samedi 23 avril 2022

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire, mais on triomphe quand même.

 

Le faux suspens s'arrêtera demain : Eborgneur 1er l'emportera haut la main. Nos chers compatriotes remettront donc en selle celui qui de tous les présidents de la Vème république attisa le plus les haines et les divisions, et se sera rendu coupable d'une répression sanglante sans précédent contre son propre peuple, sans avoir eu pendant ou depuis le moindre mot envers les mutilés de son propre régime.
Face à Le Pen, Pinocchio aura pu aligner mensonges et contre-vérités avec un applomb sidérant, sur la dette COVID, sur l'avis du Conseil d'Orientation des Retraites, sur le Mercosur, sur l'article 3 de la Constitution, sans que personne ne le reprenne, à commencer par la blonde. Et l'opinion qui n'y connaît pas grand chose d'en déduire que cet illusioniste de métier connaît bien ses dossiers et que cela suffit pour prolonger son bail !
Il l'emportera à la louche à hauteur de 55 ou 56% après une campagne éclair de deux semaines contre une concurrente sur le terrain depuis plus de six mois qu'il aura explosée en cinq minutes de débat sur le pouvoir d'achat. Une concurrente qui était censée se préparer depuis 5 ans et qui a complètement échoué à mettre en lumière les échecs de ce piteux quinquennat sur près de trois heures. Une concurrente qui jouait là une forme de revanche narcissique et rien de plus, et qui semble s'ennivrer de pouvoir enfin, après des années de diabolisation, déambuler dans tous nos patelins telle Miss France en multipliant selfies et embrassades. Et sur qui à peine connu le score de son nouvel et probablement ultime échec tomberont tous les reproches de la part de ses propres soutiens.
A la droite de la droite où règnent les détestations et les lâchetés, entre les vélléités de la nièce, les tentatives de survie de la tante et les zig-zag du clan Wauquiez pour ramasser la dépouille des LR, ca va s'écharper sévère et s'auto-flinguer en coulisses. Mélenchon échouera bien sûr à constituer un groupe majoritaire aux législatives et se rêvera une nouvelle fois en principal opposant tout en tâchant avec difficulté de se désigner un dauphin pas trop mauvais. Et aidé par les ralliements des sarkozystes, de Jadot et de ce qui reste du PS, le petit camé de l'Elysée distribuera les prébendes et se constituera une majorité bancale qui s'étiolera cinq années durant et créera en son sein des frondeurs aussi bruyants qu'impuissants.
Fidèle à lui-même, Macaron fera un gros doigt d'honneur cinq ans durant à toutes celles et à tous ceux qui auront une fois de plus voté pour lui en se bouchant le nez. Merci les castors, merci une fois encore ! Merci de vous être autant et si bien divisés, je reste à l'Elysée !





dimanche 3 avril 2022

Manu fait son show !


Ça y est, enfin, il l’a fait , son grand show à l’américaine, seul et unique meeting d’une campagne éclair en guise de promenade de santé où il se sera économisé comme un coureur cycliste dopé désertant les séances d’entraînement collectif pour leur préférer un séquençage auto-centré scénarisé par les huiles de Mc Kinsey. A quoi bon s’abîmer à faire comme les autres quand on a la certitude de se lancer dans la course gavé de la potion magique d’un matraquage sondagier ressassé jusqu’à plus-soif ? Et qui fait qu’à la longue dans l’opinion a fini par s’imposer l’idée que quoi qu’on fasse les 10 et 24 avril prochain, que l’on vote ou que l’on abstienne, les jeux étaient déjà faits, on allait bouffer de la vache enragée pour cinq nouvelles années avec Choupinet Premier.
Ce fut donc à La Défense, zone de non-droit bien connue des détenteurs du CAC 40, que descendit Jupiter dans l’arène, à l’Arena plus précisément, plus grande salle de spectacles européenne habituellement dédiée à des jeux du cirque sportifs ou musicaux. 1 million le meeting, quand même, un budget à la Johnny Hallyday.
Là, tandis qu’en sa loge le petit roitelet poudré jusqu’au nœud de cravate s’échauffait de quelques vocalises en alignant les rails sous le regard aimant de sa tendre momie, des cars remplis à raz bord dégorgeaient des quatre coins du royaume des armées de figurants encartés pour l’occasion, et dont beaucoup avaient été récemment alléchés par la promesse de parrainer comme dans une vulgaire opération de MML des proches afin de gagner, qui le plaisir de pouvoir faire un dessin personnalisé sur le plâtre de Schiappoupette, qui l’honneur de pouvoir teindre la barbe d’Edouard Philippe en gris clair, qui son dégrèvement fiscal chez Bruno Lemaire, qui son MUG signé de la main de Jupiter.
Il fallait bien, en quelques petites heures, montrer à la France entière cet engouement que suscitait encore envers et contre tout le petit banquier d’affaires si conchié par la France populaire. Et donc frapper un grand coup, un et un seul, une sorte de Superbowl avec Manu la Frime en bête de scène accueilli par des cris et des fumigènes, s’admirant tel un paon dans les torches des I-phone dernier cri en lieu des places des briquets. Un chauffeur de salles survolté appuyant sur des boutons pour faire se lever comme un seul homme la foule en transe, 8 prompteurs invisibles, une scène immense disposée tel un ring de boxe où évoluerait l’Adulé Coquelet pendant les deux heures d’un interminable monologue, et puis des écrans sur lesquels les moments forts de ces cinq années de pure extase républicaine défileraient pour rappeler à cette foule sentimentale quelle chance elle avait d’être là « avec vous » : tout dans la finesse !
Manu, fidèle à lui même, nous infligea un panégyrique louangeur de ses mille et un travaux d’Hercule-sauvé des Crises, s’auto-accordant sans complexes un prix d’excellence avec l’engagement solennel de faire encore mieux la fois prochaine fois à compter de son bail renouvelé de dans trois semaines. Il y eut un avant et un à compter de Mon Règne, ne me remerciez pas je ne fais que mon devoir, ma plus belle histoire d’amour c’est vous, et patati et patata, et un et deux et cinq ans de plus, reprit la foule en liesse.
On espère sincèrement pour cette dernière qu'elle fut payée rubis sur l'ongle pour applaudir pareilles fadaises.
Lui faisant face, alignés en rang d’oignons, ses chers ministres semblaient attendre en vain que la star du jour, à défaut de leur demander de les rejoindre sur scène, cite au moins une toute petite fois leur nom… Las, hormis Castex, Doudou et bien entendu Dame Brigitte, tous durent repartir la queue entre les pattes, en priant les cieux pour que Jupiter une fois remonté sur son Olympe se souvienne d’eux et ne les sacrifie point pour un proche de Sarkozy ou de Jadot. Les pauvres, ils faisaient presque de la peine, à réactiver leurs comptes LinkedIn en écoutant leur maître d’une oreille distraite ...
De la logorrhée du poudré on ne retiendra guère que Manu la Revanche nous promit la main sur le portefeuille tout bonnement l’exact contraire de ce qu’il fit cinq années durant, relocaliser à tout- va, redistribuer du pouvoir d’achat à la veuve et à l’orphelin, penser climat 7 jours sur 7, décentraliser à fond les manettes, introduire une dose de proportionnelle, renvoyer du clando au kilomètre. Bref, de la poudre de perlimpinpin comme en 2017, mais avec un culot encore plus sidérant. Le tout sur fond de travailler plus pour en baver plus et de mise à la contribution des titulaires du RSA au tout productif national à 6 balles de l’heure, histoire de diminuer encore un peu plus le nombre de contrats précaires.
Encore un dernier petit tour de chauffe pour dénoncer in fine les extrêmes, les « zestremdrouate » antisémites et complotistes comme les « zestremgôch » racialistes et indigénistes, ces deux épouvantails pour gens sérieux si pratiques pour s’assurer sans trop se triturer les méninges le tampon « camp du bien » pour le haut de la pyramide, le clivage habituel agité par celui qui cinq années durant ne fit rien d’autre que de les mettre en scène après nous avoir promis le soir de son élection de les réduire à néant par la seule force de son Verbe.
Voilà, c’est fini, on range la marionnette qui a bien déclamé son texte, la campagne, la sienne, à peine commencée, vient tout juste de s’achever. Encore un débat avec la Mère Le Pen, un tour sur la tombe de Samuel Paty entre les deux tours et c’est dans la poche. N’oubliez pas de rendre vos t-shirt En Marche à la sortie !



mercredi 30 mars 2022

Manu et sa petite commission

 

A deux petites semaines du premier tour d’une élection que l’on nous dit jouée d’avance, l’enquête a fini par tomber. Une enquête due à ce que l’on nomme des journalistes d’investigation, deux en l’occurrence, Jean-Baptiste Rivoire et Gauthier Mesnier, auteurs d’un documentaire diffusé mardi 29 mars sur le site Off Investigation et repris sur leur chaîne YouTube.Un docum-enquête donc, qui se garde bien d’imposer des conclusions aussi hâtives qu’expéditives, mais qui jette sur son sujet, le patrimoine de l’actuel locataire de l’Elysée, de sacrés coups de canif sur la version officielle.

En clair : un brûlot comme on en voit peu.

Rapelons-le à toutes fins utiles, notre Pinocchio de métier s’était fait élire sur une promesse de probité censée trancher avec les mœurs affairistes de cette classe politique qu’il entendait recomposer, après avoir miraculeusement et fort à propos pu bénéficier de la mise au rebus de celui qui alors semblait promis à occuper le poste, ce pauvre Francois Fillon, tombé pour de bien banales affaires de népotisme. Nous eûmes ainsi droit au récit d’un ex banquier d’affaires mû par l’intérêt général au point de sacrifier des émoluments mirobolants réglés sur l’ongle par la Banque Rothschild pour un ô combien plus modeste salaire de chef de cabinet adjoint puis de ministre de l’Economie, Le jeune et fringant Emmanuel nous l’assurait alors les yeux dans les yeux, faire fortune comptait à ses yeux ô combien moins que se mettre au service du bien de son pays et de ses citoyens. Il se sentait alors habité d’une mission, laquelle mission valait tous les sacrifices.

Beau comme le pitch d’une adaptation Netflix hexagonale d’un House of Card ! Manu l’ami des riches saurait se contenter d’une rémunération de haut fonctionnaire et faisait don de sa personne à la France. Quel dévouement !

Sauf que voilà. Les suspicions et les doutes sur le devenir de ses émoluments acquis lors de ses années Rothschild n’ont eu depuis cesse de lui coller aux basques tel le sparadrap du capitaine Haddock. En dépit des affirmations et des haussements de ton du coquelet, le petit peuple de gaulois réfractaires n’y crut jamais. Emberlificoteur Premier ayant toujours su mentir sur tout avec un aplomb sidérant, il n’y avait guère de raison que sur ce registre-là aussi il ne nous ait pas fait prendre sa propre vessie pour nos lanternes, disait la croyance populaire.

Ce vers quoi tend l’enquête d’Off Investigation, allant jusqu’à interroger en off un proche de la banque Rothschild en question, affirmant que la commission de 700 000 euros déclarée par Macron pour l’acquisition par Nestlé d’une filiale de Pfizer ne correspondait en rien aux us et coutumes internes du métier :en clair que celle-ci était très significativement sous estimée et pouvait au doigt mouillé se compter entre 5 et 10 millions d’euros. Soit un chouia davantage convenons-en.

En clair, il se pourrait que le pisseux ne nous ait pas fait une aussi petite commission que cela ...

Pas de preuves, rien que des allégations, me direz-vous justement, émanant d’une huile appartenant à un milieu ô combien opaque, et allant jusqu’à ajouter que dans ce petit milieu fermé de la haute finance parisienne, « tout le monde », entendez quelques uns, « savait ».

Comprenons aussitôt que jamais notre mystérieux indicateur n’acceptera de parler à visage découvert. Ça ne vaut pas grand-chose, j’imagine, devant un tribunal, mais c’est dit, et plutôt clairement. Et compte-tenu de ce dont nous sommes certains, à savoir que la vente portait sur un montant de 12 milliards et que la banque Rothschild était rémunérée à hauteur de 0,5 % à 1 %, faites le calcul vous mêmes, 700 000 euros de commission sur un gain pareil, j’eusse été le petit Mozart autoproclamé de la finance j’aurais aussitôt attaqué en justice mon propre employeur pour radinerie.

Mais où donc est passé le pognon de dingue en question ? A cette interrogation toute simple, le service de presse de l’Elysée répond depuis des mois par un épais silence. En d’autres termes : venez me chercher le retour.

Sauf que voilà, nous apprend dans le même documentaire le même témoin anonyme... Depuis les années 2000, ladite banque d’affaire, au même titre que Lazard et consœurs, avait obtenu de Bercy, en toute légalité donc, que ses associés gérants puissent bénéficier de la double nationalité franco britannique de la « maison » et ainsi se contenter de ne déclarer dans l’hexagone que 20 % à la louche des énormes commissions perçues par ses associés gérants. Le solde étant versé ailleurs que dans nos poches, celles-là mêmes qu’ils nous font. En l’occurrence, nous dit le témoin de la maison Rothschild, dans des trusts établis dans des paradis fiscaux, trusts qui ne sont même pas au nom des concernés. Autant dire ni vus ni cul nus ...

Si d’aventure ces hypothèses, que dis-je, ces suppositions somme toutes plutôt bien renseignées quoique difficilement prouvables s’avéraient justes, ce ne seraient donc point 3 millions mais bien davantage, a minima le triple, qu’aurait accumulés en deux ou trois petites années notre bien aimé petit poudré, avant que de rejoindre les hautes fonctions de l’État. A 32 ans, son âge en 2012 au moment où il entra pour la première fois en tant que conseiller à l’Elysée, notre Président des Riches aurait donc été – au conditionnel, notez bien ! - blindé de chez blindé. Selon cette logique, celui qui déclarait sous les ricanements un patrimoine de 550 000 euros cette année aurait planqué le gros du magot à l’étranger depuis dix ans. Un pognon de dingue en effet, qui depuis eût pu j’imagine bien fructifier … Cahuzac à côté ferait presque office de débutant avec ses comptes en Suisse !

Mais restons circonspects : rien n’est prouvé.

La seule question qui vaille, face à ces soupçons, est la suivante : pourquoi ce matin, lorsque je me suis levé, cette enquête n’a t-elle fait l’objet que de quelques rarissimes papiers et non la Une de ces gazettes qui nous ont tenu deux jours non stop sur la prothèse auditive de Zemmour ? Normalement on devrait s’étriper sur tous les plateaux de débat à l’heure actuelle, on devrait avoir les supporters de Macaron hurler sur tous les tons à la diffamation et à la manipulation, et ses opposants lui tailler des croupières et tenter d’en profiter à fond. Or rien ou presque : une pleine page dans l’Huma, un papier dans marianne.net plutôt critique et on a à peu près fait le tour. Et ô surprise, silence radio chez le Président Candidat et ses équipes, suffisamment débordés sur le front Mac Kinsey ...

Ça étonne quelqu’un ?

J’émets une hypothèse, toute simple, toute bête : on en reparlera, de ces millions, mais plus tard, après, une fois remis en selle Jupiter. Cette mystérieuse fortune occulte dont on entendait pourtant parler depuis 2016 et qui ressort discrètement à deux semaines du premier tour après cinq ans de black out total, viendra un temps où le taiseux acculé daignera descendre dans l’arène pour enfin condescendre à s’expliquer, comme Giscard bien avant lui sur les diamants de Bokassa. Ce qui est la moindre des choses.



vendredi 25 mars 2022

Séquence World War Zemmour et les zombies de la Villette


Encore un coup de com de la team Bolloré, pas le premier, loin de là, avec le déplacement du sauveur auto proclamé de la France éternelle dans une de ces zones repoussoirs à la frontière du périph, la si bien nommée Colline du Crack, sorte de poubelle humaine à ciel ouvert où s’entasse tout ce que le vivre-ensemble a rejeté à la marge. Une sorte de concentré de misères et de violences que pouvoirs et oppositions se refilent comme un mistigri, la Préfecture de Paris rejetant la faute sur la Mairie de la Ville Lumière, laquelle botte en touche et accuse le gouvernement, lequel est pris pour cible d’un extrême à l’autre et monté en épingle comme illustration parfaite du laisser faire poussé dans ses derniers retranchements. Avec au milieu des riverains de tous bords excédés, horrifiés, atterrés, compatissants pour certains mais à bout de nerf devant tant d’impuissance de cet État censé d’abord et avant tout leur assurer le minimum, et qui s’est auto-émasculé tout en se bouchant le nez.


Autant dire du pain béni pour le zébulon de cette reconquête en panade que pareil terrain de jeu où se sont enchevêtrées toutes les mauvaises herbes qu’il dénonce, celles d’un monde qui pourtant semble lui convenir comme un gant, un monde du grand capital où les premiers de cordée comme son ami Bolloré s’enrichissent goulûment des trésors de cette Afrique dont ils pillent les ressources, créant de fait un appel d’air du sud vers le nord pour des millions de miséreux entassés ça et là comme du bétail dans les bidonvilles de ce nouveau siècle. Et dont cette sinistre colline constitue le versant le plus glauque.

A vingt jours du premier tour, Zorglub tente de reprendre la main avec une séquence trash-TV imaginée par le think tank piloté par la jeune Sarah Knafo avec l’ami Morandini dans les basques, s‘exhibe sous les caméras de CNEWS dans ces coins-là où l’on se bouche le nez, et se fait mousser les pieds dans le fumier sur un mode faussement compassionnel où l’on joue cyniquement la défense des braves et honnêtes gens contre la lie de l’humanité en se gardant bien de taxer cette dernière de mots outrageants. En agitant la solution miracle de la toute fin de campagne, ce fameux chiffon rouge de la remigration, avec moi on prend tous ces zombies à la World War Z, on les renvoie tous sans faire de détail à l’expéditeur par paquets de mille, on s’attendrit surtout pas, fini, ça, l’attendrissement, la compassion, l’envie de tenter quelque chose de pas trop crade, des trucs de gonzesse, la France Gargamel se meurt, la France Zemmour est sur le point de rendre l’âme, envahie de pouilleux, d'islamistes, de racailles mal blanchies, de gauchistes, d’hommes soja et de LGBTistes racialistes. Alors on sort le scalpel et on les balance tous dans un charter. 

Cette France-là, celle qu’a réveillée le polémiste de la droite non pas tant extrémiste que radicale, celle qui remplit ses meetings jusqu’à plus soif et ne sent plus pisser depuis des mois, cette France-là que rejette viscéralement deux bons tiers des français, est en train de faire sécession à force de se replier sur elle-même et de s’être convaincue d’incarner le Vrai, comme hier les tenants de la pensée unique s’étaient eux aussi convaincus que leur vision angélique dégoulinant de bons sentiments était la seule et la bonne. Bon courage pour recoller les morceaux une fois réélu Jupiter !

Aveuglés par leurs croyances, voilà que les militants les plus dévoués de cette reconquête en débandade en sont réduits à se convaincre de l’existence d’un vote caché qui va surgir dans les urnes et porter leur héros jusqu’au second tour. Ben voyons, on se rassure comme on peut ! Comme le plus banal des politiciens, leur Z botte en touche quand on lui demande pour qui il se prononcerait si d’aventure il échouait. En son fort intérieur – l’homme est loin d’être sot -, il le sait qu’il va se le prendre, ce râteau, et se faire littéralement souffler la place par celle-là qu’il qualifiait de nulle. Cette Marine dont la nièce piaffe en coulisses et attend le 10 avril pour de cette reconquête ramasser les morceaux.

Cette séquence putassière au possible de la Porte de la Villette n’aura servi à rien, sinon à tenter d’occuper le terrain en faisant son intéressant et en clivant sur le dos des misères. Pas plus qu’Hidalgo Zemmour ne reviendra plus jamais traîner ses guêtres dans ce cloaque à quelques petits kilomètres des beaux quartiers où il vit en paix. Il y est allé, il a serré des louches, a essuyé quelques quolibets, évité quelques projectiles, les images sont dans la boîte, prêtes à tourner 24 heures en boucle sur les réseaux sociaux. Du cirque, aussi grotesque que les crâneries de Sarkozy sur la dalle d’Argenteuil.

Et puis ? Eh bien ma foi, comme pour les salariés de Whirlpool en 2017 : rien ! La campagne est achevée, on a replié le matériel et on est passé à autre chose. Un "Carnets de campagne" du Z à gros tirage, au hasard ...



dimanche 20 mars 2022

Macaron en campagne Netflix

 

On nous le dit, on nous le répète en boucle matin, midi et soir sur toutes nos chaînes, on ressasse la programmation mentale prédictive, notre doux suzerain lévite sur les cimes sondagières et survole tellement au-dessus de ses compétiteurs que cette campagne présidentielle se confond avec une promenade de santé pour l’actuel locataire de Élysée, assuré de rempiler avant même d’avoir posé un pied dans l’arène. Assuré de prolonger le bail cinq ans de plus sans avoir à verser de caution, l’asticot enjambe avec dédain son bilan et se projette à horizon 2030, et depuis des mois multiplie à nos frais déplacements et séminaires, promettant tout et son contraire, distribuant généreusement des nuages d’argent magique sur des segments de clientèle, alternant bains de foule et interminables prises de parole en petits comités, toujours accompagné d’une nuée de caméras lui collant aux basques, jamais avare de selfies et de petits moments volés avec la vulgate, ces compatriotes quelque peu niaiseux qui se mettent à frétiller du popotin sitôt qu’apparaît dans leur champ de vision celui qu’on voit à la télé et qui ne peuvent, les pauvres, qu’accueillir leur étrangleur d’un : « on est avec vous, hein » et autres : « tenez bon, Monsieur le Président ». Un peu comme si le porcelet dans l’étable à l’approche du boucher lui demandait : « pas trop dur, comme métier ? Pensez à vous reposer, quand même ! ».


Pour son second sacre, Emmanuel MacKinsey, suivant les bons conseils de ses consultants en stratégie préférés, a donc décidé de nous la faire minimaliste, une campagne par éclipses en pointillés où l’empereur surchargé consent à faire comme si, genre entre deux sommets sur la guerre en Ukraine Brigitte m’a libéré trois heures pour aller faire candidat à Poissy chez un édile ami, puis renouveler la même opération dix jours plus tard chez Bayrou, une rencontre avec de vrais français comme on les aime où on trie sur le volet un panel représentatif de bons citoyens autorisés à poser des questions pré-rédigées dans un simulacre de démocratie participative à sa petite altesse, laquelle n’est jamais aussi à l’aise ainsi pour dérouler son art du soliloque sans contradicteurs. On s’éclipse sur la pointe des pieds, direction le Palais pour quelques clichés fuitant aussitôt sur les réseaux sociaux en sweet-shirt et mal rasé façon Zelensky pris au saut du lit, commandant d’une guerre des boutons façon influenceur instagram avec un écusson de compagnie de parachutistes en guise de placement de produit. Puis une promenade nocturne sur des quais de Paris étonnamment débarrassés de ses tapins habituels pour une fortuite rencontre grossièrement scénarisée avec un jogger marathonien, parfait cliché sur pattes de la France qui s’ôte les doigts du cul, avec qui Jupiter s’en va taper la discute en mode bon copain, magnifiquement cadré par une caméra placée là par le plus grand des hasards.

Nous sommes bien malgré nous contraints et forcés d’assister impuissants à une comédie des apparences où un acteur professionnel solidement préparé par un cabinet conseil US déroule les épisodes d’une série Netflix sans suspens pendant laquelle il cochera une à une toutes les cases du plan d’action jusqu’au dénouement sans surprise du 24 avril. Censé être le premier des présidents de la Vème réélu haut la main sans avoir connu de période de cohabitation tout en ayant été du premier au dernier jour de son quinquennat le recordman absolu des détestations populaires, Manu peut dès lors tout oser, nous refourguer la retraite à 65 ans qui avait mis des millions de français dans les rues fin 2019, imposer en pleine explosion de la pauvreté aux titulaires du RSA d’aller trimer à 7 euros de l’heure pour mériter leurs 400 balles, nous refaire l’entourloupe de la taxe d’habitation avec la suppression de la redevance, rebaptiser Pôle Emploi France Passage Piétons, agiter le chiffon de premières mesures de privatisation de notre système universitaire et jouer sur nos peurs de voir l’inflation galopante réduire à néant nos bas de laine en se grimant en petit père protecteur du pouvoir d’achat, rien n’y fait : sa potion libérale infecte passe crème comme de la vaseline sur fond de chiffres truqués de reprise économique, et on reprend les yeux fermés pour cinq ans celui qui aura réussi le prodige de mettre son propre peuple dans la rue pendant plus de la moitié de son mandat et qui jamais n’aura reculé d’un iota sur le plan fourni par la maison mère. A croire que les classes moyennes n’en ont pas encore assez bavé sous Macaron 1er : alors on remet le couvert, et on se prépare à cinq années de galère où cette fois Jupiter, débarrassé du goût de plaire, s’en donnera à cœur joie pour finir de détruire ce qui tient encore à peu près debout sur le dos des gaulois réfractaires.






vendredi 18 mars 2022

Valoche ou le calvaire d'une pauvre petite fille riche


Pauvre Valoche, dont la campagne s’est transformée en long chemin de Damas avec feux de détresse enclenchés, et qui, à l’exception d’une éphémère embellie au lendemain de sa désignation aux primaires de ce parti prêt à être dépecé une fois réélu Jupiter, n’en finit pas d’encaisser semaine après semaine humiliations, trahisons, moqueries et déconvenues. Et qui commence enfin à comprendre qu'attendre un soutien de la part de Sarkozy est aussi vain qu'espérer freiner son inexorable chute. Elle boira donc le calice jusqu'à la lie, et restera dans les annales comme une compétitrice sérieuse au titre de précieuse ridicule de l'année, juste derrière Annie Dingote, hors concours toutes catégories.

Dernier épisode en date : le baiser de Judas du poulbot de l’Élysée, lâchant à la cantonade qu’il ne verrait pas d’un mauvais œil la reddition de la dame contre un plat de lentilles, entendez par là un maroquin ministériel sous son auguste présidence. Autant dire un retour à la case départ pour la gourgandine qui se croyait aussi grosse que le bœuf, et que personne n'imagine sérieusement crédible à la tête d'autre chose qu'un exécutif de seconde zone. Malicieusement sadique, le petit monarque accrédite ainsi tout haut l’idée fort répandue que Pécresse n’est rien d’autre qu’un ersatz, sa pâle photocopie en jupons déguisé en clone de Wauquiez le temps d’un scrutin, Madame 20h02 comme la qualifie Zemmour, bref une force d’appoint et rien de plus. Et surtout, un second couteau, autrement dit une N moins 2, rien d’autre qu’une simple exécutante du logiciel libéral libertaire, une dame du "fais comme je t'ai dit de faire" sous le joug d’un chef, hier Chirac puis Sarkozy, et demain Macron. Macron dont elle psalmodiera alors avec des trémolos dans la voix la chanson de geste, comme autrefois Edouard Philippe, Bruno Lemaire ou Darmanin l’ont fait sans complexes, avec cette morgue et cette assurance propres aux derviches tourneurs des ambitions caressées dans le bon sens du poil.

On te connaît Valoche, on t’a cernée Pécresse, depuis le temps que tu traînes tes escarpins versaillais dans les allées du pouvoir, tantôt débiteuse professionnelle des éléments de langage du pouvoir en place, tantôt complaisante opposante en trompe-l’œil, une centriste de droite parmi tant d’autres, accessoirement multi-millionnaire grâce à une jolie entourloupe de Macron, toujours prête à serrer le kiki des plus démunis pour leur plus grand bien, à tailler dans les dépenses et dans les effectifs de fonctionnaires, à nous endormir avec cette notion ô combien pratique pour les nantis de « mérite », et à fermer les yeux comme le font tous tes congénères sur les biens si mal répartis du haut de la pyramide.

Chez Valoche la ventriloque, tout, depuis le début, part en sucette, tout sonne faux, à contre temps, jamais dans le ton, on chausse des convictions comme on enfile un tailleur, on dit l'inverse d'hier et le contraire du lendemain sur le même ton, on apprend par cœur ses fiches cuisines et ses dossiers techno, et comme le font parfois certains laborieux on finit par perdre le sens de ce qu'on recrache comme un singe savant. A un tel point que la regarder se vautrer dans la moindre de ses prises de parole avec pareille constance en devient plus que gênant, presque sadique. La voix poussive, le regard vitreux, la bouche qui n’en finit pas de se tordre à force de gêne d'être placée au milieu de l’estrade, la gestuelle robotique, les sourires forcés, le visage qui se ferme comme une huître : impression désagréable d’assister malgré nous au naufrage d’une apprentie comédienne balancée sur scène et contrainte de réciter du Phèdre face à un impitoyable jury, plutôt que de faire ce pourquoi elle est faite, de la figuration pour une pub Soupline. La voir froncer du sourcil comme un automate avant que de se lancer dans une diatribe poussive, c’est un peu comme la maîtresse de notre enfance, celle qu’on aimait tant chahuter, la vieille fille sans autorité et sans charisme, celle qui devait s’y reprendre à dix fois pour imposer un silence qu’on rompait aussitôt qu’elle s’époumonait à nous ordonner d’ouvrir nos cahiers, celle qui attirait les ricanements et qui rentrait chez elle le corps lourd d’avoir une fois encore échoué à occuper une place pour laquelle pour rien au monde elle n’était préparée. On s'amuse de loin à voir dévisser Pécresse, mais au fond de nous on s'en voudrait presque d'y avoir cédé. Tellement le spectacle fait pitié.

Valérie Douglas, on l’aura compris, c’est la dernière pelletée de terre sur le cadavre des LR, celle à qui on attribue déjà le chapeau du décès d’un vieux machin en fin de vie depuis 2017 et qui ne servait plus guère qu’à entretenir des carrières en attendant les redditions à Jupiter. A 10 ou 11 %, elle achèvera la bête à ses dépends, apparaîtra sur nos écrans le soir du premier tour la mine grave, nous chantonnera l’air bien connu du front républicain contre la peste brune, se prendra quelques sauts de merde de la part de ses corréligionnaires, et attendra bien sagement le coup de fil d’Édouard Philippe, prête à jouer des coudes s'il le faut pour obtenir, comme on dit, un « grand ministère régalien » à la hauteur de sa pseudo stature.




mardi 15 mars 2022

Les jeux sont faits, rien ne va plus !


On ne pourra pas dire, il se sera fait attendre, notre petit monarque ... Attendre, que dis-je, désiré, réclamé, et même houspillé par ces faire-valoir que sont ses concurrents de pacotille pour cette Académie des Douze dont on devine tellement bien le nom du vainqueur depuis un an que prêter plus qu'un coup d’œil narquois aux titres des gazettes relève de l'extrême naïveté.

Les jeux sont faits, rien ne va plus, reconduction tacite du CDD de 5 ans du poulbot sur fond de jeux du cirque en trompe-l’œil où 11 des 12 gladiateurs s'écharpent dans l'arène devant le regard amusé du lion sous coke coiffé de la toque de Jupiter, confortablement installé dans la tribune royale, les regardant s'épuiser à défendre leur dernier catalogue de mesures IKEA censées sauver ce qui reste à sauver, et s'esclaffant sous cape de tous ces efforts de bretteurs condamnés à rentrer bredouilles avec en guise de remerciements un abonnement de 1 an offert à Télé Loisirs et un coup de tampon sur leur carte de fidélité pour 2027.
Bien coiffé, bien poudré, sourire pepsodent et costard finement repassé, notre coquelet s'est donc prêté comme si de rien était à une de ces comédies médiatiques où l'on feint de se mêler à la meute tel un vulgum pecus tout en demeurant prudemment à distance, bien à l'abri, bien protégé derrière un cordon sanitaire de sourires sirupeux et de questions dégoulinantes de complaisance à peine masquée. Ainsi parée, sa sérénissime suffisance eut beau jeu de feindre la fausse modestie de celui qui, entre deux pince-fesses dans la Galerie des Glaces du Château de Versailles, condescend à esquisser deux ou trois pas de danse face à un théâtre d'ombres : de sa diarrhée verbale on ne retint, comme de coutume, rien d'autre que cette aptitude née de ses années Rothschild à occuper l'espace-temps de soliloques dégoulinant de belles et trompeuses intentions, promettant des lendemains qui chantent sur le cadavre décomposé de nos acquis mis en charpie.
Jouant à merveille sur les peurs du lendemain et les crises d'aujourd'hui, le petit gouverneur de la province France, pas plus qu'il ne s'abaissa il y a cinq ans à nous pondre un semblant de programme, ne daignera pour le renouvellement acquis de son bail à battre la campagne comme un vulgaire Zemmour ou une banale Marine. Il suffira à notre rase-Poutine d'opérette de chausser une paire de rangers Prada de chef d'une guerre dont il feint à dessein d'être un acteur clef, et de surfer sur la croyance populaire selon laquelle changer de taulier tandis que s'approche la tempête réduit à néant le principe de précaution et fait mouiller au froc les habitants des beaux quartiers.
Donc bon ou mauvais, murmurent Môssieur Marcel et sa Dame Ginette, aussi amnésiques qu'avachis au comptoir des urnes, qu'on l'aime un peu, beaucoup, passionnément ou pas du tout, on va quand même pas le remplacer par un bleu qui a pas le whatsapp de Poutine et à qui il va falloir apprendre le job de A à Z. Donc on rempile et on en reprend pour cinq ans avec Eborgneur Premier. Et tant pis s'ils nous promet sueurs et sang avec pour horizon la vague promesse d'un séjour dans un Club Med 3 étoiles à Agadir pour dans cinq ans ! Comme dit le dicton, faut voir les choses du bon côté !
Recalé au faux débat de la veille, ce bon et brave Jean Lassale a piqué aux aurores un bon coup de gueule et menace de jeter l'éponge. Le pauvre vient de se réveiller bien trop tard et de comprendre que dans ces jeux truqués où on l'exclut d'office des raoûts pour grandes personnes il ne sert à rien d'autre que faire de la figuration sur C8 et à distraire quelques fils d'actu sur Twitter pendant 3 semaines de faux suspens. Le pauvre semble avoir égaré le powerpoint qu'ont reçu les dix autre loosers de métier qui lui tiennent lieu de camarades de jeu éphémères, et qui eux négocient déjà le coup d'après le 24 avril. T'en fais pas Jeannot, les marionnettistes de Macaron te trouveront bien un lot de consolation pour sécher tes larmes de crocodile. Au bûcher des vanités, l'important c'est de participer.