mercredi 16 juin 2021

Le fabuleux destin de Rémy D.

 

Souvenez-vous, cela remonte à quelques mois à peine. Apparaissant sur un fond noir, le regard habité et le verbe haut et (bien) perché, un illustre inconnu vêtu tel un majordome d'une pièce de Courteline appelait sur les réseaux sociaux au renversement du gouvernement français par un coup d'état. Rien de moins ! Se disant en contact avec de très nombreux membres de l'armée et de la police française (ce qui apparait, avec le recul, comme une pure vue de l'esprit ...), et appelant face caméra ses futurs soldats à rejoindre son panache et à lui obéir sans discuter, il se posait en sauveur et en stratège suprême ex-machina contre l'Etat Profond, osait sans rire la comparaison avec De Gaulle, et promettait des milliers d'arrestations et le passage des traitres par les armes comme en 45. A le croire, tout n'était qu'une question de temps, quelques semaines ou quelques mois tout au plus. Macron et les siens, il l'affirmait alors avec fougue et avec morgue, tremblaient corps et âme, à deux doigts de passer les pieds devant à trépas.
Je n'invente rien ...
Quelques petits mois ont passé. En guise de libération imminente du pays, nous eûmes droit en guise de cocktail à une équipée de bras cassés digne des pieds nickelés qui fit la une de nos gazettes, où le grand sauveur auto-proclamé (un authentique démagogue à la pensée réactionnaire quand on lit dans le détail son "programme pour la libération du peuple de France" ...) fit en son nom et sans se salir les mains intervenir une poignée de pères de famille sans histoires pour enlever une fillette des rets de sa Mère-Grand maternelle afin de la remettre à sa mère. Non pas une enfant abusée et confiée à une épouvantable famille d'accueil pédophile, non : à sa grand-mère maternelle ! Sans rire, on se croirait dans Blanche Neige ! En quelques jours, l'épopée grandiose vira à la tragi-comédie, la fillette fut retrouvée en Suisse, et les soldats intérimaires obéissant au Grand Stratège mis derrière les barreaux.
Quelle pantalonnade !
Et voilà notre " nouveau De Gaulle " qui se fait bêtement cueillir par les autorités malaisiennes pour une bête histoire de visa périmé - un comble pour un homme qui se dit capable de commander une armée que de tomber tel un bleu pour pareille broutille, mais passons ... Puis arrêter et jeter dans une geôle malienne avec femme enceinte jusqu'aux dents et enfants en bas-âge - ce qui pour un être d'exception se targuant d'incarner les valeurs familiales traditionnelles fait tache dans le CV vu les risques auxquels il exposa les siens en tant que Pater Familias en charge d'assurer leur sécurité ...Enfin expulser séance tenante vers le pays qu'il promettait de délivrer sans en avoir reçu le mandat de quiconque ... sinon des voix qu'il entendait dans sa tête.
J'ai l'air de me moquer ? Difficile de le nier. Comme beaucoup j'ai de loin suivi l'affaire depuis ses débuts, et assisté à cette vague d'espoir et d'engouement assez surréaliste qui s'est créée autour de ce quidam grandiloquent se prenant pour l'incarnation de la France éternelle. Souffrant de ce que j'appelle un syndrôme de mégalomanie et de mythomanie pures visibles à l'oeil nu.
Tandis que beaucoup semblaient s'enflammer à son verbe et se disaient prêts à en découdre à ses côtés quitte à mettre leurs jours en danger, je ne pouvais - à tort ou à raison - qu'hausser les épaules devant ce qui m apparaissait comme une sorte de remake quelque peu grotesque des aventures de Don Quichotte luttant avec son seul verbe contre des moulins à vent.
Beaucoup croient encore au mythe de l'homme providentiel et au culte du sauveur suprême qui va sortir de l'ombre pour les délivrer de tous leurs maux. Et parmi eux quelques uns plongent la tête la première sans réfléchir aux conséquences de leurs actions dans des aventures sans lendemain et en paient les conséquences. Ca relève de la croyance et de la naiveté. Loin de moi l'idée de me gausser d'eux et de ce qui à mes yeux s'apparente à de la crédulité et à un mental de suiveur. J'espère vraiment que les déconvenues de leur héros imaginaire leur permettront de réfléchir à bon escient avant que n'apparaisse dans le castelet des reseaux sociaux un nouveau libérateur en carton juché sur une nouvelle Rossinante.
Car des Daillet il y en eut avant lui et il y en aura encore d'autres. Des doux-dingues hors-sol qui s'imaginent un destin grandiose à force de fantasmer sur la vie de Jeanne d'Arc et s'auto-persuadent de pouvoir décrocher la lune avec une simple canne-à-pêche et une bête connexion wifi. Et finissent leur lumineux parcours imaginaire dans un morne tête-à-tête avec un petit juge de province ...



3 commentaires:

  1. Certes Christophe, ce désespoir si noir, que des ténèbres l'envient devient un poids si lourd à porter qui peut à tout jamais détraquer la balance d'une raison devenue fragile et qui vacille par pure perte de ses aiguillages. Dans l'attente d'une voix nous ayant ferrés dès ses premiers mots d'espoir à laquelle nous ne croyions plus, que nous n'attendions plus. Survient alors des chemins qui se croisent où l'on s'est perdu. Gare aux réveils sans lendemains ni destins.

    RépondreSupprimer
  2. Cuicui, saisissant Bill, le fou des algorithmes n'aura point le dernier mot.
    Mes respects, CCP

    RépondreSupprimer