mercredi 21 octobre 2020

Samuel Paty, chronique d'une mort annoncée

 

S'il fallait que je résume l'histoire de ce professeur d'histoire, que la république est en train de transformer post-mortem en héros .... 
 
A la suite de ce cours d'instruction civique où il montra à ses élèves une caricature du prophète, des parents d'élèves se sont plaints à sa hiérarchie, laquelle hiérarchie le reçut afin de le recadrer comme s'il avait commis une faute professionnelle. Une vidéo ad hominem devenue virale fut publiée au vu et au su de tous, donc de la police, du renseignement, de l'anti-terrorisme etc. Son nom et ses coordonnées furent publiquement balancés sur les réseaux, et une fatwa prononcée sur sa tête. Ce professeur dut porter plainte à la police. D'après un de ses collègues lui-même musulman, le gros de ses collègues professeurs ne fit pas corps derrière lui, loin de là. D'après Jean-Pierre Chevènement, on savait en haut lieu que des menaces de décapitation d'enseignants planaient. Et d'après Gérard Darmanin, l'alerte rouge en matière d'attentats était à son apogée.
 
Ce que j'en comprends, c'est que face à l'épreuve qu'il a traversée dans la toute fin de sa vie, ce professeur auquel on va prochainement remettre à titre posthume une légion d'honneur qui lui fera une belle jambe était complètement seul et livré à lui même, sans réel soutien, ni de ses collègues, ni de sa hiérarchie, ni de l'académie dont il dépendait, encore moins des services de la Place Beauvau. Un comble, il n'aura bénéficié d'aucune protection policière. Au contraire, il a dû se battre seul, se sachant la cible d'une fatwa. Alors que de la bouche même du ministre de l'intérieur nous étions en alerte maximale, et que trois semaines plus tôt on avait frôlé le remake de janvier 2015 aux portes de la rédaction de Charlie Hebdo, suite à une nouvelle publication des caricatures.
 
Que l'on ne me fasse pas croire à la sincérité d'un état qui se recueille hypocritement sur la dépouille du défunt. Ce professeur a été purement et simplement abandonné à son triste sort en parfaite connaissance de cause. Et ses dernières semaines ont été plus que probablement un authentique calvaire.
 

 

 

4 commentaires:

  1. Chronique d'une mort annoncée, une victime expiatoire justifient des postures pseudos-laïcardes biens hypocrites, vue le laisser aller volontaire lui. J'ai connu l'ambiance délétère communautariste dans un grand groupe ( entreprise) et celui plus apaisé mais distant en Angleterre.

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Christophe,

    Je me doutais que cet événement vous ferait mettre le nez à la fenêtre, mais je me suis tout de même trompé. Me souvenant de la démystification de l'attentat du Super U de Trèbes que vous proposâtes à l'époque, je m'attendais à tout autre chose qu'à ce commentaire, qui, somme toute, reste dans les limites du narratif officiel. Strategika51, quant à lui, en est sorti (https://strategika51.org/2020/10/17/le-nouveau-mercenariat/) à la suite semble-t-il d'une (brève) réflexion sur ce qui est connu du déroulement concret des faits.
    Bien à vous

    RépondreSupprimer
  3. cher Christophe ,très déçu par ton analyse défendant ce malheureux prof ,on attend plutôt et surtout de toi une critique virulente de cette société française schizophrénie par son double langage et a sa liberté d expression a géométrie variable ,les musulmans citoyens de cette contrée depuis l an 700 résidants le bassin d aquitain jusqu' au loir et contribuant a l essor de ce pays a sa littérature a la richesse de sa langue' voir l étude respectueuse de l un de vos honorables linguiste qui intitule son ouvrage (nos ancêtres les arabes)malgré ce fait historique frappant cette communauté est vilipendée; stigmatisée, paupérisée ;ironisée; ridiculisé; caricaturée, mais l autre bout du monde c est la France qui est ridiculisée et mal aimée a cause de son orgueil et son double discours , MR Christophe excuse mon franc parler tu est un mec bien c est pour cela que j ai publier mon commentaire espérant cette société revienne a la raison et a sa devise liberté égalité fraternité ,bien a vous

    RépondreSupprimer
  4. Samuel Paty victime instrumentalisée du "courage fuyons" à la française. Mais aussi victime de son zèle. Pourquoi mettre une caricature grossière et agressive de Mahomet du torchon Charlie Hebdo en guise de support de cours sur la laîcité? C'est au moins de la bêtise, au pire de l'inconscience. Celà n'a rien de pédagogique car c'est un parti pris d'ordre politique et non civique, dès le départ.
    J'aurais été sa collègue, je l'aurais pris a parti. Mais je l'aurais aussi soutenu pour qu'il soit protégé ou muté rapidement. C'était une évidence que celà allait mal tourner pour lui.

    RépondreSupprimer