mardi 28 mars 2017

Je m'abstiens


Alors tu me conseilles de voter pour qui m’a demandé un pote ?
Je lui ai rétorqué que je lui conseillais de voter pour qui il voulait en pensant aux deux pires ennemis que nous ayons : les fondamentalistes d’Allah bien sûr, mais aussi l’oligarchie financière apatride qui nous envoie tous dans le décor.
Je suis fils de politique, beaucoup le savent, je ne m’en suis jamais caché. J’ai été élevé dans un collège de cathos hyper strict genre Manif pour tous, et suis catholique d’un genre particulier : qui interroge et remet sans cesse en cause le dogme. J’ai aussi choisi de faire des études poussées en philo et en lettres. Et je suis à mon compte depuis 22 ans dans les RH, métier ou j’ai pu bosser en direct avec beaucoup de patrons.
Ca crée tout de suite le profil : les dogmes et les certitudes pas mon truc, les étiquettes de type droite gauche encore moins, même si j’ai une sensibilité qui pencherait plutôt vers la France Insoumise qu’ailleurs. Mais j’ai cette fois décidé de m’abstenir. Je m’intéresse à la France et à la politique mais n’y vis plus et n’ai à ce jour aucun désir d’y revenir. Je n’aime pas ce qu’est devenu ce pays, ce qu’il donne à voir actuellement.
Je trouve que chez la plupart de vos candidats il y a du bon et du mauvais, y compris chez Fillon et Le Pen. J’exècre la ligne Macron mais reconnais que pas mal de ses mesures sont bonnes. Hamon m’apparait comme un apparatchik hors sol, totalement à l’ouest sur le plan international, un droit de l’hommiste qui recrache la soupe de Solferino et la doxa du Nouvel Obs sans aucune connaissance de la réalité du terrain, ce qui est un comble pour un agrégé d’histoire. Je pense que ce gars, sympathique au demeurant et dont les élans sont sans doute sincères, est politiquement irresponsable de proposer des mesures infaisables qui s’échoueront sur le mur du réel.
En tant que tel le concept de la préférence nationale ne me choque pas : mais bien des applications prévues si, et encore plus ce que remue ce discours d’exclusion. Les supposées amitiés de certains candidats avec Poutine et la diabolisation qui en découle me fait hurler : la morale et encore plus le moralisme n’ont rien à faire en politique, et les amis saoudiens sont dix fois pires que le Tsar Russe, que je tiens pour un grand, quelqu’un d’absolument incontournable en cette époque si particulière. Je trouve Fillon et ses affaires grotesques et la place de celles-ci dans cette campagne indigne, et si je trouve sa stratégie suicidaire je suis mal à l’aise par cette mise en scène qui le suit à la trace jusqu’à l’échafaud. Je hais les hallalis et les charognards encore plus que les tartuffes.
Je suis passionné par mon époque au point de publier des tribunes depuis peu dans un media alternatif. Je ne pense pas que le modèle français ou occidental soit enviable, là où je vis actuellement les gens sont paisibles et heureux.
Je pense pour avoir beaucoup creusé le sujet que cette démocratie n’en est pas une, que cette République arrive à sa fin, et je pense foncièrement pour avoir étudié l’histoire que toute renaissance se fait sur des ruines. Et que donc le déclin étant actuel il convient d’accélérer vers le gouffre pour ensuite pouvoir renaitre.
Avec Onfray, mais sans être aussi affirmatif je pense que la civilisation occidentale arrive à son terme, j’observe les faits et vois cette possibilité de plus en plus plausible. Je ne l’espère en rien, je suis le contraire d’un décliniste ou d’un passéiste. J’aimerais qu’il se trompe, et en même temps non : la destruction du matérialisme m’apparait une condition indispensable de survie, nous sommes allés beaucoup trop loin dans la destruction du vivant.
Je pense qu’une grande civilisation doit être assise sur la poésie, les arts, la philosophie et la spiritualité. Je suis un rationnel pétri d’irrationnel et qui va picorer un peu partout. J’aime la vie, j’aime les gens, je suis aussi solitaire, de plus en plus, et mes moments de solitude sont devenus de purs moments de joie. Alors voter, comment dire …


Aucun commentaire:

Publier un commentaire