietzsche, un satisfecit pour Machiavel, un appel du ventre au retour de Robespierre et de la guillotine : spectacle affligeant que celui qui se donne à voir.
Ah que je me satisfais d'être loin de tout ça tellement sur le fond cela m'attriste, moi qui aime tant ce pays, son âme, sa culture et son histoire: Cela a atteint un tel point de non-retour, ce point de bascule d'avant le plongeon (du point est-ce ainsi que je perçois les choses) que j'en viendrais presque à l'envie d'une accélération. Que ça plonge une bonne fois pour toutes, que vous l'élisiez, qu'elle se plante et vous avec, qu'on jette cette dernière lubie par la fenêtre avec tous nos idéaux souilles. Qu'on se fasse comme sous l'occupation collectivement vraiment honte une bonne fois pour toutes pendant 5 ans, qu'on mette vraiment toutes les saloperies sur la table, et il y en a un paquet dans chaque camp. Tout casser pour tout reconstruire puisqu'on a déjà presque atteint le fond alors-y franco ! « On est chez nous » scandé sur fond musical de Nasdaq et d’Allah Akbar.

Désolé de ce pessimisme qui n'est qu'apparent, il est la plus juste expression d'un réaliste à l'optimisme conditionne par ce qu'il voit et non par ce dans quoi il s'illusionne. On a ressorti la dépouille de Robespierre : Dieu sait ou ce fou paranoïaque coupable de mille crimes prendra le thé demain et avec qui. La vie est si belle que pour retrouver la lumière il faut parfois plonger la tête la 1ere dans les ténèbres et en extraire à mains nues la puanteur accumulée.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire